RDC/ alternance en Afrique : « L’un des chantiers que l’UA doit régler…c’est le statut des anciens présidents » E. Macron

RDC/ alternance en Afrique : « L’un des chantiers que l’UA doit régler…c’est le statut des anciens présidents » E. Macron

20 novembre 2020 0 Par Grandjournalcd.net

La situation en Afrique est telle qu’on compte de plus en plus des dictateurs qui conçoivent le pouvoir comme une question de vie ou de mort. En Guinée, au Cameroun ou au Congo Brazzaville, on compte des prétextes et des combines des régimes en place , par milliers, juste pour s’éterniser au pouvoir.

Si la situation s’avère désespérée pour les populations et les camps adverses de ces pays africains, le président français estime quant à lui que le point clé, derrière tout cela, « c’est le statut des anciens présidents. »

Emmanuel Macron pense que l’un des chantiers que l’Union Africaine doit régler, « c’est de rassurer les dirigeants en leur expliquant ce qu’ils deviendront quand ils ne seront plus au pouvoir », a-t-il confié lors d’un entretien avec le magazine Jeune Afrique.

Un avis que plusieurs analystes congolais partagent et simulent à la situation politique de la République Démocratique du Congo. Même si le pays de Lumumba connaissait sa première alternance dite pacifique, les camps du Président TSHISEKEDI et celui de son prédécesseur majoritaire au parlement et au gouvernement ne s’accordent pas. Pire, la coalition FCC-CACH semble aujourd’hui près de sa rupture plus que jamais.

Si le président congolais reproche à son prédécesseur de bloquer ses initiatives au sein du gouvernement au profit des populations, Joseph Kabila, le chef de la majorité parlementaire brandit, lui, la constitution et l’accord de paix signé entre les deux personnalités en présence des certains chefs d’Etat africains.

Joseph Kabila serait-il inquiet du sort réservé à sa famille biologique ou politique une fois qu’il aurait cédé aux caprices de son successeur ?

« Vraisemblablement, Félix Tshisekedi réclame son indépendance et toutes les clés du pouvoir qu’il n’a pas, de par l’esprit des textes constitutionnels qui consacrent un régime semi-présidentiel et semi-parlementaire en RDC, lorsque celui qui arrive au pouvoir n’a pas la majorité au parlement», note pertinemment un internaute congolais.

Et si la solution pacifique en RDC venait enfin de l’Union Africaine tel que préconisé par Emmanuel Macron ?

Moise Dix