Congo-Brazzaville/Célébration : les 60 ans de l’indépendance fêtés dans un élan patriotique 

Congo-Brazzaville/Célébration : les 60 ans de l’indépendance fêtés dans un élan patriotique
 

17 août 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Le Congo a commémoré les 60 ans de son accession à la souveraineté internationale ce 15 aout 2020 sous le thème : « Dans un élan patriotique, consolidons notre souveraineté ». Une cérémonie inhabituellement sobre a marqué cette célébration sous le patronage du président de la République, Denis Sassou N’Guesso.

Fallait-il célébrer avec faste, les 60 ans de l’indépendance, en ces temps de pandémie à coronavirus ou passez sous silence une date pas comme une autre dans l’histoire de la Nation congolaise ? Pour répondre à ce dilemme, le gouvernement congolais a coupé la poire en deux : une sobre cérémonie de prise d’armes a marqué cette célébration placée sous l’autorité du président de la République, Denis Sassou N’Guesso, dans l’enceinte du Palais des congrès à Brazzaville. Autant l’importance de l’événement commandait un geste dans ce sens, autant la nécessite de respecter les gestes barrières s’inscrivant dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 recommandait quelques restrictions. Dans un message à la Nation, le 14 Août dans la soirée, le président de la République, a souligné que « dans la vie des nations, 60 ans représentent un repère cardinal qu’il importe de marquer d’une pierre blanche. C’est pourquoi nous avions décidé d’une célébration solennelle de cet événement, en dépit des difficultés économiques et financières du moment », a rappelé Denis Sassou N’Guesso. Cette volonté a été « malheureusement contrariée par la grave crise sanitaire générée par la pandémie de COVID-19 qui, déstabilisant la planète entière [et qui] n’a pas épargné le Congo », a relevé le chef de l’Etat congolais.
 
Deux temps forts ont ponctué cet événement : la revue de troupes par le président de la République sur fond de neuf coups de canons et l’évocation des 60 ans de l’indépendance du Congo par le premier Ministre, Clément Mouamba.
 
Dans son évocation, le chef du gouvernement a recadré le contexte dans lequel cet événement combien important qui se commémore « aujourd’hui, en pleine pandémie à coronavirus Covid-19 aussi imprévisible que foudroyante, sans jamais émousser notre joie … » Ce 15 Août 2020, a déclaré le premier ministre, « vient nous rappeler qu’il y eut un 15 août 1960 ». Avant d’insister : « La fête est là ; elle est dans nos cœurs … dans notre ardente volonté de cheminer vers les cimes du progrès global ».
 
Clément Mouamba a, par la suite, fait le des 60 ans de l’indépendance du Congo, évoquant les différentes étapes parcourues, par le Congo, avec des hauts et des bas, mais aussi les prouesses réalisées par la République 60 ans après son accession à la souveraineté internationale. Selon le premier ministre, cette fête du 15 août 2020, « nous la dédions à l’évocation de ce que fut ce 15 août 1960, placé dans la dynamique des Peuples qui ont toujours lutté pour leur liberté face aux forces obscurantistes, dominatrices et spoliatrices ».
 
Clément Mouamba a fait un rappel, à grands traits, du contexte historique qui a prévalu pour justifier la colonisation que certain veulent perpétuer, aujourd’hui encore, par une nouvelle forme plus insidieuse, par la domination de l’Afrique, considérée comme une proie facile, livrée à toutes les convoitises.
 
Le chef du gouvernement a loué l’action des pères de l’indépendance et qui ont milité pour que le Congo soit à ce niveau. « Des Anciens … qui ont concouru à l’événement aujourd’hui soixantenaire et qui ont contribué, à leur manière et dans le contexte qui fut le leur, au rayonnement précoce sur la scène internationale de la jeune République du Congo et à sa distinction parmi les nations de cette Afrique, à peine affranchie du joug colonial ».
 
Clément Mouamba a appelé les congolais à redoubler collectivement d’efforts aussi bien pour préserver l’unité nationale, la paix et la sécurité du pays, pour imaginer et organiser dans tous les domaines qui comptent pour bâtir un pays prospère que dans ceux visant à la fois l’éducation permanente et l’accès du plus grand nombre aux nouvelles technologies. Le premier ministre a également invité ses compatriotes aux efforts pour la modernisation continue des villes et des campagnes, grâce à la décentralisation qui est devenue l’un de nos leitmotivs ; pour la lutte contre les antivaleurs et pour la diffusion de la culture et la vulgarisation des loisirs sains…
 
« Il nous faut donc œuvrer à la consolidation de la paix et de l’unité, ainsi que persévérer dans l’effort et le travail acharné pour surmonter les difficultés actuelles, notamment la crise sanitaire, économique et financière que traverse notre pays, et continuer notre marche vers le développement », parce que « l’optimisme est permis pour la prochaine décennie », a exhorté Denis Sassou N’Guesso dans son message à la nation.

Wilfrid LAWILLA