RDC/Justice : ‹‹Vital Kamerhe souffre, douleur de l’UDPS ?››, s’interroge Jean Thierry MONSENEPWO

RDC/Justice : ‹‹Vital Kamerhe souffre, douleur de l’UDPS ?››, s’interroge Jean Thierry MONSENEPWO

30 novembre 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Invité, entendu, détenu et aujourd’hui condamné, Vital KAMERHE, directeur de cabinet du Chef de l’État demeure dans l’ombre de membres des coalitions FCC-CACH. En effet, après que la Secrétaire Général du l’UDPS, Augustin KABUYA ait indiqué que la condamnation du leader de l’UNC était l’une des œuvres des leur partenaire, Jean Thierry MONSENEPWO, l’un des porte parole du FCC et cadre de la CCU est revenu ce jour sur ceux qui semblent profiter de l’éviction du leader de l’UNC.

Pour Jean Thierry MONSENEPWO, c’est depuis le début du mandat de Félix TSHISEKEDI que l’UDPS s’évertue à charger Vital KAMERHE dans la justification de toutes ses actions ratées. Pour justifier sa thèse, le Président de la ligue des jeunes de la CCU indique que c’est au sortir d’une visite effectuée sur les sites des travaux de construction des sauts de mouton que Jean Marc Kabund et Augustin KABUYA avait indiqué à la presse vouloir solliciter du Chef de l’État l’ouverture d’une action judiciaire contre les detourneurs.

Bien entendu par l’opinion et saisi par ses militants, renseigne Jean Thierry MONSENEPWO, le message de Kabund et KABUYA fût repris par fils Mukoko, qui, avec d’autres militants, auraient promis une sentence de 20 ans pour ‹‹le voleur››, chose qui s’est réalisée quelques mois plus tard. Pour monsieur MONSENEPWO, c’est suite à cette demande que le Chef de l’État aurait instruit le gouvernement en conseil des ministres, à diligenter des enquêtes sur les travaux liés au programme de 100 jours.

Au moment du procès, renchérit Jean Thierry MONSENEPWO, la prise des paroles de plusieurs cadres du parti présidentiel est connue de tous. À l’instar du conseil principal Marcelin BILOMBA. ‹‹Ce cadre de l’UDPS n’a pas maché ses mots et a démontré par ses positions, qu’une messe était dite en haut lieu pour finir le pacificateur. Car il fallait à tout prix, justifier le retard pris par les travaux de 100 jours, en trouvant une victime expiatoire, et VK était là›› raconte t-il.

Ainsi, renchérit-il, l’arrestation de Monsieur Kamerhe suivrait un plan bien conçu. ‹‹(…)Son arrestation et sa condamnation pour corruption entre autre, cassaient le deal de Nairobi pour 2023. Car la vraie bataille c’est celle-là››, estime t-il. Pour chuter, Thierry MONSENEPWO a indiqué que le FCC, sa famille politique, n’est ni de près, ni de loin mêlé au dossier de Vital KAMERHE et en prend pour preuve la visite de Néhémie MWILANYA rendue à Vital KAMERHE.

‹‹D’ailleurs, le Coordon du FCC n’a pas manqué d’aller rendre visite en prison à ce fils du pays. Ce que aucun UDPSien [membre de l’UDPS ndlr] n’a fait jusque là, craignant sûrement le regard de celui qu’ils ont voulu terminer››, conclut-il.

David MWANIA