Monde des affaires à l’ère du covid: le monde est un business dont nous sommes les produits (Tribune)

Monde des affaires à l’ère du covid: le monde est un business dont nous sommes les produits (Tribune)

15 novembre 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Aujourd’hui nous allons communiquer avec vous sur la réalité du moment qui passe inaperçue, réalité due à la pseudo-pandémie.

Vous rappelez-vous du monde d’hier ? De l’ancien monde ! Un monde où les enfants jouaient dans la rue. Un monde où nous étions libres de nous rencontrer, de nous aimer, de faire la fête. Un monde où nous pouvions nous exprimer en toute liberté. Un monde où nous étions libres de faire des choix. Choisir comment nous voulions vivre. Comment nous voulions mourir. De la manière dont nous voulions nous soigner. Alors, depuis le Covid, ce monde n’existe plus et ne reviendra plus.
Ne croyez pas que ce soit les gouvernements qui ont pris le peuple en otage, non. Eux aussi le sont… pris en otage. Et de plus en plus avec cette crise financière de 2020, nous entrons dans une nouvelle ère sous la base d’un virus inoffensif pour la plus grande majorité de la population mondiale. Les entreprises privées et les multinationales prennent petit à petit le contrôle de notre monde, de notre économie, le contrôle des États et même du président Macron (des décisions politiques, de nos impôts, de nos comportements et de plus en plus : le contrôle sur nos vies).

Dans cet article nous allons regarder l’autre côté de cette pandémie. Les vrais enjeux derrière cette mascarade planétaire. Le plan admirablement orchestré qui est mis en place pour construire un nouveau système.
Tout d’abord posons les fondations. Ceux qui gèrent le monde aujourd’hui sont les hommes et les femmes les plus riches du monde. Pour être précis, 26 d’entre eux détiennent autant que la moitié la plus pauvre de l’humanité, soit presque quatre milliards de personnes. Regardez, 26 personnes (26 milliards) d’un côté et 3,8 milliards de personnes dont la majorité de pauvres de l’autre côté.

Le gouffre entre ces deux mondes a de quoi faire frémir n’est-ce pas ? Je ne pointe pas ici la richesse, car après tout, tout le monde a le droit d’être riche financièrement. Mais ici je pointe les écarts qu’il y a entre les très riches et les très pauvres, la manière dont ces écarts sont créés.

Ces très riches peuvent s’enrichir toujours de plus en plus au profit des pauvres. C’est simplement grâce aux dirigeants de nos pays qui leur offrent des facilités principalement sur les impôts et taxes, devenant pratiquement inexistant pour certains. Par exemple Amazon qui ne paie pas d’impôts sur les sociétés des États Unis alors que Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon est l’homme le plus riche du monde. En 2019, Amazon a tout de même réalisé les bénéfices de 10, 1 milliards de dollars. Ici il ne s’agit pas de son chiffre d’affaires, mais de bénéfices. Et avec ces bénéfices, Amazon a bénéficié d’une réduction de son impôt fédéral de 129 millions de dollars, comme l’explique le quotidien Les Échos.

Il y a aussi Google et Facebook qui paient les impôts ridiculement faibles par rapport à leur chiffre d’affaires et à leurs bénéfices effectués en France.

Nous pourrons vous en citer d’autres, nous pensons par exemple à Luc Besson qui a bénéficié au mois d’août de l’année en cours, d’un effacement de ses dettes personnelles par la Caisse des dépôts français d’un montant de 45 millions d’euros.

Si vous, vous aviez une dette de 500 euros seulement, non payés aux impôts, ou à votre Banque, alors la semaine suivante vous aurez les huissiers qui vont vous harceler, mais d’autres non. Il faut dire que l’ancien banquier de Luc Besson à l’établissement Rothschild était Emmanuel Macron. Mais d’où vient l’argent de la Caisse de dépôt ? La réponse à cette question est très simple, il faut bien le rappeler que l’argent (45 millions) de la Caisse de dépôt représente les impôts des pauvres fonctionnaires de l’État.

