RDC/Journée internationale de Lutte Antimines : l’ONG Sourire des Femmes plaide pour la prise en charge et l’accompagnement des victimes des mines explosives

RDC/Journée internationale de Lutte Antimines : l’ONG Sourire des Femmes plaide pour la prise en charge et l’accompagnement des victimes des mines explosives

5 avril 2021 0 Par Grandjournalcd.net

C’est à l’occasion de la commémoration de la journée internationale de la Lutte Antimines célébrée le 4 avril de chaque année que le Centre Congolais de Lutte Antimines, CCLAM, programme du ministère de l’intérieur a réuni à l’esplanade dudit ministère, plusieurs structures évoluant dans la lutte Antimines parmi lesquelles l’ONG Sourire des Femmes, ce lundi 5 avril pour une cérémonie haute en couleurs.

Au cours de cette rencontre à laquelle ont pris part quelques membres du gouvernement parmi lesquels le vice-premier ministre, ministre de l’intérieur, Gilbert Kankonde Malamba et le ministre de la défense nationale, Aimé Ngoy Mukena, l’ONG Sourire des Femmes a fait un plaidoyer auprès des autorités du pays pour le déminage des toutes les mines terrestres d’une part, et l’accompagnement des victimes de mines, de reste explosifs et des blessés de guerres à travers une prise en charge de victimes d’autre part.

Ce lundi 5 avril, c’est à titre symbolique et grâce aux « gens de bonne volonté et aux partenaires » parmi lesquels le CICR (Comité International de la Croix Rouge), American water, Shalina, la Fondation Widal et du styliste Bangaka que 50 victimes de mines explosives ont reçu une assistance en vivre, fruit de la collaboration entre le Centre Congolais de Lutte Antimines et l’organisation Sourire des Femmes de Madame Nathalie kutika, engagée depuis 2013 dans les œuvres sociales et l’accompagnement des filles et femmes vulnérables en les mettant en relation avec des structures spécialisées pour leur prise en charge.

Dans sa prise de parole, le ministre de l’intérieur a dit soutenir la réinsertion des toutes les victimes innocentes de ces « engins de la mort ». À ce jour, a dit Gilbert Kankonde, de millions de kilomètres ont été déminés. ‹‹Il ne nous reste que près de 33 zones avec plus au moins 130 milles mètre carré à déminer››, d’où ses satisfactions pour le « travail abattu par le Centre Congolais de Lutte Antimines » et son appel à un plus d’engagements pour le déminage de tout le territoire national.

David MWANIA