RDC/Affaire démission, suspension ou révocation du premier ministre : Daniel MAKILA, cadre du PPRD répond à John KOLELA

RDC/Affaire démission, suspension ou révocation du premier ministre : Daniel MAKILA, cadre du PPRD répond à John KOLELA

21 novembre 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Peut-il être suspendu, révoqué ou même démissionné ? La question sur l’avenir de l’actuel Chef du gouvernement est sous les lèvres de tous les acteurs politiques du pays. Sur cette question, constitutionnalistes, juristes ou politiciens ont du mal à s’accorder.

Ce jour, dans une tribune de John Kolela publiée par grandjournalcd.net , Daniel MAKILA, analyste politique et cadre du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie, PPRD, n’a pas pu se retenir. Sans vouloir entrer dans un débat qui ‹‹frise l’acharnement›› du premier ministre, ce cadre du PPRD fait la distinction entre une procédure disciplinaire et une sanction politique.

Pour Daniel MAKILA, si la sanction politique, réglementée par le droit constitutionnel ne peut être prise que par l’Assemblée Nationale, la procédure disciplinaire, bien que relevant du droit administratif, nécessite un préalable qui n’est le moindre, une faute disciplinaire du PM prouvée après la présentation des moyens de défense de ce dernier dans une procédure disciplinaire ‹‹équitable›› avant toute sanction.

Bref, en rapport avec la révocation du premier ministre qui est une sanction administrative ‹‹que peut infliger l’autorité en cas d’une faute ou de manquement grave››, comme a affirmé John KOLELA se penchant sur l’article 78 de la constitution, Daniel MAKILA estime qu’une révocation intempestive est sûrement de l’excès et de l’abus de pouvoirs.

‹‹Ce n’est pas cela l’État de droit››, dit-il. ‹‹Et si cette faute est provoquée ou recherchée par la ruse, comme par exemple donner un ordre illégal au PM qui n’y optemperait pas, nous sommes dans un cas caractéristique de mauvaise foi. Et n’emmenez pas le Chef de l’État si bas››, conclut-il.

David MWANIA