Nous ne verrons pas certainement le film de Luc Besson venant traiter de la négligence gouvernementale sur la gestion de la crise du Covid, mais il fera sûrement un film déclarant la fin du monde à cause d’un virus ayant comme solution possible ‘’la vaccination’’.
Nous allons vous donner un dernier exemple pour que vous poussiez bien comprendre le maillage du fond. Vous connaissez certainement le Groupe Altice avec son fondateur Patric Drahi qui regroupe BFMTV, RMC, SFR, L’EXPRESS, L’ÉTUDIANT, avec un tas d’autres entreprises d’informations et de communication. Son action était à 24 euros en 2015 mais aujourd’hui, elle ne vaut plus que 4 euros ! Je vous laisse imaginer la perte phénoménale pour toutes les personnes qui ont investi dans ces actions d’Altice.

Drahi a fait un coup de maître ici, il introduit Altice Europe en Bourse en 2015, avec des belles promesses, des millions de personnes qui achètent des actions à 24 euros et maintenant, il essaye de tout racheter en passant Altice à titre privé et dit à tous ces actionnaires qui ont acheté l’action à 24 euros qu’il va leur faire un geste en achetant l’action non pas à 4, mais à 4,11 euros. Du coup, le Groupe a une dette de 24 milliards ! Il va racheter ces actions à hauteur de 5 milliards grâce à qui ? Grâce à la BNP qui va lui prêter de l’argent. Ici il faut comprendre que, Macron a besoin de l’aide de médias de masse comme : BFM, EXPRESS et LIBÉRATION pour se faire réélire. Voilà pourquoi la BNP dans le coup. Au moment où nous recevons des informations de certains professionnels de la construction immobilière que : « Les banques ne prêteront plus d’argent aux personnes qui n’auront pas d’apport pour construire une maison individuelle ! », (il s’agit ici d’un toit pour vivre sa vie, et d’un apport juste de 10 mille euros seulement) ! Mais ces mêmes banques prêtent de l’argent à des personnes qui sont surendettées à hauteur de 24 milliards d’euros ! Et dont le Groupe a vu ses actions chutées d’une manière extraordinaire, en 5 ans seulement, de 24 euros à 4 euros !
Avant de commencer à faire le lien, retenez bien que, c’est ne plus les lois qui gèrent le monde ni les gouvernements, ni la politique, mais uniquement les multinationales et les grands Groupes financiers. Et que toute décision politique, même celle prise pour une pandémie qui n’existe pas, est assujettie à un plan qui consiste à continuer à agrandir les écarts entre les très riches et les très pauvres et supprimer la classe moyenne dont vous et moi faisons partie. Donc ouvrez les yeux, on ne s’occupe pas des très pauvres pendant cette pandémie, d’ailleurs, on n’en parle pratiquement pas aux infos ! Toutefois, on soutient les plus riches et c’est depuis le début de la pandémie. On restreint les libertés de toute la classe moyenne, en les empêchant de continuer à gagner leur vie et de vivre convenablement ! Mais comment arrivent-ils à faire ça ? Tout simplement aujourd’hui, 1 % des plus riches détiennent 48 % des richesses mondiales.

En 2010, il y avait trois cent quatre-vingt-huit (388) milliardaires qui détournaient autant des richesses que la moitié la plus pauvre de la population. En 2011, ils étaient cent soixante-dix-sept (177). En 2012 ils étaient cent cinquante-neuf (159). En 2013, quatre-vingt-douze (92). En 2014, quatre-vingt (80) et en 2020, vingt-six !

Et si vous regardez la courbe qui était prévue depuis le krach de 2008, projection issue des analyses qui datent de 2015, on peut voir qu’il se réalise parfaitement aujourd’hui en 2020. La volonté de créer les écarts entre la classe sociale était déjà préméditée et aujourd’hui c’est une réalité.

