RDC-Beni: après la mort d’un manifestant, la police a dispersé un rassemblement de la Lucha

RDC-Beni: après la mort d’un manifestant, la police a dispersé un rassemblement de la Lucha

15 avril 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Un nouveau rassemblement des militants du mouvement citoyen Lutte pour le Changement (Lucha) a été dispersé par la police nationale congolaise (PNC) ce jeudi 15 Avril 2021, à Beni dans l’Est de la république démocratique du Congo.

Peu avant la dispersion de cette manifestation anti-monusco à Beni ville, un manifestant a été tué par les forces de sécurité à Oicha chef-lieu du territoire de Beni, à une vingtaine des kilomètres du centre ville de Beni. La victime a été ciblée par une balle quand ils manifestaient ensemble avec ses amis pour exiger le départ de la Monusco vers 6 heures.

Vers 10 heures locales, des dizaines des militants de la Lucha Beni sont descendus dans la rue pour pousser la Monusco à plier bagage. Quand ils se dirigeaient à la base de la Monusco à Boikene, ou se trouve la numéro 1 de la mission onusienne, Bintou Keita, ils ont été dispersés par des bombes à gaz Lacrymogènes et des balles réelles sur le boulevard Nyamwisi.

La police a interpellé six militants et deux autres ont été blessés, selon Clovis Mutsuva, l’un des célèbres militant de la Lucha à Beni.

« Alors que nous étions entrain de marcher pacifiquement pour aller dire à BINTOU KEITA de plier bagages avec sa Monusco dans la Région de Beni, les policiers de Gmi protecteurs de ceux qui nous tuent viennent de nous bombarder avec leurs lacrymogènes et balles réelles. Cette façon de gaspiller inutilement nos munitions est à décourager. Ne nous pousser pas à agir comme vous. Des policiers ont arrêté nos militants de la Lucha. Cette unité de la police était commandée par le colonel responsable de Gmi et une autre jeep était commandée par le colonel SÉBASTIEN, le commandant adjoint ville de Beni. Il ya 3 militants arrêtés et 3 militantes qui fait le total de 6 militants. Ils ont été fouettés pas comme possible, une fille serait touché sur sa poitrine lors de cette arrestations  » a expliqué Clovis Mutsuva.

Les activités socio-économiques et scolaires sont paralysées à Beni.

JEK