RDC/Beni : les activités partiellement paralysées suite au mot d’ordre de la société civile

RDC/Beni : les activités partiellement paralysées suite au mot d’ordre de la société civile

26 mars 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Les activités socio-économiques sont été paralysées partiellement ce vendredi à Beni au Nord-Kivu. Tout est consécutif à l’appel de la société civile demandant à la population d’observer trois journées de deuil en mémoire de six civils tués, mercredi dernier, sur la route Beni Kasindi, à la hauteur de Kilya.

En ce premier jour de deuil, les portes de boutiques et magasins ont été fermées, sur les boulevards Nyamwisi et Rwenzori, même, au niveau de Mathongé, le centre commercial de Beni.

Contactés, certains opérateurs économiques, disent respecté le mot d’ordre de forces vives, demandant à la population, d’observer les journées de deuil.

 » Nous ne pouvons pas continuer à travailler alors que nos frères sont tués quotidiennement par les rebelles sous l’œil impuissant du gouvernement congolais, qui est censé nous protéger » a expliqué un commerçant.

Dans d’autres coins de la ville, comme à Kanzuli, en Commune de Bungulu, certaines boutiques étaient à moitié ouverte.

Dans les secteurs en transport en commun, le trafic a été paralysé sur les quatre axes dont Beni Butembo, Beni Kasindi, Beni Oicha et Beni Mangina.

Les motocyclistes ont presque foulé au pied le mot d’ordre de la société civile. Ils ont été visibles sur les grandes artères mais, ils portaient leurs clients sans des gilets.

Vers 11 heures locales, un groupe des manifestants a circulé dans la ville pour forcer certains commerçants récalcitrants à fermer les portes de leurs boutiques. Le marché central de Beni Kilokwa n’a pas connu son engouement habituel. Les étalages ont été presque vides.

Les activités scolaires ont fonctionné timidement. Seuls les pharmacies, les alimentations et les hôpitaux ont été opérationnels.

Pendant ce temps, le comité urbain de sécurité de Beni dirigé par le maire intérimaire, Muhindo Bakwanamaha, et la société civile ont effectué une descente à Kilya, ce vendredi, pour évaluer le dégât de la récente tuerie des civils civils sur la route Beni Kasindi. Après avoir constaté et évacuer les épaves des véhicules brûlés par des rebelles ougandais de forces démocratiques alliées (ADF), aucune déclaration des officiels n’a été faite à la Presse.

Jusqu’à 14 heures de ce vendredi, les activités socio-économiques étaient paralysées à Beni.

Pour rappel, les forces vives ont décrété trois journées de deuil en mémoire des victimes tuées par les rebelles, le mercredi, sur la route Beni Kasindi.

JEK