Mais alors, quels sont ces 26 qui gèrent le monde aujourd’hui ? En premier nous citons Jeff Bezos d’Amazon, avec une fortune à 112 milliards de dollars. Ensuite vient Bill Gâtes de Microsoft avec 90 milliards ; Warren Buffet avec 84 milliards de dollars ; Bernard Arnault du Groupe LVMH, avec 72,2 milliards de dollars ; Mark Zuckerberg de Facebook, avec 71 milliards de dollars ; Amancio Ortega du Groupe Aditex, avec 70 milliards de dollars ; Steve Ballmer de l’Ex Microsoft pour 69,6 milliards de dollars ; Carlos Slim Helú de Magna Télécom, avec 66,1 milliards de dollars ; et puis il y a Charles et David Koch de Famille industrielle, avec 60 milliards de dollars chacun ; Larry Ellison d’Oracle, avec 58,5 milliards de dollars ; Michael Bloomberg, l’Ancien Maire de New York ; 50 milliards de dollars ; Larry Page et Sergueï Brin de Google, avec 48,8 milliards de dollars pour le premier et 47,5 milliards de dollars pour le second ; Jim Walton de Walmart avec 46,4 milliards de dollars ; S. Robson Walton de Walmart avec 46,2 milliards de dollars ; Alice Walton de Walmart avec 46 milliards de dollars ; Ma Huateng de Tencent pour 45,3 milliards de dollars ; Françoise Bettencourt Meyer de l’Oréal pour 42,2 milliards de dollars ; Mukesh Ambani de Reliance Industries pour 40,1 milliards de dollars ; Jack Ma, le patron de Alibaba avec 39 milliards de dollars ; Sheldon Adelson de Promoteur immobilier avec 30,5 milliards de dollars ; Hui Ka Yan de Evergande promoteur immobilier avec 29 milliards de dollars ; Li Ka-shing de Promoteur amateur, avec 23 milliards de dollars ; Lee Shau-Kee de Henderson Développement immobilier avec 26 milliards de dollars ; Wang Jianlin de Dalian Wanda Group, pour 14,2 milliards de dollars.

Nous sommes dans l’ère où les écarts entre pauvres et riches s’accroissent de jour en jour. En plus, il faut savoir que la richesse croît de plusieurs millions de dollars chaque jour. Alors me diriez-vous quel lien il y a – t – il entre ces milliardaires et la crise sanitaire ? Ici ce qu’il faut comprendre est que, ces milliardaires ont un poids énorme sur les gouvernements et sur les médias. C’est très simple, c’est-à-dire qu’ils peuvent acheter toute personne qui a un prix. L’exemple aussi simple est quand nous avons vu Bill Gâtes faire un ‘’don’’ de 2 millions de dollars !

Vous n’entendrez jamais un jour ‘’Le Monde’’ mettre en mal ou douter de Bill Gâtes ou de toute entreprise gravitant autour de Bill Gâtes, ni aujourd’hui ou demain, ‘’Le Monde’’ est donc corrompu. Et leurs infos sont aussi à la hauteur de leur corruption, (vide). Vous comprenez maintenant pourquoi BFM, EXPRESS et autre médias ne diront jamais aux infos la réalité de ce que nous vivons. Car, tout suit une logique implacable ! Les présidents et les hommes d’États ont besoin de médias pour se faire élire, les médias ont besoin des fonds pour exister, l’argent se trouve dans une poignée de main.

