RDC : Rien ne s’arrange jusque là pour Joseph Kabila et le FCC. Et si des nouvelles mises en place s’imposaient ?

RDC : Rien ne s’arrange jusque là pour Joseph Kabila et le FCC. Et si des nouvelles mises en place s’imposaient ?

22 juillet 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Plus rien ne va pour le Front Commun pour le Congo. La plateforme politique de Joseph Kabila ne fait toujours pas l’unanimité au sein de l’opinion publique, l’adhésion de la grande masse aux initiatives du front commun pour le Congo bègue à tous les coups.

La réaction instinctive d’une bonne partie de la population contre les propositions des lois Minaku-SAKATA, le choix de Ronsard Malonda et tant d’autres sujets sont des exemples éloquents de la mauvaise posture du « kabilisme ». Et si Joseph Kabila pouvait lui-même d’un coup changer la donne ?

On le connait un brillant politicien, un fin stratège pour ses idées de génies, ses schémas de plus rationnels que surprenants. Joseph Kabila, le même dont on accuse de tous les maux, qui endossent mauvaise fois et incompétence de son régime passé, « doit aujourd’hui surmonter des égos et des considérations et faire un grand ménage, question de tenter un nouveau départ , une nouvelle réputation pour son camp politique » estime Jean Jeef Mwanza, ancien candidat député National et provincial.

Les communications du Front Commun pour le Congo ne passent plus au sein de l’opinion. Jean-Jeef Mwanza pense que les cadres commis à la communication de cette plateforme politique seraient l’une des causes de ce blocage. Il estime qu’il est temps de penser à « des nouvelles figures qui jouissent encore de peu de confiance de la population pour redorer l’image de la plateforme et mieux passer les projets de la famille politique de Joseph Kabila ».

« Si le FCC veut des bons résultats aux élections de 2023, c’est le moment de revoir ses relations avec la population car sans cela la sanction en 2023 risque d’être plus sévère que celle de 2018 qui l’a fait perdre la présidence de la République malgré tous les moyens mis à sa disposition » ajoute cet analyste politique.

Il rappelle que le front commun pour le Congo regorge des colombes telles que Gaston Musemena, Thierry Musenepwo, Serge Kadima, Antoine Ghonda, Dieudonné Nkishi, Richard Muyej Mangez Mans, ou encore André Kimbuta qui jouissent d’une certaine Ora au sein de leur communauté. Cette Ora pourra servir au clan de l’ex président de la République en panne de communion avec la majeure partie de la population.

Jean-Jeef Mwanza pense que le FCC peut également miser sur la gente féminine, « avec des femmes dynamiques comme Bernadette Mpundu, Béatrice lomeya, Collette tchomba, Elysée Minembwe,… » question de mieux passer ses messages et redresser son front grâce à la crédibilité que la population accorde à ces figures.

Moïse Dix