RDC/ RAM : Ni le site ni les membres du cabinet du ministre ne savent répondre aux préoccupations des usagers

RDC/ RAM : Ni le site ni les membres du cabinet du ministre ne savent répondre aux préoccupations des usagers

5 janvier 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Au sein du service de call center du Registre des Appareils Mobiles (RAM) les questionnements se multiplient à propos de cette nouvelle trouvaille du ministère des PT-NTIC.

Le doute s’installe sur les vraies motivations de l’Etat congolais en décrétant ces mesures, à première vue, censées combattre la contrefaçon mobile, protéger les populations des radiations et radiofréquences des téléphones contrefaits.

Ceux qui sont censés répondre aux préoccupations des utilisateurs ( les employés du call center de RAM) ont eux-mêmes des lacunes et ne savent pas expliquer comme il faut la quintessence et l’importance de ce nouveau service.

« J’ai reçu une cliente qui voulait savoir comment une personne qui avait commencé son cycle mensuel de paiement à Kinshasa et qui par la suite, a voyagé en Europe (où il doit poursuivre l’utilisation de son téléphone avec un autre réseau via le roaming)pourra-il continuer son paiement sans le roaming vu le changement de réseau et du fournisseur téléphonique ?», a confié à GrandJournalcd.net une employée de vodacom commise au call center de RAM qui s’est dit étonnée de voir sa hiérarchie tâtonner sur certaines questions en rapport avec ce sujet.

« J’ai posé cette question à madame Joëlle ( assistante du ministre des PT-NTIC, Kibassa Maliba). Elle même ne savait pas quoi me répondre sur cette question», a-t-elle ajouté avec étonnement.

Et de poursuivre:

« Un autre monsieur, bloqué faute de paiement après 3 mois, nous a appelé pour se plaindre du blocage de son téléphone. Je lui ai indiqué de payer 351 unités (soit 117 unités multipliés par 3 mois) et les laisser dans sa balance en lui indiquant que le paiement s’effectuera automatiquement en 24 heures. Mon client a écouté mon indication puis a rechargé 500 unités. Ensuite, il a attendu 4 jours sans le moindre signal. Ni le paiement ni le déblocage de son téléphone ne s’est effectué encore moins une notification de RAM. Du coup, moi je ne savais plus quoi répondre au client si non promettre de revenir vers lui plutard. Depuis, il attend notre appel… ».

L’agent indique avoir posé le problème à sa hiérarchie, « l’assistante du ministre n’a pas eu de réponse à nous donner. Il a juste pris un carnet, fait semblant de noter quelque chose et est partie en douce », a-t-elle ajouté en souriant.

Une autre employée qui a également requis l’anonymat nous confie ce qui suit:

« Même le site ne proposent pas des informations exactes. Un client peut t’appeler et te dire que son téléphone a trois sims. Mais en demandant l’information au site, celui-ci nous renvois le message triple sim no, pourtant le client se plaint d’être facturé de toutes ses trois cartes Sims. Quand un client se plaint comme ça, on devrait vérifier par son Imei au site afin de vérifier ce qu’il nous dit. Pire, en envoyant le message au 470, il reçoit les messages affirmant que son téléphone est un original avec tous les détails possibles, pourtant sur le site, on me dit que c’est un contrefait. Du coup, je me retrouve bloqué face au client… ».

Face à cette énième taxe, plusieurs utilisateurs s’interrogent:

  • Comment et pourquoi le contribuable congolais pour des téléphones contrefaits introduits par l’Etat lui-même à travers son service de l’office de contrôle (OCC) ?
  • Pourquoi le contribuable doit il payer pour quelque chose dont il n’est pas responsable ?
  • N’est-ce pas aux usines fabricant ces téléphones, supposées responsables de la mauvaise qualité réseau en RDC, de payer cette redevance ?

Moïse Dix