Ce que vivent ces médias, c’est ce que chacun d’entre vous qui vivez dans la peur vit au quotidien. Vous désirez continuer à avoir de l’argent demain et à pouvoir exister, alors écoutez leurs décisions. Pour un média c’est la même chose ! Vous voulez continuer d’exister ? Vous voulez qu’on vous annule vos dettes ? Alors dites ce que nous vous demandons de dire.
En fait, tout le monde, à tous les niveaux est pris en otage par ces multinationales. Le monde est devenu ‘’UN BUSINESS RENTABLE’’ pour une poignée de personnes seulement ! Et tous les humains sur cette terre qui ne sont pas ces 26 personnes, tous sans exception, sont devenus des produits à haute valeur ajoutée. Et si vous dites : « Moi je ne suis pas un produit », alors vous vous mentez à vous-même. Il ne se passe une seule seconde que vous ne dépensiez pas de l’argent, c’est-à-dire que pour lire même cet article, vous devez payer le téléphone (Android ou autres), l’accès à l’Internet, l’usure de chaque objet chaque jour, l’usure de vos vêtements. Avec le chauffage pour ceux qui vivent dans les pays froids, les climatiseurs et ventilateurs pour ceux qui vivent dans les pays chauds, et alors, nous sommes un produit de consommation, it’s ok ! Nous sommes arrivés là, dedans, dans un système qui a été construit ainsi. Nous devons nous rendre grâce, nous rendre compte, car l’éveil de la conscience est le début de la révolution.
Dans certains de nos articles précédents nous parlons de la crise actuelle, nous parlons de ce que nous montraient les médias par rapport au virus et aussi de leur méthode pour cacher en fait le réel sujet de cette pseudo-pandémie qui est simplement un effondrement programmé et prémédité de notre système économique et financier.
Aujourd’hui, plus six (6) mois plus tard, il se fait de plus en plus présent ! Alors que tout le monde porte son regard sur le virus, sur le masque et sur les décisions dictatoriales, la machine est en marche pour faire tomber ce système économique et financier, elle est déjà d’ailleurs bien avancée et apparemment, elle ira jusqu’au bout.
La presse est en danger, la finance est en danger, les banques également sont en danger. Les entreprises et les multinationales sont entourées de toute une armée d’entreprises et des personnes qui ont l’influence et donnent leur pouvoir pour faire tomber ce système qui ne les convient plus pour en créer un à leur convenance.
Oui, notre système s’effondre et nous l’entendons aujourd’hui dans la bouche de certains hommes politiques français, je cite Bernard Monot qui parle en ces termes : « Je soutiens Nicolas Dupont-Aignan, parce que je pense qu’il est l’un des mieux placés aujourd’hui pour essayer d’inverser ce processus de destruction de notre économie et de notre tissu social français et de redresser la France qui est une grande puissance dans le monde, qui a un pouvoir de rayonnement partout dans le monde, y compris culturellement, et qu’il faut quelqu’un, un homme d’État fort et sérieux qui soit à la tête de ce pays pour pouvoir inverser ce processus de destruction de la France d’aujourd’hui ».

Il faut bien comprendre que toutes les banques sont en faillites, oui, toutes les banques.

Alors pourquoi faire effondrer le système économique ? Comme cela vous a été annoncé dans un billet sur cette page, leur méthode consiste à calfeutrer les actions criminelles des financiers et banquiers qui ont généré la crise de 2008 dans laquelle nous ne sommes jamais vraiment sorties. Plus on crée de la monnaie pour aider les grandes banques et les grandes multinationales, moins l’argent a de la valeur. Aujourd’hui, prenons l’exemple de l’euro ou le dollar qui sont sur le point de perdre toute leur valeur !

Le climat des affaires en France sous le seuil de la crise de 2008.

Le PIB de la France a franchi le cap le plus bas depuis 1949, le plus bas était en 1968 au temps où les Français n’avaient besoin de faire une demande, ni attendre une approbation pour manifester leur colère au désaccord de la rue. Sachez que l’inflation en France cette année est de presque d’un taux négatif de 20 %. Il s’agit donc là d’une inflation que chacun de nous vit mais qui passe inaperçue.

À tout ceci, il y a un objectif commun qui est de supprimer le cash et de tout passer en argent électronique avec la conséquence que cela va engendrer (contrôle de nos comptes, nos dépenses, analyse de nos comportements, ponction de nos salaires automatique ou de nos amandes et j’en passe). Il faut tout de même savoir qu’en France, les banques ont supprimé 2 000 distributeurs de billets en un an seulement.

Puis la politique bancaire c’est de commencer à programmer les clients (vous et moi) à ne plus avoir de contact avec leurs banquiers ou du moins, il faudra payer ! Par exemple à la BNP, il faut payer 600 euros par an pour un professionnel, pour pouvoir parler à un humain, avec son conseiller sinon, on devra se contenter des machines automatisées ! Et bientôt ça sera aussi le tour de particulier.

