Congo-Brazzaville : le candidat Dénis Sassou N’guesso appelle à privilégier la stabilité et l’expérience à la tête de l’Etat

Congo-Brazzaville : le candidat Dénis Sassou N’guesso appelle à privilégier la stabilité et l’expérience à la tête de l’Etat

5 mars 2021 0 Par Grandjournalcd.net

C’est une longue file qui a accompagné le candidat président Sassou N’guesso qui est sorti du salon présidentiel de l’aéroport Antonio Agostinho de Pointe-Noire à 12h15. Une foule immense a accueilli le président sortant et candidat à sa propre succession depuis la sortie de l’aéroport jusque à la place de la République au rond point Lumumba.

Chants et danses, le candidat accompagné des certains de ses ministres, notamment celui de l’enseignement primaire secondaire et Alphabétisation, Kollinet Makosso, directeur de campagne du candidat du PCT. Dans son message, Dénis Sassou N’guesso a remercié la marée humaine venue l’entendre dans le cadre de sa campagne électorale qui s’est ouverte ce jour. «  Avec une telle mobilisation, y aura-t-il de doute le 21 mars ? », a-t-il interrogé sourire aux lèvres.

Dénis Sassou Nguesso amorce cette énième campagne électorale en appelant ses concitoyens à privilégier le choix de la stabilité et de l’expérience au sommet de l’Etat qu’il incarne. « Dans le contexte actuel de la crise, nous avons levé l’option de mettre notre expérience à la disponibilité de la jeunesse pour conserver la paix et poursuivre le cap fixé vers le développement », a-t-il précisé.

DSN annonce cette poursuite du développement pour sortir le pays de la dépendance alimentaire et diversifier l’économie congolaise hyper dépendante du pétrole.

« Je prends l’engagement de mettre le gouvernement sur cette question de l’autosuffisance alimentaires. Nous devons financer les projets d’agriculture, nous avons assez d’espace pour cultiver le safou, le manioc et tout ce que nous consommons ici », s’est engagé Dénis Sassou Nguesso qui dénonce les sept cents milliards de Francs CFA dépensés chaque année pour importer les biens de première nécessité.

« On doit quand même avoir honte d’importer même le Safou », s’est-il exclamé en appelant les ponte-negrains à voter encore une fois pour lui afin de poursuivre son projet intitulé  « Poursuivons la marche vers le développement » que la crise de 2014 et celles du coronavirus ont entravé.

Moïse Dix