Tribune : la RDC, un train qu’il faut remettre sur les rails (Pasteur Joseph Kitenge)

Tribune : la RDC, un train qu’il faut remettre sur les rails (Pasteur Joseph Kitenge)

16 août 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Pays naturellement riche mais où la population ainsi que les infrastructures publiques affichent une pauvreté qui étonne. Quelle approche pour y remédier ?

La richesse (d’un individu ou d’une nation) ne dépend pas de ce qu’on possède mais bien de ce qu’on fait de ce qu’on possède ; c’est la qualité et l’assiduité du travail qui engendre la richesse (Proverbes 14 : 23). Ainsi a-t-on vu des gens issus de familles très pauvres mais qui finissent riches à force de leur travail. De même, il y a des pays naturellement pauvres mais qui sont devenus riches par la force du travail de leurs citoyens.

La RDC est avantagée par un acquis naturel constitué par d’immenses ressources naturelles susceptibles de faire d’elle un pays très riche. Considérant qu’à l’aube de son indépendance la RDC était deux fois plus riche que les USA, le fait qu’elle soit devenue 40 ans plus tard l’un des pays les plus pauvres de la planète est une preuve éloquente que c’est la qualité du travail de ses citoyens qui est médiocre.

Et le germe de cette médiocrité fut introduit pendant la 2ème république. En effet, après avoir assassiné le très populaire Patrice Lumumba, le régime d’alors a dû instaurer un système de surveillance des masses pour s’assurer que toute tentative de soulèvement ou de vengeance soit étouffée. De cette préoccupation naquit le MPR parti-Etat avec toutes ses structures comme la JMPR (la Jeunesse du MPR), le CADR (Corps des activistes pour défense des acquis de la révolution), etc. jusqu’au Comité central. Mais en parallèle et de manière occulte il y avait, comme des fourmis, plein d’agents de renseignement dont certains se surveillaient mutuellement sans le savoir. Par leurs dénonciations plusieurs concitoyens ont mystérieusement trouvé la mort et d’autres ont disparu jusqu’à présent. En récompense, certains de ces agents secrets étaient rattachés aux sociétés étatiques ainsi qu’au sein de l’Administration publique et souvent sans fonctions précises. C’étaient des gens craints qu’il fallait soigner pour s’attirer leurs faveurs. Ils étaient aussi et surtout des intouchables quoi qu’ils fassent (ce fut le début de l’impunité et de l’enrichissement sans cause) !

Des incompétents et des voleurs qui ont su entretenir ces agents occultes du régime sont promus aux différents échelons dans divers domaines de la vie nationale au détriment des honnêtes et compétentes gens. Pour avoir voulu bien faire, ces derniers ont donc souvent été victimes d’accusations calomnieuses et se sont retrouvés dans de sales draps sans que personne ne leur vienne au secours. De là une logique s’est dégagée selon laquelle « cela ne sert à rien de chercher à être honnête et à travailler assidûment pour gagner paisiblement sa vie dans notre pays ». Ce fut la cause du relâchement de l’effort au travail et du souci du travail bien fait.
C’est là la cause de la dégringolade de notre société dans tous les domaines dès lors que les gens passent leur temps à se déambuler, à boire et à s’amuser avec l’argent pour lequel ils n’ont pas souffert.

Pour y remédier et amener les citoyens congolais au travail assidu et bien fait il suffit de réprimer tout enrichissement sans cause (détournement des deniers publics). Cela va obliger chacun à travailler assidûment et suivant les normes pour mériter ce qu’il convoite. Ensuite il faudra restaurer la sanction pour relâchement au travail ou pour déficit de qualité du résultat au sein des services de l’Etat.

La première étape semble avoir été lancée par le président Félix en redynamisant l’Inspection Générale des Finances (IGF) ainsi que la Police judiciaire. Il reste maintenant de remettre de l’ordre dans l’organisation et le fonctionnement des services publics où règne un grand désordre, par des reformes courageuses.

Pasteur Joseph Kitenge, député national honoraire