Alors, nous savons maintenant que le virus actuel n’est pas plus dangereux que la grippe, les chiffres qui montent avec 0,0001 % de morts dans le monde, dû soi-disant à 100 % au Coronavirus depuis le début de la pandémie.

Et aussi 0,0005 % de décès pour la France.

Alors pourquoi faire traîner la pandémie ? Pourquoi renforcer le dispositif de contrôle ? Pourquoi faire effondrer l’économie mondiale ? C’est la même technique qu’un magicien va utiliser pour vous faire un tour de magie. Il va vous montrez quelque chose sous vos yeux vous laissant croire que vous faites un choix, et plus c’est gros, moins vous le voyez.
TOUS COMPLICES, Plus c’est gros moins c’est visible, et cela s’appelle ‘’Diversion’’, c’est-à-dire amener votre conscience vers une trajectoire particulière, ainsi, vous ne pouvez pas voir les autres trajectoires.
D’une certaine manière, la diversion est faite dans un but de croissance positive, autrement appelé ‘’l’influence positive’’. Vous pouvez aussi comprendre que cette même diversion peut être faite à des fins machiavéliques. Il est tout aussi possible de mettre les mêmes personnes dans la dépression, car parfois, il faut mettre quelqu’un dans un état dépressif, puis le faire sortir de cet état dépressif, puis l’y remettre pour qu’il se rende compte de la dépression et qu’il se rende aussi compte que la dépression est un choix. Sauf que ça s’enseigne (Diversion), mais par contre quand la diversion n’est pas enseignée, alors elle est subie et vécue comme une réalité comme vous en avez une dans la nature en ce moment. C’est un projet qui nous dépasse tous, un projet de grande envergure.

En 2015, ç’a été inauguré par certaines de ces 26 personnes les plus riches de notre monde, sous couvert de dix-sept (17) buts d’objectifs mondiaux, tous plus honorables les uns que les autres comme : Plus de pauvreté dans le monde, plus des personnes qui ont faim, meilleure santé en général, une éducation de qualité, l’égalité des sexes, de l’eau pure et accessible à tout le monde, une énergie clean et abordable, un travail décent et une économie croissante, une nouvelle innovation pour des meilleures infrastructures industrielles, la réduction des inégalités, des villes et des villages qui ont droit à un développement durable, une consommation et production responsable, la prise de décision de faire passer les problèmes climatiques en priorité, la préservation des océans, une vie en accord avec la nature, une justice juste et solide, et l’entraide pour but commun.
Nous signalons tout de même en passant qu’il n’y a aucun but pour le génocide animalier du XXIe siècle. Ces buts sont le principe de la diversion.

Tous les membres de l’organisation qui s’appelle GLOBAL GOALS (les buts globaux), œuvrent ardemment pour utiliser la ‘’Pandémie’’, pour reconstruire le ‘’Nouveau Monde’’, le leur ! Ce projet a démarré en 2015 et a pour date limite 2030. En gros, les membres de GLOBAL GOALS veulent réaliser en 15 ans, ce qu’aucun pays, aucun gouvernement, aucune humanité n’a réussi à faire depuis que la terre existe.

Sur le papier, nous rêvons tous d’un monde tel qu’il nous est présenté n’est-ce pas ? C’est ici que la diversion se place. Alors que nous sommes tous désœuvrés, nous voulons tous que cela s’arrête, nous voulons tous un monde meilleur ! D’ailleurs en termes de communication de marketing, ils ont mis le paquet.

Un visuel parfait, reconnaissable et belles couleurs inspirant la joie, mais dans un monde proche c’est plutôt une poubelle flottante (les inégalités, la souffrance, la dépression, le suicide, les pertes de repères n’ont jamais été aussi grands !
Nous rappelons tout de même que, les gourous de sectes ne prennent que les gens les plus démunis pour les motiver à rentrer dans leurs sectes. La population mondiale est démunie actuellement sous couvert d’un virus, nous vous laissons deviner qui sont les gourous et qui sont les adeptes.

