RDC/EPST : acharnement contre Willy Bakonga, il n’y a pas de crime parfait! [Analyse]

RDC/EPST : acharnement contre Willy Bakonga, il n’y a pas de crime parfait! [Analyse]

4 février 2021 0 Par Grandjournalcd.net

À lire l’article paru ce soir sur élection.net et commandé à la carte par le service com de l’IGF, les esprits alertés et avertis comprennent mieux « les enjeux» de la bataille sans merci et du complot ourdie contre Willy Bakonga, Ministre d’Etat, Ministre de l’EPST. Il ne s’agit ni plus ni moins que « de la gestion de l’argent» de la Banque Mondiale pour appuyer la gratuité de l’enseignement primaire.

Ce praticien et professionnel de la craie qui a réussi à piloter l’unique réforme du Président de la République qui marche, gênerait-il les calculs de certaines officines qui ont l’ambition de faire mains basses sur ces fonds? On ne trompe pas tout le monde, tout le temps, dit-on. Les commanditaires de ces attaques doivent savoir que les 800 millions de la Banque Mondiale étant un appui financier au Gouvernement, seront gérés par le traditionnel circuit de la chaîne de la dépense à savoir les Ministères du Budget, Finances, Banque Centrale…Et pour preuve, l’accord de ce financement a été signé non pas par Willy Bakonga mais plutôt par Sele Yalaghuli, son collègue des Finances et le Directeur des Opérations de la Banque Mondiale en RDC.

Et les décaissements étalés sur 3 ans, sont conditionnés par le respect par la partie congolaise, des multiples ILD ( Indicateurs Liés aux Décaissements) en d’autres termes, une avalanche des conditions à remplir avec à la clef, un rigoureux dispositif d’audit de chaque étape. Ceux qui convoitent le fauteuil du Ministère de l’EPST en espérant y gérer les millions de la Banque Mondiale se nourrissent d’illusions et vont très vite déchanter.

Après avoir scrupuleusement travaillé à l’atteinte des premiers ILD, Willy Bakonga était sur le point de faire gagner à ce secteur essentiel de l’éducation, le premier acompte de 100 millions n’eut été la théâtralisation de l’IGF avec ses shows médiatiques. C’est avec maladresse qu’il tente de récupérer la situation s’étant rendu compte de sa grosse bourde. Le mal est fait. La gratuité est torpillée par l’IGF Alingete.