RDC/ gouvernement sama Lukonde : le couple présidentiel s’est-il tapé la part du lion ?

RDC/ gouvernement sama Lukonde : le couple présidentiel s’est-il tapé la part du lion ?

18 avril 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Dans sa déclaration de ce jour , faisant suite à celle faite le 03 avril dernier, la dynamique pour la sortie de crise martèle sur la énième violation de la constitution par le Président Félix TSHISEKEDI à travers la nomination des membres du Gouvernement SAMA LUKONDE, sans tenir compte, dit-elle, « de la représentativité nationale ».

A ce sujet, la DYSOC dit constater et regretter « la présence exagérée des membres de certaines provinces dans l’équipe gouvernementale pendant que d’autres provinces sont soit sous représentées soit tout simplement non représentées ».


A titre d’exemple, la DYSOC relève que la province du Kasaï oriental dont est issu le Président de la République, compte six membres. La province du Sud-kivu, celle de la première Dame et du Président du Sénat, enregistre sept membres dont cinq proviennent d’une même tribu.

« Comme on peut le constater, le couple présidentiel, qui, au regard de ses provinces d’origine respectives, s’est tapé la part du lion dans ce gouvernement », dénonce son coordonateur, Jean-Pierre Lisanga Bonganga qui comptabilise au total « onze membres, soit pratiquement 20 pour cent des membres du gouvernement, alors que les provinces de Mai-Ndombe, du Nord-Ubangi et de Kinshasa à travers les Teke-Umbu, ne sont nullement représentées au Gouvernement ».

S’agissant plus particulièrement de la province du Nord-Ubangi dont fut originaire, Feu Marechal MOBUTU, la DYSOC regrette que ce soit « pour la deuxième fois consécutive que cette province n’est pas représentée dans un gouvernement de la République, nommé par le Président Félix TSHISEKEDI.


Dans ces conditions, la DYSOC s’interroge, comment le pouvoir en place peut-il garantir la tenue de la promesse de rapatriement des restes du corps du Feu Marechal MOBUTU tant réclamé par le peuple congolais.

Rappelons que ce gouvernement dit de l’union sacrée compte 56 membres du gouvernement et attend son investiture ralenti à ce jour par une crise interne au sein de l’union sacrée où deux centaines de députés promettent de bloquer cette investiture si leur mémo adressé au chef de l’Etat ne retient pas d’attention.

Moïse Dix