RDC/Révisionnisme de l’ambassadeur du Rwanda : Le gouvernement Congolais désapprouve le propos de V. KAREGA et annonce des nouvelles mesures

RDC/Révisionnisme de l’ambassadeur du Rwanda : Le gouvernement Congolais désapprouve le propos de V. KAREGA et annonce des nouvelles mesures

7 septembre 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Les propos dits négationnistes de l’ambassadeur du Rwanda en République Démocratique du Congo, Vincent Karega ne cessent de faire réagir. En RDC, plusieurs personnalités demandent même l’expulsion du pays de ce diplomate Rwandais.

Contacté, David Jolino MAKELELE, le porte parole du gouvernement Congolais a indiqué ce lundi 07 Septembre que les prises de position de l’ambassadeur du Rwanda sont désapprouvées par le gouvernement Congolais. À en croire le porte parole du gouvernement, la RDC attend prendre des nouvelles mesures pour faire comprendre à Vincent KAREGA qu’il a dépassé les bornes.

‹‹Nous pensons que les bornes ont été dépassées. (…) Ce qu’il a dit [Vincent Karega ndlr] n’est pas à favoriser les bonnes relations entre la RDC et le Rwanda››, estime sur Top Congo Fm le ministre des médias et porte parole du gouvernement Congolais, avant de rappeler que Vincent Karega a été reçu par le Chef de l’État pour le lui faire comprendre. ‹‹Il y a des choses que je peux pas vous révéler››, poursuit-il. Pour lui, le Président de la République serait même en train de mettre cette question sur la table à l’occasion du mini-sommet des Chefs d’États des pays de Grand Lac qui va présider à Goma.

Pour rappel, l’ambassadeur du Rwanda s’en était pris à un internaute Congolais qui rappelait sur Twitter, le massacre de 1100 civils Congolais abattus le 24 Août dernier dans le territoire de Kasika par des troupes venues de Kigali, d’après le rapport Mapping de l’ONU. En réaction, Vincent Karega a qualifié l’attribution de ce massacre à son pays de ‹‹calomnie››, au motif qu’on aurait pas cité les noms des villages concernés par ces tueries et juste 2 noms de victimes sur 1100 civils qui seraient tués selon le rapport des Nations-Unies.

David MWANIA