Ils ne se cachent pas, ils annoncent clairement que la pandémie est un portail et qu’il faut l’utiliser pour tout modifier (le système).
Voilà ce qu’ils pensent : « Peu importe ce que c’est ‘’Le coronavirus’’ a fait s’agenouiller les grandes puissances et a mis le monde à l’arrêt comme rien d’autre ne l’aurait pu. Nos esprits courent toujours d’avant en arrière, avec l’envie d’un retour à la normalité, essayant de relier notre avenir à notre passé. En refusant de reconnaître la rupture. Mais, la rupture existe, et au milieu de ce terrible désespoir. Cela nous offre une chance de repenser la machine apocalyptique que nous avons construite pour nous-mêmes. Rien ne pourrait être pire qu’un retour à la normalité. Historiquement, les pandémies ont forcé les humains à rompre avec leur passé et à imaginer un nouveau monde. Celui-ci n’est pas différent, c’est un portail, une passerelle entre un monde et le prochain. Nous pouvons choisir de le traverser, traîner les carcasses de nos préjugés et de notre haine. Notre avarice, nos banques de données et nos idées mortes. Nos rivières mortes et nos ciels enfumés derrière nous où nous pouvons marcher de manière légère, avec peu de bagages, prêts à imaginer un autre monde et prêt à se battre pour lui (The Global Goals) ».

Tous les dirigeants du monde y participent sauf Donald Trump. Et nous y retrouvons comme fondateur premier la ‘’Fondation Bill et Mélinda Gâtes’’, ‘’Google’’, ‘’Mastercard’’, ‘’SalesForce.org’’, ‘’Unicef’’, ‘’Vision 2030’’ qui est en plein développement et mis en place par le Prince Héritier d’Arabie Saoudite à la création de ‘’Global Goals’’ avec le but final pour 2030.

Je vous laisse regarder les autres partenaires comme : ‘’Coca-Cola’’, ‘’Nike’’, ‘’l’Univers’’ et des centaines d’autres.

