Congo-Brazzaville : le candidat Mathias Dzon appelle à voter avec le coeur pour le changement

Congo-Brazzaville : le candidat Mathias Dzon appelle à voter avec le coeur pour le changement

6 mars 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Sept candidats se livrent depuis ce vendredi 05 Mars à la campagne électorale avant le grand jour, le 21 mars 2021, le jour du vote. Selon Mathias Dzon, plus de quatre-vingt-dix-huit pour-cent des congolais attendent le changement cette fois.

Pourtant, le jeu semble joué d’avance en faveur du président candidat. De nombreux analystes prédisent déjà la victoire du président sortant, Denis Sassou Nguesso. Car, expliquent-ils, le système électoral est verrouillé et contrôlé par le Parti congolais du travail du président Sassou. Déjà ce matin, un opposant s’est vu refusé l’autorisation de la tenue d’un meeting populaire à cause de la mesure de couvre-feu et de l’interdiction de manifestations publiques qui pèsent sur toute l’étendue du pays. Entre temps, le président sortant tenait un meeting à la place de la République de Pointe Noire réunissant à lui seul plusieurs milliers des personnes dont plusieurs membres du gouvernement.

C’est dans ce contexte électoral que Mathias Dzon, interviewé par grandjournalcd.net affirme son engagement d’aller cette fois affronter Dénis Sassou Nguesso pour apporter le changement au sommet de l’État.

«  Nous ne voulons plus d’un président qui a presque quarante ans au pouvoir. Il a fait ce qu’il pouvait faire, il est temps pour qu’il aille se reposer », dit Mathias Dzon qui lie le vivre mieux du Congolais à la question d’alternance cette année.

« Moi à sa place, je me serai retiré. Autrement, ce sera grave », a-t-il ajouté. Le candidat de l’UPRN regrette en même temps l’illégalité qui caractérise la plus haute juridiction judiciaire du pays et l’impossibilité de repartir avec un candidat commun contre le candidat de la majorité présidentielle à cause des « opposants de façades ».

« Vous savez dans une petite ville comme Brazzaville de deux millions d’habitants on se connaît. On ne se déclare pas opposants la journée et la nuit on est plus opposants ! Que voulez-vous faire avec ces gens là ? » s’est-il exprimé, exaspéré.

Mathias Dzon reconnaît tout de même la liberté des uns et des autres de se proposer. Il pense tout de même avoir des capacités nécessaires pour apporter le changement dans ce pays de l’Afrique central, « Mon expérience, une grande expérience à la fois politique et professionnelle et je veux mettre ça au service de mon pays. Les congolais savent combien je me suis déployé au sortir de la guerre pour que ce pays revienne à ce niveau. Je voudrais nous sortir de cette crise », a dit le candidat Mathias Dzon qui trace un tableau sombre de la gestion pleine d’amateurisme et d’enrichissement personnel du candidat président et de son gouvernement.

Rappelons que six candidats, 5 de l’opposition et un indépendant vont donc affronter, le 21 mars, Denis Sassou Nguesso : Guy-Brice Parfait Kolélas, arrivé deuxième lors de la présidentielle de 2016, le député Joseph Kignoumbi Kia Mboungou, l’ancien officier de l’armée Albert Oniangué, l’inspecteur des douanes Anguios Nganguia Engambé, Dave Mafoula, sans étiquette politique, et l’ancien ministre des Finances, Mathias Dzon.

Moïse Dix