RDC/Assemblée Nationale : dossier 12 millions USD pour la session extraordinaire, Lisanga Bonganga parle d’un conglomérat de personnes à la recherche d’enrichissement illicite

RDC/Assemblée Nationale : dossier 12 millions USD pour la session extraordinaire, Lisanga Bonganga parle d’un conglomérat de personnes à la recherche d’enrichissement illicite

10 janvier 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Les 12 millions de dollars américains sollicité par le bureau d’âge de l’assemblée nationale pour l’organisation de la session extraordinaire ne cesse d’alimenter la classe politique congolaise.

Dans une déclaration rendue publique ce dimanche 10 Janvier 2021, dont copie parvenue à notre rédaction, la Dynamique pour une Sortie de Crise(Dysoc) de Jean Pierre Lisanga Bonganga dénonce le montant qu’elle qualifie anormalement
exorbitant de 12 millions de dollars américains alloués à la convocation de cette session extraordinaire.

D’après ce mouvement politique, à travers ce montant l’union sacrée se voit un conglomérat des acteurs à la recherche de leur enrichissement illicite.

« Si d’aventure on maintenait le montant de 12 millions de dollars américains,
pour soi-disant financer la fameuse session extraordinaire du Parlement, cela administrerait la preuve que l’Union sacrée n’est qu’un conglomérat de personnes à la recherche d’enrichissement illicite. » lit-on dans la déclaration de la Dysoc signée par son Coordonnateur National Lisanga Bonganga.

La Dysoc s’interroge par ailleurs sur la convocation de cette session pendant cette période où le Chef de l’Etat a pris certaines mesures de la lutte contre la Covid19, d’où il est interdit le rassemblement de plus de 10 personnes, et pourtant l’assemblée nationale compte 500 Députés, leurs assistants et le personnel administratif.

« Dans ces conditions, la DYSOC se demande à quoi sert alors le couvre-feu qu’il faut observer entre 21h et 5h du matin ? Pourquoi se passer de l’autremesure qui interdit formellement tout rassemblement de plus de 10
personnes » s’interroge la Dysoc.

Pour la DYSOC, tenir cette session extraordinaire du Parlement, c’est s’hasarder à faire du palais du peuple un foyer de contamination au
coronavirus.

« A moins que l’adhésion à l’Union sacrée consacre aussi l’immunité de ses membres à l’infection du coronavirus » conclu la Dysoc, mouvement proche de Martin Fayulu.

Ivan honoré Mudiangombe