Congo-Brazzaville/présidentielle 2021 : A.C. Makosso, porte-parole du candidat DSN répond à Matthias Dzon et Albert Oniangué

Congo-Brazzaville/présidentielle 2021 : A.C. Makosso, porte-parole du candidat DSN répond à Matthias Dzon et Albert Oniangué

17 mars 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Plus que quatre jours pour que les congolais aillent aux urnes pour se choisir un nouveau Président de la République. La tension monte et ça tire de partout à travers le pays en ce temps de campagne électorale où chaque candidat tire de son côté en jetant du discrédit sur l’autre, question d’en tirer des dividendes politiques nécessaires pour le scrutin qui pointe à l’horizon.

C’est dans ce contexte que nous avons rencontré le porte-parole de Dénis Sassou Nguesso, Anatole Collinet Makosso qui est également son directeur national adjoint de la campagne.

Tout en appelant au vote en faveur de celui qui se fait représenter par l’éléphant, Anatole Collinet Makosso s’est félicité de la maturité du peuple congolais dans son ensemble, « nous nous réjouissons de ce que la population ait compris l’importance de faire confiance à l’expérience de la gestion plutôt que d’écouter ceux qui ont passé leurs vingt dernières années à bailler chez eux et subitement se réveille en 2021 comme quoi le Saint-Esprit leur a parlé en songe », a-t-il lancé en faisant allusion à l’ancien garde du président Sassou, Albert Oniangué.

Anatole Collinet Makosso dit s’étonner du fait que ces bonimenteurs récusés par les congolais « comme Albert Oniangué ou encore Matthias Dzon, qui d’ailleurs , a été incapable d’avancer un simple projet intérimaire du FMI entre 1997 et 2002 puisque le Congo y a été éligible qu’en 2003 sous un autre ministre pendant qu’ils n’étaient plus au gouvernement, le Congo est arrivé au point de décision en 2006 et le point d’achèvement a été atteint en 2010 sous un autre ministre, huit ans après qu’ils soient partis du gouvernement … des gens pareils, peuvent-ils se présenter au peuple ? Voilà qu’ils n’hésitent même pas de recourir aux mensonges pour susciter l’adhésion à leur cause ! », a dénoncé Collinet Makosso, porte-parole du candidat Sassou.

Une prouesse du régime du président Sassou Nguesso qui faisait de la République du Congo le 28e pays à atteindre le point d’achèvement de l’Initiative. Si Matthias Dzon, se dit être l’artisan du redressement économique du Congo d’après la guerre.

Anatole Collinet Makosso estime quant à lui que cet ancien ministre des finances doit savoir que les congolais n’ont jamais oublié ce monsieur qui nous a « ramené dans ce pays l’un de ses partenaires qui a mobilisé les ressources des congolais en leur promettant des bénéfices exhorbitants à l’épargne. Il a fini par fuir avec tout l’argent abandonnant des compatriotes dans la misère. L’on se souviendra là de Humberto Brada, de triste mémoire », a-t-il poursuivi avant de se moquer d’Albert Oniangué, qui lui, dit avoir eu la révélation du Saint-Esprit pour postuler à la présidentielle de 2021.

Précisons tout de même que Salu Humberto Brada, originaire de l’ex-Zaïre, mais détenteur d’un passeport angolais était arrivé en 2000 au Congo Brazzaville où il avait obtenu une licence pour l’importation des produits alimentaires avant d’étendre, sous le regard inoffensif du ministre des finances de l’époque, Matthias Dzon, ses activités à l’épargne en ouvrant à Brazzaville et Pointe-Noire des guichets où les Congolais venaient faire des dépôts, remboursables après 45 jours moyennant des intérêts de 30%, alors que le taux des banques commerciales n’était qu’à 4% par an.

Cette proposition alléchante avait attiré des milliers de congolais avant de tourner au vinaigre. Si les premiers avaient effectivement profité des remboursements au taux annoncé, plusieurs centaines de milliers d’autres congolais pleurent encore leur fortune. Trente millards de francs CFA volatilisés jusqu’à ce jour.

Moïse Dix