RDC : « Les consultations ne sont pas en mesure d’apporter une solution à la crise qui secoue le pays ».(Lisanga Bonganga)

RDC : « Les consultations ne sont pas en mesure d’apporter une solution à la crise qui secoue le pays ».(Lisanga Bonganga)

8 novembre 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Dans une déclaration Politique faite le samedi 07 novembre 2020 par la Dynamique pour une sortie de crise (DYSOC), dirigée par Jean Pierre Lisanga Bongaga a fustigé les consultations menées par le Président Félix Tshisekedi au palais de la nation.

Pour cet ancien ministre, cette crise institutionnelle qui caractérise le pays est dû à la suite des élections du 31 décembre 2018 dernier.

« En effet, Ces consultations ignorent la question de l’illégitimité des institutions née de l’organisation chaotique des élections de décembre 2018. En cela, l’institution
Président de la République, incarnée par le Président Felix-Antoine-TSHISEKEDI, est concernée et constitue elle aussi un problème qui ne peut pas
s’ériger en solution au problème. » Lit-on dans la dite déclaration.

Jean Pierre Lisanga Bongaga et la DYSOC regrettent l’absence des trois personnages importants de la politique congolaise, Sylverstre Ilunga Ilunkamba, Jeannine Mabunda Liyoko et Alexis Tambwe Mwamba à ces assises initiées par Félix Tshisekedi.

« Comblées de dysfonctionnement et des convulsions de ces institutions illégitimes, ces consultations excluent l’actuel premier Ministre, la Présidente de l’Assemblée
Nationale, le Président du Sénat ainsi que des nombreux représentants des différentes
provinces de notre pays.
Faut-il comprendre par là qu’un cas de figure possible serait de procéder à un coup de force institutionnel en violation de la constitution? » s’interroge Lisanga Bonganga

Pour lui, ces consultations nationales initiées par Félix Tshisekedi ne donneront pas un bon résultat à la fin.

« Dans tous les cas, l’usage, par le Président Félix TSHISEKEDI TSHILOMBO, pour la
deuxième fois, du concept ‘’salut du peuple comme loi suprême‘’ n’augure pas des lendemains qui chantent pour notre constitution. Ce qui est sûr, c’est que ces consultations aboutiront à une impasse politique qui va exacerber davantage la crise institutionnelle actuelle, et ne constituent nullement le cadre idéal de résolution des différentes violations fragrantes de la constitution. » A-t-il ajouté

Jean Pierre Lisanga appelle Félix Tshisekedi, Joseph Kabila et Martin Fayulu a se mettre autour d’une table afin de faire sortir le pays de la crise institutionnelle.

« Pour la DYSOC, seuls des échanges impliquant les trois piliers de la crise, à savoir: le Président Felix-Antoine-TSHISEKEDI-TSHILOMBO, le Président Joseph KABILA
KABANGE, le Président Martin FAYULU MADIDI, sous les bons offices de confessions religieuses traditionnelles avec la facilitation des organisations sous régionales et de la communauté internationale,échanges pour L’adoption consensuelle des réformes impératives à mettre en œuvre,constituent la formule idoine de sortie de crise. »

Et d’ajouter, la DYSOC de Jean Pierre Lisanga Bongaga soutient l’idée de l’ancien candidat malheureux à l’élection présidentielle du 31 décembre dernier, Martin Fayulu Madidi pour la sortie de crise institutionnelle.

« En tout état de cause, la DYSOC soutient la proposition de sortie de crise portée par le
président Martin FAYULU MADIDI, coordonnateur en exercice de la coalition LAMUKA, proposition qui demeure une alternative crédible, à mettre à contribution, pour nourrir les débats lors des échanges incontournables quibdoivent déboucher sur l’adoption consensuelle d’une feuille deroute pour une sortie de crise. »

Il faut noter que plusieurs personnalités politiques du pays et certains parti politiques ne prennent pas part à cette série des consultations nationales initiées par  Félix Tshisekedi.

Hervé Kabwatila