RDC : ce qu’il faut savoir sur Fabrice Puela, nouveau ministre des droits humains

RDC : ce qu’il faut savoir sur Fabrice Puela, nouveau ministre des droits humains

13 avril 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Le député national Fabrice Puela est nommé ministre en charge des questions liées aux droits de l’homme. Une nomination satisfaisante qui place l’homme qu’il faut à la place qu’il faut.

En effet, l’élu de Matadi est plus connu pour son combat en faveur des droits humains et du bien de sa communauté. Avocat, profession qu’il exerce depuis plus de vingt ans, Fabrice Puela s’est surtout fait défenseur de la veuve et de l’enfant dans ce pays où les violations des droits de l’homme en général et des être vulnérables devenaient de plus en plus « normales » aux yeux des autorités locales et nationales.

Pas étonnant que Marie Ange Mushobekwa trouve en cette nomination une occasion pour elle de se venger de la pression de ce fervent défenseur des droits des plus faibles qui ne l’avait jamais ménagée lors de son passage au ministère des droits de l’homme sous le gouvernement Tshibala.

 » Je souhaite plein succès à tous les promus. Bon courage surtout à PUELA ministre des droits de l’Homme. On n’oublie pas ses attaques et insultes. On attend la perfection de sa part » a réagi l’ancienne ministre des droits humains, Marie Ange Mushobekwa.

« Ce qu’elle qualifie d’insultes étaient en fait des remarques pour l’aider à mieux faire son boulot à l’époque, ce que je lui recommande de faire à son tour,surtout que sa famille politique a promis de ne pas être animé de la haine en jouant leur nouveau rôle d’opposant », a répondu cet ancien cadre de la Dynamique de l’opposition, plateforme constituée en son temps pour lutter contre le régime du président Kabila.

Sur le plan politique, on retiendra de cet ancien collaborateur de Martin Fayulu son acte précurseur à la création de l’Union Sacrée par le président Félix Tshisekedi. Ce, à travers sa motion de déchéance contre le bureau de l’Assemblée nationale que dirigeait la présidente Jeannine Mabunda.

Quoique recalée au conseil d’État, cette action avait révélé les failles du très compact groupe des députés qui composaient le FCC. Des failles capitalisées par le président de la République en créant l’Union sacrée pour la nation.

Moïse Dix