RDC/appel à l’union sacrée: Lisanga Bonganga dit non et invite Félix Tshisekedi à emprunter plutôt le schéma établi par Martin Fayulu sur la sortie de crise

RDC/appel à l’union sacrée: Lisanga Bonganga dit non et invite Félix Tshisekedi à emprunter plutôt le schéma établi par Martin Fayulu sur la sortie de crise

29 octobre 2020 0 Par Grandjournalcd.net

L’ancien ministre Lisanga Bonganga réagit à l’appel du président de la République pour « l’union sacrée de la nation » à la suite d’une série des consultations des « acteurs sociaux et politiques le plus représentatifs ». Pour ce proche de Martin Fayulu, cet appel est un schéma de débauchage.

Ce schéma, dit-il, « énerve les principes d’éthique toujours prônés par les forces politiques et sociales acquises au changement ». Et de poursuivre, « les débauchages se font toujours à coup de corruption soit au travers des versements d’espèces sonnantes et trébuchantes soit sur base de promesses de nomination à des postes alléchants dans les rouages des services de l’Etat », fustige-t-il en le qualifiant d’un schéma qui « prêche et prône l’immoralité ».

Le coordonnateur de la Dynamique pour la Sortie de Crise(DYSOC) déconseille cette démarche, d’un côté et propose à Tshisekedi d’emprunter plutôt le schéma établi par Martin Fayulu Madidi de l’autre.

« La DYSOC réaffirme sa position, celle d’organiser des échanges entre les parties prenantes à la crise, à savoir d’un côté la coalition FCC-CACH et de l’autre la coalition LAMUKA, sous les bons offices des confessions religieuses traditionnelles : les Eglises Catholique, Protestante, Kimbanguiste et Musulmane, avec la facilitation des organisations sous régionales et de la communauté internationale, pour l’adoption consensuelle des reformes impératives à mettre en œuvre », rappelle-t-il avant de brandir « la proposition de sortie de crise portée par le Président Martin FAYULU MADIDI », laquelle, estime-t-il, « peut être mise à contribution et soumise aux débats au cours de ces échanges qui devraient aboutir à l’adoption consensuelle d’une voie de sortie de crise. » , conclut Lisanga Bonganga.

Moise Dix