RDC/Tension dans la Province de Haut-Uélé : les Nangaa veulent imposer leur hégémonie dans l’ex province Orientale!

RDC/Tension dans la Province de Haut-Uélé : les Nangaa veulent imposer leur hégémonie dans l’ex province Orientale!

29 juillet 2020 0 Par Grandjournalcd.net

D’autres nouveaux groupes armés sont en voie d’être montés dans la Province de Haut-Uélé. Ceux-ci pourraient être constitués par certaines officines à Kinshasa pour embraser la région qui a été pacifiée depuis un temps. Ils pourraient être financés et armés de la même manière que d’autres milices formées dans toutes les zones minières, au Nord-Kivu, Sud-Kivu, Maniema et Ituri. Là, le risque que le Haut-Uélé soit aussi embrasé.

Possibilité

A la base, la constitution des groupes des orpailleurs qui violent les concessions des privés, mettant en insécurité les titres et périmètres miniers des privés. Ce qui a provoqué les tensions la semaine dernière face aux propriétaires des titres et périmètres miniers.

Le Gouverneur de province, ancien orpailleur et ancien changeur de la monnaie qui serait à la base de cette situation se ferait passer pour sapeur-pompier.

Pour le Gouverneur de province, la solution à cette crise doit être négociée entre orpailleurs et multinationales. C’est ce qu’il a semblé dire aux opérateurs économiques de Watsa et Aru, dans une réunion tenue hier dimanche. Il a proposé une solution. Cette solution devra passer outre les dispositions légales et réglementaires qui régissent ce secteur. Et pourtant, il serait lui-même cité comme encadreur à un niveau beaucoup plus haut pour tirer les dividendes en retour de cette opération où il a une forte expérience.

Les raisons

En effet, selon une source basée dans le Haut-Uélé, les Nangaa ont amassé beaucoup d’argent. Ils ne s’en cachent pas. Mais avec l’évolution de la situation sociopolitique, ils sont obligés de trouver les voies légales pour le protéger.

Moyen facile, instrumentaliser des orpailleurs, dans le but de blanchir leurs avoirs, mal acquis et ainsi accroître leurs fortunes pour devenir la famille la plus nantie. Par conséquent, la plus régnante et la plus influente de la Grande Orientale.

Selon une source qui s’est confiée à la Rédaction, l’exploitation minière étant un investissement à long terme, le clan Nangaa veut aller plus vite. Stratégie, cibler les zones avec recherches préalables. Celles-ci ne sont que dans des périmètres des sociétés KIBALI, SOKIMO, MOKU et Wanga. Voilà pourquoi, il faut créer une confusion dans la gestion des périmètres miniers de ces entreprises. Les Nangaa semblent avoir réussi. A ce jour, les responsables de ces sociétés minières sont mis mal à l’aise avec l’intrusion dans leurs concessions minières. Les autorités provinciales ne veulent pas entendre les cris de ces opérateurs miniers sur leur protection et la promotion de leurs permis respectifs. Le plus juteux et le plus convoité est celui de Kibali Sud où 45T sont concentrés en un espace pas très vaste et aussi ceux de Kibali avec des indices existants vu que les rapports de ces derniers sont à la portée de tout le monde. Quitte à s’en prendre à eux-mêmes pour leur communication ou ils exposent leurs découvertes sans imaginer les conséquences, signale la même source qui précise que leur plan aujourd’hui est en marche. L’on tient maintenant à forcer Kibali ensuite SOKIMO à couper des parties de leurs permis et qu’on en transforme en Zones d’Exploitation Artisanale(ZEA) et que l’on y mette des orpailleurs que le Gouverneur Nangaa va gérer.

Pourrir la situation et donner une solution politique

En effet, Christophe Nangaa veut faire pourrir la situation et ensuite, mettre Kinshasa devant un fait accompli. De cette manière, le Gouvernement de Kinshasa va imposer les négociations entre orpailleurs et opérateurs miniers en vue de trouver une solution à l’amiable qui serait entre autres de laisser leurs concessions être exploitées ou de remettre une compensation.

Beaucoup de notables de Haut-Uélé ont levé le ton pour condamner cette manière de faire qui consiste à provoquer des troubles pour en tirer profit. Ces notables se disent fatigués en observant sans puissance face cette exacerbation de la famille Nangaa.

Et là, connaissant comment fonctionnent des multinationales, les indiscrétions de l’entourage du Gouverneur font savoir que ce dernier va approcher Kibali Gold Mining et lui demander d’accepter de compenser les orpailleurs et lui s’occupera d’eux ou carrément les laisser dans ces endroits juteux au nom de la Paix sociale, a indiqué une source dans les couloirs du Gouvernorat de Haut-Uélé.

Au niveau de SOKIMO ou Kibali, la proposition s’apparente à être entre le marteau ou l’enclume, informe la même source :’’S’ils compensent les orpailleurs, cela risque d’être un précédent fâcheux qui risque de devenir une norme. Surtout que s’ils refusent, le Gouv va recourir aux solutions politiques pour passer à l’action et éviter le juridisme. De cette façon, avec son expérience d’ancien orpailleur, le Gouv va les encadrer pour une production d’or en un temps record qui lui sera profitable au finish’’, fait observer la même source, tout en revenant sur un important arsenal d’équipements pour une exploitation d’or semi mécanisée achetés avec les fonds propres de la province et devant servir à cette fin. Ces engins sont présentement sous le sol congolais. D’où, la précipitation des évènements dans les dernières semaines. L’élection d’un ancien orpailleur face à un éminent orateur et chevronné politicien, Dr Lola Kisanga, peut révéler aujourd’hui ses raisons dans la mesure où la fin est en train de justifier les moyens.

Echanges avec la FEC

Des sources locales, il revient que l’homme tient à réussir son coup. Voilà pourquoi il a réuni au Centre Communautaire de Watsa ce 25 juillet, les responsables de la Fédération des Entreprises du Congo, FEC, Section d’Aru de la province voisine de l’Ituri et ceux de Watsa œuvrant dans la Province de Haut-Uélé. Les échanges ont été jugés fructueux tant au niveau de paiement des impôts, redevances, droits et taxes de l’Etat que des liens de partenariat qui doivent primer dans le climat des affaires entre les deux provinces.

A cette occasion, le Président de la FEC/Watsa, Felly Ututu, a salué cette initiative de l’Exécutif provincial de Haut-Uélé qui enregistre des avancées significatives en faveur de la Province. Les opérateurs économiques ont profité de cette occasion pour déposer leur cahier des charges, indique la même source, avant de revenir sur le satisfécit du Président FEC-Aru/Ituri, Robert Amasi Drabo, qui a salué cette initiative. La délégation de Christophe Nangaa va poursuivre sa mission au poste de péage de Boh séparant l’Ituri de Haut-Uélé ce lundi 26 juillet 2020.

La Rédaction