Oui, un projet d’envergure de modification en profondeur de notre système existentiel qui passe inaperçu, car il est sous nos yeux ! Et que nous sommes victimes de la diversion. Vous comprenez maintenant pourquoi toutes les vidéos sur Facebook ou YouTube parlant de la face cachée de la pandémie sont supprimées ? Tout cela pour faire en sorte que la diversion continue. Rappelez-vous de la ‘’Technique de confusion’’, cette technique est admirablement utilisée chaque jour en changeant les règles, les chiffres, les résultats, les résultats de recherches aussi en se contredisant, ainsi ne sachant plus quoi penser, alors, certains accepterons les décisions d’une autorité perçue.
Le message est très bien fait en termes de communication, les messages subliminaux qui est claire aussi : ‘’La chute de l’économie mondiale’’ est programmé pour pouvoir mettre toute la classe moyenne en difficulté et avoir un meilleur contrôle sur elle (rendre les pauvres plus pauvres qu’ils le sont). Rappelez-vous que ‘’Le monde est un business dont nous sommes les produits’’. Et pendant ce temps, les ultra-riches, les psychopathes qui veulent prendre le pouvoir sur ce monde, vont quant à eux, s’enrichir avec vos impôts, avec les planches à billets, avec vos biens et avec vos entreprises que vous allez devoir vendre ou peut être vous séparer. Et ça passera par le retrait de l’argent en liquide en remplaçant le cash par l’argent électronique, avec les transactions de plus en plus faciles, rapide avec un traçage sans demi-mesure grâce à la technologie 5G, la 6G qui est déjà à côté de chez vous d’ailleurs. Ça passera aussi par l’obligation d’une bonne santé comme ils affichent sur le site de Global Goals, par l’obligation d’être bien vacciné contre toutes les maladies ou vous pourriez nuire à la population mondiale par exemple, ou encore par un autre formatage à l’école, par le contrôle des pauvres et de classe moyenne. J’entends même déjà parler des décrets et les lois proposant de ne pas autoriser les personnes à voyager si elles ne sont pas vaccinées contre le/la Covid.
C’est ainsi que l’on réduit nos libertés par le retrait de nos plaisirs et de tous nos plaisirs de vie. Tout ce qui peut nous rendre heureux comme : manger tard au restaurant, aller au cinéma, aller chez les amis, aller en concert, faire une formation ! Alors, quoi faire au milieu de ces psychopathes manipulateurs, menteurs, fous furieux avides, de pouvoir voyant le monde et les humains comme des produits ?
Une fortune comme celle de Mark Zuckerberg lui permettrait normalement de vivre pendant les 50 ans qui lui restent à vire avec environ 60 millions de salaire mensuel, soit pratiquement 2 millions de salaires par jour, soit presque 100 mille dollars à la minute, soit un salaire de 1 700 dollars à la seconde que vous pouvez multiplier par 3 pour le président d’Amazon. Alors, qu’est ce qui peut motiver un être humain, mortel comme tous les autres êtres humains de continuer à courir après l’argent ? De continuer à se battre pour la réduction des taxes alors qu’il a atteint un montant qui n’a plus aucun sens de vie profonde ? Nous ne voyons qu’une seule réponse : ‘’une maladie mentale’’, ce que nous pouvons d’ailleurs lire à travers le discours de Sarkozy dans les lignes qui suivent : « Je peux vous dire une troisième chose : on ira ensemble vers ce ‘’Nouvel Ordre Mondial’’, et personne, je dis bien personne ne pourra s’y opposer ».
Comment agir au milieu de tout ça ? Tout d’abord, rester avec les yeux et les oreilles bien ouverts, regarder les deux mains du magicien et surtout la main qu’il ne vous montre pas. À ce que l’on sache, il y aurait ceux qui suivent la voie de la peur. Toute personne qui est en train de vous faire accepter cette pseudo-pandémie, il y aurait également les personnes qui tenteront de vous faire accepter le vaccin, le carnet de santé électronique. Et donc, surveillez les applications de votre téléphone. Concentrez-vous sur les opportunités à prendre de cette situation, vous n’échapperez pas au changement, alors anticipez-le ! Et même si vous êtes pointé du doigt par ceux qui vous entourent, it’is ok ! Et si la situation est difficile et que la solution c’est de changer de métier, peut-être de changer de lieu de vie par exemple, de relation mais aussi de style de vie pour préserver votre liberté, alors le seul conseil que nous pouvons vous donner c’est de le faire. Rappelez-vous que dans ce monde vous n’êtes pas le seul non plus, nous sommes des millions dans le monde à résister chacun à notre manière, nous sommes des millions à lutter chacun à notre manière, à informer, à éveiller avec bienveillance. Regroupez-vous, communiquez ensemble sur les opportunités à prendre sur le changement que vous allez mettre en place. Anticipez votre avenir avant que d’autres ne décident pour vous de votre vie. Si vous avez des fonds par exemple, alors achetez de la terre, ou investissez dans les entreprises éthiques. Ne laissez pas votre argent en épargne ou en banque, car toutes les banques sont en faillite. Connectez-vous aussi avec vos valeurs, ne les violez pas, surtout ne les violez pas vous-même, sinon vous allez le regretter. Rappelez-vous aussi qu’ils ne sont qu’une poignée, mais qu’ils ne sont pas le ‘’Monde’’. Chacun a le droit de jouir sur cette terre, chacun a le droit de s’amuser sur cette planète, car elle n’appartient à personne. Pour jouir de votre vie, vous devez commencer par reprendre le contrôle de celle-ci psychologiquement, spirituellement, financièrement, relationnellement et professionnellement. Nous vivons un moment charnier de notre histoire, et vous savez quoi ? Nous avons deux choix, ne laissez d’autres personnes décider de l’atteinte que va prendre notre vie, décidez plutôt soi-même.

« La plus grande force du ‘’Diable’’, appelé aussi ‘’Ego’’, c’est de faire croire qu’il n’existe pas ». (Mika Denissot).

Merci, à la prochaine.

Avec Amour, Bonheur et Passion !
Jean-Pierre Kambulu Kimuanga Wa Mbuyi