Faisant désormais l’objet d’un suivi permanent, la gestion des derniers publics en RDC semble visiblement depuis peu devenir plus une lourde charge qu’une opportunité à saisir comme on pouvait jadis l’imaginer.

En effet, après la jugement et surtout la condamnation à des lourdes peines de prison des plusieurs prévenus dont Vital Kamerhe, directeur de cabinet du Chef de l’État le samedi dernier, 3 autres personnalités dont deux anciens DG et un homme d’affaires Congolais viennent d’être inculpés ce mardi 23 Juin 2020 à Kinshasa.

Dans l’audience foraine consacré à l’annonce du verdict ce mardi à la prison centrale de Makala, la cour d’appel de Kinshasa/Gombe a, par le biais de son Président Vicky Tshibola Kabala commencé par rappeler les faits reprochés aux trois prévenus avant d’appeler le juge Président Mbombo a annoncé le verdict.

Ainsi, poursuivi pour détournement de 12 millions de dollars et d’avoir facilité aux prévenus Benjamin Wenga et Modeste Makabuza la passation du marché de gré à gré, l’homme d’affaires Congolais Fulgence Baramos a été condamné à 3 ans des travaux forcés après avoir été établi sur lui en fait et en droit l’infraction de détournement des fonds publics.

De son côté le prévenu Benjamin Wenga, ex directeur général de l’Office des Voiries et Drainages (OVD), a été condamné à 3 ans des travaux forcés après avoir été établi en fait comme en droit sur lui, l’infraction de détournement des derniers publics de près de 30 millions de dollars américains.

Enfin, l’ancien directeur général de la Société Congolaise de Construction (SOCOC), Modeste Makabuza a de son côté été condamné à 1 an des travaux forcés pour avoir participé au détournement des derniers publics alloués aux travaux d’urgence de 100 Jours du Chef de l’État sur son volet infrastructures prévu dans les provinces du Nord et Sud Kivu.

Ainsi, le juge a annoncé contre les trois inculpés la privation du droit à la condamnation ou à la libération conditionnelle, l’interdiction pour 5 ans après l’exécution de leurs peines du droit de vote et d’éligibilité et l’interdiction d’accès aux fonctions publiques quel qu’en soit l’échelon. Les peines des travaux forcés n’étant plus d’application en RDC, les prévenus ont donc été inculpé pour le même nombre d’années mais de prison ferme.

Ils devront aussi payer tous les trois l’équivalent en Franc Congolais de 10 millions de dollars américains comme dommages et intérêts ainsi que 1/3 des frais d’instance pour tout un chacun.

MWANIA Zacharie David