USA/Présidentielle 2020 : Des scènes de violences font 4 victimes au congrès américain

USA/Présidentielle 2020 : Des scènes de violences font 4 victimes au congrès américain

7 janvier 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Le siège du pouvoir législatif américain, le congrès (bâtiment historique dans lequel siège le Sénat et la Chambre des représentants) a été investi dans la nuit du mercredi 6 à ce jeudi 7 janvier 2021 par des militants très violents, proches du Président Donald Trump, qui refusaient la certification des élections présidentielles du 3 novembre 2020 par le congrès, élections perdues par l’actuel Président américain Donald Trump et gagnées par l’ancien vice-président Joe Biden.

Pour manifester leur mécontentement, les militants pro-Trump ont pénétré dans le siège de la démocratie américaine, le congrès, à l’intérieur duquel, ils ont cassé des vitres, saccagé des meubles et entré même dans le bureau de la Présidente de la chambre des représentants, Nancy Pelosi, quelques heures avant que la garde nationale ne soit déployée pour rétablir l’ordre, prêtant ainsi main forte à la police du congrès débordée par des manifestants.

À la fin de ces manifestations violentes, 4 personnes sont décédées parmi lesquelles une dame, républicaine et soutien de Donald Trump, qui a reçu une balle d’un agent de la police. Sur les réseaux, le Président américain, Donald Trump, continue à réclamer sa victoire et à dénoncer les fraudes. Pour lui, sa victoire a été  »volée ». Le mercredi à 18 heures, heure locale, la gouverneur de l’État de Washington a annoncé l’instauration de l’état d’urgence de 15 jours dans son état pour aider les forces de l’ordre à rétablir la sécurité aux alentours du congrès à pratiquement 13 jours de la prestation de serment du nouveau Président américain Joe Biden.

Quelques heures après le début des incidents et à la suite des tweets et vidéos incendiaires que Donald Trump balançait sur ses réseaux sociaux favoris, les responsables de Facebook et Instagram ont annoncé avoir bloqué pour 24 heures le compte officiel du Président américain, alors que Twitter l’a également fait pour 12 heures. Tous ont, de façon unanime, bloqué et supprimé une vidéo enregistrée par Donald Trump, séquence dans laquelle le Président des États-Unis faisait, à en croire les responsables des réseaux sociaux, des déclarations fausses et sans preuves.

David MWANIA