RDC-Ass. Nat./Élection du bureau définitif : « Christophe Mboso, juge et partie ? » ( Déclaration )

RDC-Ass. Nat./Élection du bureau définitif : « Christophe Mboso, juge et partie ? » ( Déclaration )

31 janvier 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Regroupés dans le collectif des candidats invalidés à l’élection du bureau définitif de l’assemblée nationale, plusieurs députés nationaux qui ont vu leurs candidatures être rejetées par la « commission de validation des candidatures » mise en place par le bureau d’âge haussent le ton et disent vouloir saisir les instances internationales notamment le Comité de Droits de L’Homme de l’Union Interparlementaire de Genève en Suisse pour dénoncer la  »violation » de leur droit parlementaire en RDC.

Dans une déclaration signée et rendue public ce dimanche 31 janvier par 11 membres dudit collectif, c’est avec « indignation » qu’ils indiquent avoir appris ce matin,  »via les réseaux sociaux », la liste définitive des candidats retenus pour l’élection des membres du bureau définitif de l’assemblée nationale et l’invalidation de leur candidature. Sans  »dialogue entre forces politiques en présence tant dans sa composition que dans la méthodologie de travail », la commission de validation aura, selon le collectif des candidats invalidés, du mal à donner des décisions « acceptables par tous ».

Sur les élections proprement dites, il est, pour le collectif,  »inadmissible » que le bureau d’âge conduise un processus électoral dans lequel, deux de ses membres sont candidats. ‹‹Les membres du bureau d’âges auraient dû se déporter comme l’exigent les us et coutumes parlementaire au lieu d’être eux-mêmes dans une position malsaine de juge et partie de leur propre cause qui entache gravement la crédibilité et la transparence du processus de renouvellement des dirigeants de la chambre basse du parlement››.

Tout en condamnant l’invalidation de leurs candidatures qui, selon le collectif, « gênent un agenda politique caché » et une application « à géométrie variable » de l’arrêt de la Cour Constitutionnelle, le groupe des candidats invalidés disent vouloir user « diligemment de toutes les voies légales pour être rétablis » dans leurs droits « légitimes » afin de permettre à la « plénière souveraine de se choisir des membres du bureau de manière ouverte et transparente ».

David MWANIA