RDC/ desserte en eau et électricité : Kinshasa vit les pires moments de son histoire

RDC/ desserte en eau et électricité : Kinshasa vit les pires moments de son histoire

19 novembre 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Kinshasa est dans le noir total et à sec comme il ne l’a jamais été auparavant. C’est un constat amère fait par notre rédaction. Sur le net, on ne cesse de demander désespérément des explications aux responsables de ces secteurs vitaux à la vie urbaine. Personne ne réponds ou alors les solutions n’arrivent pas toujours. Entre temps, c’est du mal au pire que ça avance.

Anto, une résidente d’un des quartiers de la très mouvementée commune de Kalamu nous a confié le drame qu’elle vit dans son quartier. « J’ai la trentaine révolue à ce jour, je suis née et j’ai grandi ici ( Kauka 1). Dans mes souvenirs, on a jamais passé plus de deux jours sans eau. Les coupures du courant ne duraient jamais plus de 4h du temps, mais là ça va faire 4 jours qu’on passe nuit avec des torches », déplore cette dame qui confie en outre que « l’eau ne coule pas à Kauka depuis près d’une semaine ».

« C’est grave par ici », ajoute Papa Jonh, la quarantaine révolue. Pendant ce temps, le mouvement des populations sur l’avenue victoire d’un quartier à un autre à la recherche d’un « oasis » se fait de plus en plus remarqué. Plus l’heure avançait, plus du monde se déplace avec ses vidanges, bidons et bassins. Femmes, jeunes et vieux, à la queue-leu-leu.

La tension est à son comble, « nous attendons qu’un agent de la REGIDESO se pointe ici, nous allons lui régler son compte », lançait de son côté Tocha, un jeune de Matonge muni de son bidon de 25 litres.

Notons que le ministre d’Etat en charge des Ressources hydrauliques et Électricité, Eustache Muhanzi, était face aux sénateurs, 13 novembre, dans le cadre de la question orale avec débat lui adressée par le sénateur Hyppolite Mutombo. N’ayant pas convaincu, par ses réponses, le sénateur Initiateur de la question avait promis de transformer sa question en une interpellation.

« Le ministre que nous avons invité devait nous expliquer où il nous amène, car la situation de la desserte de l’eau et électricité est très critique aujourd’hui (…) Est-ce qu’on doit continuer à reculer ? Le ministre est venu pour nous reculer ou pour d’abord pérenniser les acquis et ajouter ? » s’interrogeait le sénateur.

Moise Dix