RDC/pétitions contre le bureau exécutif de l’assemblée nationale: Quelles sont les chances de Jeanine Mabunda et cie ?

RDC/pétitions contre le bureau exécutif de l’assemblée nationale: Quelles sont les chances de Jeanine Mabunda et cie ?

5 décembre 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Plusieurs députés ont signé chacune des pétitions initiées pour déchoir l’actuel bureau exécutif de l’assemblée nationale. Le député Muhindo Nzanghi, l’un des signataires de ces pétitions, parlait de plus de 250 signatures déjà récoltées.

Les députés signataires venus de tous bords politiques y compris le Front Commun pour le Congo, ont annoncé via un communiqué de presse, le dépôt pour ce samedi à 10 heures. Ils appelaient pour la même occasion, les députés et la population à se mobiliser pour soutenir cet acte qu’ils qualifient de « salvateur pour la Nation ».

« Les députés ont un choix à faire entre livrer un bureau qui a pris le goût de clochardiser les élus et finir comme des victimes de la guerre qu’enclenche inutilement l’actuelle présidente de l’assemblée nationale avec le président de la République, détenteur des prérogatives de dissoudre l’assemblée nationale renvoyant ainsi 500 députés au chômage. Ils ont un choix à faire…», a préconisé dans sa rubrique CritikInfo, le journaliste Christian Bosembe.

Entre temps, cette annonce du député Muhindo Nzaghi vient amincir les chances de l’actuel bureau exécutif et sa présidente.

En effet, l’article 31 de l’actuel règlement intérieur de l’assemblée nationale de l’assemblée nationale requiert le nombre des 50 députés pour déchoir un membre du bureau exécutif. Et 125 pour introduire une pétition contre le président de l’assemblée nationale.

Une fois introduite, cette pétition « doit être débattue 72 heures après son introduction et ne pourra être interrompue que jusqu’au vote par la plénière », prévoit cet article qui précise que pendant tout ce temps, aucun membre du bureau ne pourra présider la plénière jusqu’à ce que l’issue de la pétition en décide autrement. Il reviendra au doyen d’âge de l’assemblée de conduire la plénière, accompagné de deux benjamins, jusqu’au vote.

Seulement, après débat, l’étape ultime pour que le président de l’assemblée nationale soit déchu reste le vote.

Si la condition pour introduire la pétition requérait 125 signatures, nombre que seule l’opposition pouvait obtenir, il n’en est pas le cas pour le vote final. A l’assemblée plénière, le règlement intérieur prescrit la majorité absolue des votants pour décider de faire partir le président du bureau exécutif. Càd, 250 députés + 1 au minimum.

Ces députés FCC qui avaient « peut-être » signé cette pétition en catimini, sauront ils voté contre Jeanine Mabunda, choix de l’autorité morale, au vu et au su de tout le monde, au cours d’une plénière ? Quand on sait la place qu’accorde Joseph Kabila à « la discipline » au sein de sa famille politique. Affaire à suivre…

Moïse Dix