RDC/Dossier de la Rédaction : Fcc-Cach, la nécessité d’un cadre de concertation permanente s’impose de plus en plus

RDC/Dossier de la Rédaction : Fcc-Cach, la nécessité d’un cadre de concertation permanente s’impose de plus en plus

12 juillet 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Précaire depuis quelques mois, la situation générale de la RDC semble aller de mal en pis, avec désormais des inquiétudes sur la présence des sept (7) armées étrangères sur le territoire Congolais, cette crise sécuritaire qui est désormais suivie par la crise politique laquelle a migré vers la crise économique, couronnées toutes par la crise sanitaire de laquelle est née la crise sociale.

De l’Est à l’ouest, du Sud au Centre, la situation est inédite dans le pays comme et il y a de
celà 18 mois après la passation dite pacifique et civilisée du pouvoir entre Joseph Kabila Kabange, président de la République sortant et Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, actuel Président de la République, passation pacifique matérialisée par la création de la coalition FCC-CACH constituée en majorité parlementaire et gouvernementale, aujourd’hui en dents de scie mais à la tête de l’exécutif national et de toute les institutions du pays.

Pour plusieurs observateurs, à ce jour, le manque de confiance, des dialogues, les crises entre membres ou même la dissolution de la coalition FCC-CACH semblent n’est pas être bénéfique pour le pays, car par le dialogue, la collaboration entre membres de la coalition et des institutions et la cohésion au sein de celle-ci naîtra non seulement la paix sociale mais aussi développement de la RDC.

Étant donné que la cohabitation pourrait-être une expérience difficile à maîtriser car d’elle pourrait naître des crises qui du reste ne seront pas bénéfiques pour la bonne marche des institutions et le bien-être de la population. La dissolution de l’Assemblée Nationale aussi disons-le, peut être une cruauté pour le peuple Congolais non seulement parce que le pays aura du mal à trouver les moyens pour organiser les élections dans les soixante jours suivant la dissolution, mais aussi et surtout la répétition des erreurs du passé, erreurs commises pendant les années 1960 par les politiciens de l’époque notamment le Président Joseph Kasavubu et son premier ministre Patrice Emery Lumumba qui se neutraliserent mutuellement créant ainsi une crise de laquelle naquit le coup d’État historique de 1965 qui faira de Joseph Désiré MOBUTU, Président de la République pendant 32 ans.

Bref, sans être un motif de fierté, un message partisan, un discours des politiciens ou des paroles émotionnelles profitant à qui que c’est soit, la bonne marche des institutions, le développement de notre pays et la paix sociale reste à ce jour la résultante de la confiance que devraient avoir les membres du Cap pour le Changement du Président Félix Tshisekedi et ceux du Front Commun pour le Congo de Joseph Kabila.

Grandjournalcd.net