RDC/Kasaï central : une structure de la société civile alerte sur les mauvaises conditions de détention à la prison de Luiza

RDC/Kasaï central : une structure de la société civile alerte sur les mauvaises conditions de détention à la prison de Luiza

28 août 2020 0 Par Grandjournalcd.net

« Les prisonniers ne sont en prison, mais au contraire, ils sont dans l’enfer condamné pour y mourir avant même l’expiration de leurs peines » s’indigne au téléphone du grandjournalcd.net depuis la cité de Luiza au Kasaï central, le coordonnateur de l’ONG Enfants Avenir.

Pierre Bibombe que nous avons contacte, fait savoir que les détenus de la prison centrale de Luiza n’ont pas accès aux soins de santé, à l’eau et la nourriture depuis quelques jours, dont ils y passent des moments difficiles et des conditions inhumaines.

D’apres lui, si rien n’est envisageable en faveur de ces derniers, dans les jours avenir, la prison Central de Luiza enregistrera les décès des prisonniers par manque de nourriture et soins de santés appropriés.

En dehors de ces conditions inhumaines de détention des prisonniers dans ce territoire, s’ajoute malheureusement le cas de torture dont ces derniers sont victimes de la part des agents de la police commis à leur garde en prison.

Me Bibombe révèle que plus de Sept (7) cas de torture sur les prisonniers y ont été enregistrés, dont un serait dans un état très critique après avoir été torturé le soir du 24 aout 2020 et pris en charge par le HCR sur place et interné dans une structure sanitaire locale.

A ceci s’ajoute la détention des enfants dans cette prison sans moindre procédure en justice pour régulariser leur situation, et sont mélangés avec les adultes dans une pièce de 5 mètres carrés où plus de 65 personnes sont coffrées, renchérit-il au à notre téléphone.

l’ONG Enfants Avenir fait remarquer que la situation de droit de l’homme dans le territoire reste un casse-tête, où il y a pour la plupart les arrestations arbitraires et les détentions irrégulières des personnes en prisons et la torture.

C’est ainsi son responsable lance un SOS aux autorités judiciaires pour que les dispositions soient prises afin d’éviter des pires dans les jours à venir.

Ivan Honoré Mudiangombe