RDC/SADC : Marie Tumba Nzeza soutient la reconfiguration des forces d’intervention en RDC

RDC/SADC : Marie Tumba Nzeza soutient la reconfiguration des forces d’intervention en RDC

29 août 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Lors de son intervention ce vendredi par visioconférence, la ministre des affaires étrangères a fait savoir que la RDC « souhaite que les préoccupations de la SADEC soient prises en considération », a-t-elle dit. La SADEC, lors de cette réunion à laquelle l’ONU a aussi pris part examine à travers le collège des hautes études de stratégie et défense la nécessité de « reconfigurer ou pas la brigade de force d’intervention ».

« Nous avons certainement besoin de la paix durable dans notre pays et comptons sur nos différents partenaires les plus importants qui sont d’un côté les Nations unies et de l’autre là SADEC » a dit la cheffe de la diplomatie congolaise qui soutient également la proposition du secrétaire général des Nations unies qui propose l’établissement d’un dialogue strategique entre l’ONU et la SADEC sur cette reconfiguration.

Antonio Guteress insiste sur le dialogue entre ces deux institutions pour un consensus sur cette problématique de reconfiguration de la brigade de force d’intervention.

Marie Tumba Nzeza a soutenu également la proposition du Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterre qui consiste à établir le dialogue stratégique entre l’ONU et la SADC sur la reconfiguration de la Brigade de la force d’intervention ( FIB ), avant de le remercier pour avoir accepté d’entamer ce dialogue stratégique avec la SADC , qualifiant cela d’important pour la RDC.
Elle a , à cette occasion remercié tous les partenaires tant au sein des Nations unies qu’au niveau de la SADC qui se sont impliqués dans le processus de la paix et de la sécurité en RDC.

Pour sa part, le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterre a mis l’accent sur le dialogue pour trouver un consensus entre l’ONU et la SADC quant à la problématique de la reconfiguration de la Brigade de la force d’intervention.
Il a demandé à la SADC de présenter ses propositions par rapport aux dernières propositions de l’ONU pour avoir ce dialogue efficace au niveau politique et militaire.
« Nous devons travailler pour trouver un terrain d’entente », a-t-il indiqué.
« Nous sommes tous engagés d’exprimer d’une manière efficace notre solidarité au peuple de la RDC en créant des conditions meilleures pour le peuple et le gouvernement congolais pour gérer la situation anormale avec la MONUSCO , le FIB et tant d’autres structures ou entités impliquées d’une manière nécessaire « , a-t-il souligné.

Il a mis l’accent sur la coopération entre les Nations unies, l’Union africaine, la SADC et d’autres communautés économiques régionales, en particulier la SADC qui a joué un rôle primordial pour rétablir la paix et la sécurité en RDC.

« Nous devons servir le peuple congolais, travailler d’une manière concertée avec les institutions régionales « , a-t-il souligné.

Pour la SADC ,la FIB ne devrait pas être modifiée mais plutôt être renforcée.

La SADC indique que s’il s’avère nécessaire d’élargir la FIB ,les demandes allant dans ce sens seront adressées aux pays contributeurs des troupes à la FIB (TCC ) ou aux États membres de la SADC.
En plus, la mise en place des trois forces d’intervention rapide (QRF) devra être réservée aux États membres de la SADC contributeurs des troupes.

En outre ,la plupart des postes d’état-major aux quartiers généraux de la Brigade de force d’intervention devront être allouées aux États membres de la SADC contributeurs des troupes.

Aussi, le besoin urgent de déployer les capacités de renseignement de la SADC, à savoir l’unité d’analyse des menaces par géolocalisation (GTAU) et l’unité de renseignement tactique (TIU).

La SADC insisté sur la nécessité d’un dialogue stratégique et consultatif urgent SADC – ONU sur le rôle, la configuration et l’efficacité opérationnelle de la FIB.

La SADC souhaite que le dialogue soit également abordé sur la question du retrait, de la transition et de stratégie de départ de la MONUSCO
Le rôle de la FIB/SADC pendant, après le retrait, la transition et la stratégie de départ de la MONUSCO soit également examiné.
La SADC souhaite aussi que la question des implications futures des Nations unies en RDC fassent l’objet d’un examen approfondi.

La SADC suggère que toute reconfiguration de la Brigade de la force d’intervention se fasse avec ses troupes ou pays contributeurs membres de la SADC.

En plus, la SADC n’a pas trouvé pertinent les propositions de l’ONU qui tendent à dire qu’il faut absolument reconfigurer la Brigade de la force d’intervention avec d’autres troupes.

Pour la SADC, il faut absolument qu’il y ait dialogue avec l’ ONU parce cette dernière (ONU) a pris une décision unilatérale sans consulter et les pays contributeurs des troupes de la SADC, ni même la RDC.

« Nous devons tous marcher d’un même pas, on ne peut pas imposer quelque chose qui n’a pas été procédé par un dialogue ou des négociations. », a souligné en substance Marie Tumba Nzeza.

Décision Unilatérale De L’ Onu

En date du 26 mai ,2020, l’ONU a pris une décision unilatérale sur la reconfiguration de la Brigade de la force d’intervention.
Il s’agit du rapatriement d’un bataillon tanzanien de la FIB qui sera remplacé par un bataillon composite avec trois compagnies de la force de réaction rapide (FRR) provenant de trois pays. La Tanzanie est l’un de trois pays invités à fournir des troupes à la Force d’intervention rapide (QRF) avec un niveau de force de 250 et deux autres peuvent être générés par d’autres pays africains c.a.d. Kenya et le Népal.

Les nouvelles capacités de renseignement de la SADC, à savoir l’unité d’analyse des menaces par géolocalisation (GTAU) et l’unité de renseignement tactique (TIU) seront déployées d’ici 2020.

Les quartiers généraux de la Brigade de la force d’intervention seront remaniés et reconfiguré comme suit : l’effectif du personnel affecté aux quartiers généraux de la FIB passera de 21, postes à 58 postes, ce qui implique que des officiers supplémentaires seront déployés après les restrictions imposées suite à la pendemie de covid-19, le poste de commandement de FIB reviendra toujours aux pays contributeurs des troupes à la Brigade d’intervention de la Force, le Comandement sera choisi sur base des compétences le 15 avril 2020 et d’autres postes , y compris les postes supplémentaires, seront pourvus en majorité par les pays contributeurs des troupes à la FIB.
Notons que les deux parties en concertation se retrouveront dans deux ou trois semaines pour poursuivre leur dialogue stratégique.

La Rédaction