RDC/élection au sénat : ces mots forts du sénateur José Endundo dans son adresse de campagne

RDC/élection au sénat : ces mots forts du sénateur José Endundo dans son adresse de campagne

1 mars 2021 0 Par Grandjournalcd.net

José Endundo Bononge, candidat au poste de deuxième vice-président de l’union sacrée au sénat a eu des mots justes pour démontrer à ses collègues l’importance d’accorder leur confiance à son profil.

L’expérience de patron d’entreprise à celle des exercices de la fonction de ministre et de législateur, José Endundo a eu des mots forts pour démontrer l’intérêt de porter le choix sur sa personne.

En exclusivité, voici ces quelques passages de son discours qui ont retenu l’attention de votre rédaction:

« Aujourd’hui le Congo est un attelage des puissances endormies et de fragilité et voilà que s’ouvre maintenant les fenêtres d’opportunités. C’est notre devoir à tous d’aider le président de la République avec le concours de notre jeunesse soutenus par la femme congolaise pour baliser ainsi , sous son impulsion, la voie d’un Congo nouveau. »

« Chers collègues, à l’âge qui est le mien, je souhaite privilégier au sein de notre institution l’entente, la Concorde pour montrer que le progrès est possible. Il en va de notre dignité ».

« choisissons le chemin de la paix et du progrès ».

« Non, le Congo ne peut pas demeurer indéfiniment la risée de ce monde en transformation. voilà pourquoi nous sénateurs devons nous engager à payer l’exemple. Nous aurons tord de sous-estimer la perplexité des uns et des autres et même de notre sénat qui , comme la femme de César, doit être insoupçonnable ».

« Oui, l’exemplarité du sénat est notre devoir à tous »

« Fidèle à notre règlement intérieur, je promet, sous l’encadrement de notre bureau et de son président à plus de justice, de probité et d’engagement ».

« Chers collègues, l’un des actions essentielles prévues par le constituant est la suivie de nos provinces. Fautes de moyens et du fait d’une carence humaine, l’expérience d’une décentralisation du développement de la base à partir des provinces est dans l’impasse… nous avons sans aucun doute intérêt à e pas rejeter d’emblée une expérience qui, sous la présidence du président Mobutu avait commencé à porter ses fruits… je nous invite à repenser ce modèle pour ne pas jetté le bébé avec l’eau du bain »

« chers collègues, le moment de vérité, au cours du quel notre avis devient décisif, est là. Je souhaiterais solliciter votre confiance pour me confier la charge d’assumer en votre nom à tous la fonction de deuxième vice-président du bureau définitif de notre sénat »

« Modestement, je crois pouvoir satisfaire cette fonction après une expert acquise aussi bien dans le psecteur privé et public comme chef d’entreprise, à la présidence de deux plus grandes chambres patronales du pays à savoir , la Fédération des Entreprises congolaises ainsi que la chambre des commerces franco congolaises le tout couplé avec l’exercice à plusieurs reprises les fonctions ministérielles ainsi que mon passage dans les deux chambres législatives de notre pays. »

« toute cette expérience nous permettra de rencontrer dans les meilleures conditions le besoin d’une vision en harmonie avec celle du chef de l’Etat »

«  chers collègues au cours des consultations qui ont eu lieu ces dernières heures et dint j’ai apprécié la hauteur , vos avis ont été entendus. Ils seront respectés si vous m’accordez votre confiance. »

« Chers collègues, une chance Nouvelle se présente à nous. Elle est à notre portée. Faisons en sorte qu’en harmonie avec la plus haute autorité du pays, nous puissions relever ce défi. C’est là notre combat pour les années qui viennent »

Moïse Dix