RDC : la MIBA au cœur d’un scandale ! Quid du diamant « perdu » ?

RDC : la MIBA au cœur d’un scandale ! Quid du diamant « perdu » ?

8 janvier 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Il s’observe depuis quelques jours dans la ville de Mbujimayi au Kasaï Oriental, un climat délétère entre la Lucha et la Direction de la Miba au sujet d’un présumé vol du diamant de 7 carats au sein de cette entreprise.

Le Mouvement Citoyen Lutte pour le Changement, accuse la Miba d’étouffer ce vol des minerais en son sein vu le premier verdict de la Cour d’appel de Mbujimayi.

Le Mouvement citoyen s’en est saisi après la révélation de Monsieur Claude Mianzuila d’un présumé vol du diamant Fancy green d’une valeur de 7 carats au sein de la Miba depuis l’année dernière

La situation devenait de plus en plus confuse. D’après les enquêtes menées par votre rédaction, les faits se retracent de la façon suivante :

De l’arrestation d’un présumé impliqué dans le vol et sa relaxation

Alors que l’affaire surgit, le Chef de service de classement
(SERCLAS) Jean-Pierre Tshibangu Tshibangu a d’abord été interpellé et condamné à deux ans de prison ferme; et au remboursement du montant égal à la valeur de la pierre précieuse disparue: USD 62.608 ensuite acquitté le 25 novembre 2020, après avoir interjeté en appel la première décision du tribunal.

Que retenir du dossier en début de cette année

L’affaire du vol du diamant Fancy Green de 7 carats à la Miba revient sur la scène mais ici, le président de la délégation syndicale de la Miba, Febatare Ntumba dément l’information selon laquelle il aurait dénoncé ce vol  » comment puis-je dénoncé ce que je ne peux pas prouver  » s’était-Il finalement rétracté.

Du côté du mouvement citoyen LUCHA, on ne désarme pas

A notre micro, son militant Josue Tshibwabwa persiste : « Il y a eu bel et bien vol du diamant à la Miba » ,

D’après ce militant, il y a des choses qui se passent à la Miba et qui nécessitent notre droit de regard
et émet également des doutes sur l’acquittement de Jean-Pierre Tshibangu Tshibangu et n’écarte pas le recours à la corruption.

Des accusations que le président de la ligue des jeunes de l’Udps Kasaï oriental, Mubikayi Mutombo a qualifié des « fortuites », car d’après lui le « Parquet est composé d’un personnel compétent… en Justice il ne suffit pas de se plaindre, encore faudrait-il étayer ses accusations par des preuves inattaquables », conteste-t-il.

À la Miba, la théorie du vol du diamant est coupée court, on y donne pas du crédit. Pour s’en convaincre , ce vol n’a été signalé dans aucun des documents de l’entreprise.

D’après le personnel de cette société, s’il y avait vol du diamant, les travailleurs seraient les premiers à s’en plaindre car ceci « préjudicierait leurs conditions de vie », ajoute-t-il.

Ces travailleurs précisent à notre micro que depuis sa réforme par le Chef de l’Etat les conditions de travail dans cette entreprise publique se sont améliorées avec notamment la production du diamant qui s’élève à 39.000 carats en quelques mois contre un chiffre équivalent au tiers l’année dernière et 13% du diamant de grande qualité.

La société annonce pour bientôt un prêt de USD 40 millions qui lui sera accordé par une banque commerciale.

Par ailleurs, elle convie la Lucha à une bonne foi et dénoncer plutôt la spoliation du gisement de Tshibwe où les redevances ne sont pas perçues car les fonds sont canalisés dans les poches des individus en lieu et place du trésor public.

Pour l’entreprise minière, la justice a fait son travail.il n’y a jamais eu vol de diamant, ni sa traçabilité pour prouver son existence. La persistance de la LUCHA, explique-t-on, serait une manœuvre des mauvais yeux qui regrettent de ne pas pouvoir tirer profit de la situation de l’entreprise qui s’améliore du jour au jour.

Déborah Kabuya