Urgent : au FCC, la destitution de Félix Tshisekedi n’est plus qu’une question de jours

Urgent : au FCC, la destitution de Félix Tshisekedi n’est plus qu’une question de jours

17 août 2020 0 Par Grandjournalcd.net

L’information vient de tomber. Le Front Commun pour le Congo veut en découdre avec Félix Tshisekedi. Et ce, dès septembre prochain. Félix Tshisekedi pourrait ne pas fêter le nouvel sur son fauteuil s’il ne remporte pas le combat politique à la cour constitutionnelle avant la session parlementaire de septembre.

En effet, au Front Commun pour le Congo, le vase est débordé. On ne s’en cache plus. Si la conversation téléphonique de Lambert Mende a dévoilé la volonté ferme du « raïs », Joseph Kabila, autorité morale du FCC, à contrôler les 5 juges de la Cour Constitutionnelle qui lui sont encore fidèles, gage de pouvoir destituer Félix Tshisekedi à tout moment qu’il le faudra, notre source au sein du FCC nous confirme « désormais tout n’est plus que question de temps ».

Pour ne pas donner une longueur d’avance à Félix Tshisekedi, le FCC crée des faits isolés question de créer diversion d’une part et préparer l’opinion publique contre CACH de l’autre. « Cela explique les révélations du vice-ministre ( FCC) au ministère de la santé contre son titulaire ( udps), les révélations des millions » dépensés par la présidence sans expliquer clairement à quoi ces fonds ont été utilement affectés, les dénonciations à propos taux de change qu’on s’évertue à coller à Félix et non aux ministres en charge de cette question ou encore les sujets liés à la violation des terres congolaises , occupation de nos frontières et de la sécurité à l’est » dit-il.

Ce député va plus loin pour nous affirmer que Néhémie Mwilanya serait concomitamment sur une procédure de récolte de signature des parlementaires. « Une fois le quorum requis atteint, il va provoquer une mise en accusation contre Félix Tshisekedi, le temps que l’histoire des deux juges à la Cour Constitutionnelle soit bouclée » informe-t-il.

Le plan est déjà en place et l’entourage de Félix Tshisekedi aurait déjà eu échos, d’où la bataille serrée autour des juges de la Cour Constitutionnelle. « Le cercle du président de la République sait qu’il faille casser la baraque de la Cour Constitutionnelle avant la session de septembre, si non ce sera la fin de mandat. Puisque au parlement, la victoire est déjà acquise au FCC » fait-il remarquer.

Pour faire douter le chef de l’État de l’existence effective de ce plan, « leur partenaire, le FCC a même réussi à faire croire à une réconciliation au sein du comité de suivi de l’accord Fcc-Cach, une façon de prouver au CACH sa volonté à demeurer au sein de la Coalition ».

« Le seul obstacle à ce plan reste la clameur publique qui jusque là est acquise au président Félix » indique-t-il avant de souligner que même ce qui arrive à Ngoyi Kasanji aujourd’hui, fait partie de la stratégie de diversion du FCC pour diaboliser davantage Félix Tshisekedi « dans une affaire qui n’a rien à avoir avec lui » dit-il avant de rappeler, « c’est depuis longtemps , avant même l’arrivée de Félix, que Ngoy Kasanji devrait laisser cette résidence, et il le sait »nous explique-t-il en brandissant même des arrêtés signés par les prédécesseurs du ministre Sakombi au ministère des affaires foncières.

Le seul bémol dans cette affaire, c’est que Joseph Kabila n’a jamais confirmé encore moins fait part à ses plus fidèles collaborateurs son approbation à un quelconque plan de destitution de Félix Tshisekedi.  » Il veut maintenir ses moyens de pression face à Tshisekedi qui lui semble être contrôlé par des puissances occidentales qui ont combattu son régime. Mais Kabila n’ira pas pour si peu jusqu’à titiller si fort son partenaire », conclut-il.

Moïse Dix