RDC-Beni : 20 civils tués par des rebelles à Mwenda

RDC-Beni : 20 civils tués par des rebelles à Mwenda

5 janvier 2021 0 Par Grandjournalcd.net

20 personnes ont été tuées lors d’une nouvelle incursion des assaillants à Mwenda, en territoire de Beni au Nord-Kivu, la nuit de lundi à ce mardi 5 janvier 2020. L’attaque est attribuée aux combattants de forces démocratiques alliées (Adf).

La violence est intervenue vers 19 heures renseigne Iteni Kimwele chef du village de Mwenda. Il parle des rebelles lourdement armés dont des enfants et des femmes qui ont attaqué son entité. « On a tué 20 personnes, il s’agit des corps déjà retrouvés » a-t-il expliqué mais d’autres dizaine des mes administrés ne répondent plus à l’appel.

« Ce bilan est encore provisoire nous continuons à fouiller la forêt pour retrouver d’autres corps mais pour le moment le bilan fait état de 20 corps ramassés. L’attaque est une fois encore attribuée aux rebelles ougandais de l’Adf. On est vraiment très consterné par cette situation. Les rebelles sont arrives à 20 heures locales. Ils ont massacré la population sans pitié » a expliqué le président de la société civile du secteur de Rwenzori, Wilson Paluku contacté par le GRANDJOURNALCD.NET.

Il dénonce le retard avec lequel l’armée est venue en intervention. Pour lui, les Fardc doivent changer leurs stratégies de traque des rebelles ougandais de l’Adf.

Cette nouvelle incursion des rebelles ougandais de forces démocratiques alliées (Adf) vient de plonger la population de Mwenda dans le désespoir.

Le chef de secteur de Rwenzori, Bozi Sindi Wako confirme cette nouvelle attaque des rebelles. Il s’est réservé de livrer le bilan des personnes massacrées. Il rassure que les forces armées congolaises sont à pied d’œuvre pour pacifier la région de Beni.

Bozi Sindi Wako invite la population à continuer à soutenir les Fardc et le président Félix Tshisekedi dans sa vision de pacifier l’Est de la république démocratique du Congo.

La région de Beni a été encore sous le choc ce lundi 4 janvier après la découverte de 21 corps à Lohulo et à Loselose.

Jonathan Kataliko