Congo-Brazzaville/Infrastructures : un nouveau siège moderne pour le parlement congolais

Congo-Brazzaville/Infrastructures : un nouveau siège moderne pour le parlement congolais

4 mars 2021 0 Par Grandjournalcd.net

C’est une infrastructure moderne de forme rectangulaire qui servira, dorénavant de cadre de travail aux deux chambres du parlement congolais. Le chef de l’Etat, Denis Sassou-N’Guesso a inauguré ce joyau architecturale, le mercredi 3 mars 2021, à Brazzaville.

Bâti sur une superficie de 47.000 m², ce siège moderne est composé de trois parties distinctes, à savoir l’Assemblée nationale (côté Ouest), le Sénat (coté Est), avec de chaque côté bâtiment R+3. Les deux édifices sont reliés par une salle polyvalente ou salle des banquets de 300 places et une terrasse. Trônant à proximité de la place de la République, cette bâtisse participe du processus de modernisation de la capitale congolaise, comme l’a affirmé le maire de Brazzaville, Dieudonné Bantsimba dans son mot de remerciement au président de la République pour son « apport inestimable dans la modernisation » de la capitale congolaise, confrontée aux défis majeurs d’urbanisation.

Dieudonné Bantsimba s’est aussi réjoui de la moisson de la coopération que le Congo entretient avec la Chine : « Bâti dans une architecture contemporaine, le nouveau siège du parlement vient une fois de plus témoigner la fructueuse coopération bilatérale entre la République Populaire de Chine et la République du Congo. » pouvait-il soutenir.

Abordant dans la même perspective, le diplomate chinois en poste à Brazzaville, Ma Fulin tout en saluant l’étroite coopération entre les gouvernements chinois et congolais, s’est remémoré le discours de Xi Jinping de mars 2013 prononcé lors de sa visite d’Etat au Congo, « l’amitié sino-africaine est à l’image du fleuve Yantsé et du fleuve Congo qui coulent sans cesse et galopent e avance. Pour lui la coopération sino congolaise plonge ses racines dans la profondeur des âges et a su résister à l’épreuve du temps et des vicissitudes sur la scène internationale.

Un cadre de travail moderne, des obligations pour les parlementaires

Dans le déroulé des allocutions prévues pour la circonstance, Pierre Ngolo, président du Senat, qui a pris la parole au nom des bénéficiaires a dressé le parcours qui a abouti à la construction de ce siège, qu’est la résultante de la volonté des deux chefs d’Etat, Xi Jinping et Denis Sassou-N’Guesso.

Appréciant la qualité de l’infrastructure qui vient améliorer les conditions de travail des parlementaires, Pierre Ngolo a mesuré la responsabilité qui incombe, actuellement aux parlementaires de remplir leur mission envers la Nation. « De fait, en nous disant bien taillés, nous clamons notre volonté, mieux notre détermination à être les dignes occupants de la cité moderne » a précisé le président du sénat avant d’ajouter « Nous devons, au jour le jour, en venant ici, nous imposer l’effort d’adopter une tenue vestimentaire ou comportementale, c’est à dire la discipline, qui restitue et sublime la splendeur et la magnificence de ce joyau ». Pierre Ngolo pouvait fixer les valeurs qui doivent guider le travail dans un tel environnement : « Dans cet espace qui inspire respect, la rectitude et la discipline sont les premières exigences de notre code déontologique. »

De ces valeurs qui devraient incarner le travail bien fait le président de la chambre haute extrait l’engagement, synonyme responsable des occupants de ce cadre de travail « La bonne inspiration exprime l’engagement que les Députés, Sénateurs et collaborateurs prennent, ici et maintenant, devant Votre Excellence, Monsieur le Président de la République et face au peuple congolais, de rentabiliser au mieux le fleuron mis à notre disposition. » Pouvait marteler le président du Sénat.

Autant dire qu’avec l’inauguration ce jour du Palais du Parlement, renchéri Pierre Ngolo, parlementaires et collaborateurs, fondés de considérer au nombre de ceux qui, dans la République, sont les mieux installés, ne devraient, dorénavant, éprouver de complexe que la fierté d’être bien logés, très bien logés. Et au président du Sénat de dire « Le privilège de l’installation dans ce somptueux cadre, qui ne manque pas de susciter des envies, nous impose les obligations d’une bonne tenue et d’une forte inspiration. »

Le Parlement, qui s’installe dans ce nouveau cadre spacieux, en parfaite adéquation avec l’exigence d’un travail de qualité, se doit de relever le défi de faire de la cité du Parlement un haut lieu de réflexion, d’influence, de décision toujours guidée par l’objectivité et l’intérêt général, un haut lieu de vote des lois dans un esprit éveillé, un esprit critique en permanence. Pouvait déduire le dernier intervenant de la cérémonie, le président du Sénat.

Bien avant la découverte de cette infrastructure, à travers une visite guidée des lieux, le président Denis Sassou-N’Guesso, a procédé à la coupure du ruban symbolique et au dévoilement de la plaque inaugurale. Un acte historique qui marque, ainsi, l’inauguration du nouveau siège du parlement congolais. Les travaux de construction de ce siège ont été lancés en 2017, par le chef de l’Etat Congolais.

Wilfrid LAWILLA