RDC/Crise politique : la CCD de Lisanga Bonganga appelle à la prise en compte du schéma de sortie de crise de Martin FAYULU

RDC/Crise politique : la CCD de Lisanga Bonganga appelle à la prise en compte du schéma de sortie de crise de Martin FAYULU

27 juin 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Suivant de près l’évolution de la situation politique et sécuritaire en RDC, la Convention Chrétienne pour la Démocratie (CCD), parti cher à Jean-Pierre Lisanga Bonganga aurait une solution pour sortir la nation de la crise politique actuelle qui risque, selon lui, ‹‹de plonger le pays dans un chaos indescriptible››.

En effet, dans une déclaration en rapport avec l’environnement politique de l’heure au pays faite ce samedi 27 Juin 2020, la Convention Chrétienne pour la Démocratie de Lisanga Bonganga rappelle que l’atmosphère politique tendue créée notamment par l’initiative des propositions des lois controversées présentées à l’Assemblée Nationale ne devrait pas provoquer une crise étant donné que, rappelle Jean-Pierre Lisanga Bonganga, le principe de l’indépendance de la justice est une disposition intangible de la constitution de la République en son article 220.

Tout en fustigeant les démarches de la coalition FCC-CACH qui viserait selon lui, ‹‹à détricoter la CONSTITUTION par des postures égoïstes et des tiraillements dont la seule finalité est la préservation de leurs intérêts partisans dans leur lutte interne autour du contrôle de pouvoir››, renchérit-on dans cette déclaration politique, qui invite par la suite les membres de cette coalition au pouvoir à s’engager dans un schéma consensuel des réformes des institutions dans l’intérêt supérieur de la nation, avant d’appeler la classe politique à examiner le plan de sortie de crise présenté par Martin FAYULU.

‹‹Dans cette crise, la CCD demande aux uns et aux autres d’examiner avec bienveillance la proposition de feuille de route de sortie de crise du Président Martin FAYULU MADIDI qui préconise la mise en place d’un cadre de concertation et d’échange global en vue d’impulser de manière consensuelle la réforme de nos institutions››, explique le parti de Lisanga Bonganga dans cette déclaration qui prévoit la réforme du système politique, de la CENI, du système de sécurité ainsi que la réforme du système judiciaire.

Concernant la réforme du système judiciaire, ce parti de l’opposition trouve qu’ayant montré ses limites en matière d’indépendance, d’intégrité, de moralité et dans le fonctionnement du conseil supérieur de la magistrature, le système judiciaire Congolais devrait être réformé pour harmoniser ce service public essentiel de l’État et le rendre utile.

MWANIA Zacharie David