RDC : solidarité nationale pour le rapatriement des congolais bloqués en Turquie, Abed Achour répond à l’appel du gouvernement

RDC : solidarité nationale pour le rapatriement des congolais bloqués en Turquie, Abed Achour répond à l’appel du gouvernement

20 juin 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Le rapatriement des Congolais bloqués en Turquie pour cause de la fermeture des frontières suite à la pandémie du coronavirus, a été au centre d’une séance de travail entre la ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères, Marie Tumba Nzeza, et l’opérateur économique Abdul Raouf Achour, ce samedi 20 juin 2020 au siège de la diplomatie nationale.

A l'issue de l’audience, Abdul Raouf Achour a fait savoir qu’il a répondu positivement à l’appel à la solidarité nationale lancé par le Chef de l’Etat pour vaincre cette maladie qui fait des ravages à travers le monde. D’où sa petite contribution à l’effort majestueux du gouvernement de favoriser le retour au pays de plusieurs congolais bloqués dans divers pays. « Une solution a été trouvée en faveur de nos compatriotes en attente de rapatriement à Istanbul depuis 3 mois.

Le groupe Achour est très impliqué dans cette opération. Ce lundi une
grande réunion va se tenir avec la compagnie d’aviation Turkish
Airline pour fixer la date mais j’espère que ce sera vraiment finaliser la semaine prochaine. Mme la ministre a tout notre soutien pour la réussite de ce projet qui s’inscrit dans la vision du Chef de l’Etat qui ne veut pas abandonner ses compatriotes en difficultés à l’étranger… », a-t-il déclaré à la presse.

Considérant la RDC comme sa patrie de cœur, Abdul Raouf Achour, mieux
connu au pays sous le nom d’Abed Achour a rappelé à l’opinion que sa
famille exerce des activités économiques en RDC depuis les années 1960.

« Nous sommes dans notre 3ème génération dans ce pays qui nous a
beaucoup donné. Nous avons toujours accompagné la RDC dans tous les
moments historiques de sa vie. Nous sommes convaincus que c’est dans
les moments difficiles qu’on reconnait les vrais amis. D’où, notre
option de soutenir nos compatriotes congolais… », a martelé
l’opérateur économique.

Rappelons que le patriarche Mahmoud ACHOUR exerçait déjà, durant les années 60, des affaires avec l’ex Zaïre. En 1975, alors que le Liban

est en proie à la guerre civile et que ses installations industrielles
sont en grande partie incendiées, la famille Achour décide de
rejoindre Kinshasa avec ses enfants pour développer son commerce de
textiles.

Monsieur ACHOUR garde cependant au fond de lui-même l’espoir qu’une
trêve interviendra rapidement pour lui permettre de retourner vivre
et travailler au Liban. Ce projet de retour au pays ne l’empêche pas
cependant d’investir au Zaïre où il créé, dès 1976, la société »
SOKIN » spécialisée dans l’importation de produits textiles et l’exportation de café. En 1982, il décide de s’installer
définitivement au Zaïre pour développer de nouveaux projets
d’investissements et créé alors une société de transports, la
société TRANSBENZ.

Malgré les nombreuses difficultés dues aux évènements successifs que
va connaître le pays au cours des années suivantes : pillages de 1993
– changement du Pouvoir en 1997 – conflit d’août 1998 -, la famille
Achour poursuivit ses différentes activités commerciales en RDC.

A l’automne 1996, il développe sous le sigle « Pain d’Or » une usine de
panification qui débute sa production dans les semaines précédant
l’arrivée des troupes de L.D Kabila à Kinshasa.

Poursuivant ses projets de développement et d’investissements, la famille ACHOUR se lance en 2002 dans un nouveau défi en rachetant au
Groupe Néerlandais « Unilever », la société immobilière SEDEC et

acquière à cette occasion plusieurs immeubles de qualité dans le
centre-ville de Kinshasa.

En 2004 il se lance dans un investissement très important en
construisant un lotissement de luxe composé de 101 villas, complété
de différents équipements de loisirs et de restauration. Parallèlement
au lancement de cet important projet immobilier, il développe une
société de construction : la « Société des Travaux au Congo » (STC)
puis lance l’exploitation d’une carrière, la « Caillasse du Congo »
(CDC), qui assureront en grande partie la fourniture des matériaux de
base et la main d’œuvre pour la construction de cet ensemble
immobilier de luxe.

Quelques mois plus tard, il procède à l’achat de deux unités
industrielles en partenariat avec un investisseur local : la
biscuiterie PRINCE et la fabrique de cartons CARTOMO.

A partir de 2010, en collaboration avec le Groupe Américain Seaboard,
spécialisé dans le domaine de la minoterie, il lance la construction
d’une nouvelle unité de panification industrielle moderne de grande
capacité sur le site de l’ancienne boulangerie industrielle Quo-Vadis
pour remplacer la boulangerie « Pain d’Or » devenue obsolète. Ce nouveau site industriel a été inauguré en novembre 2012.

Durant la même période, le Groupe Achour s’associe avec un homme
d’affaire Français pour la fabrication et la distribution de boissons
et de jus de fruits, la société I.B.C (Industrie des Boissons au
Congo). Cette usine moderne, entièrement équipée de machines
Françaises, commercialise et distribue dans le pays les produits
« Africa Fun » et « Tampico » en bouteilles P.E.T.

Actuellement, la société STC achève la construction d’un « Suite Hôtel »
de 101 Suites qui entre dans le patrimoine de la société immobilière
SEDEC. Cet hôtel de luxe situé près de la Chancellerie de l’Ambassade
de France sera opérationnel dans le courant du deuxième semestre de
2015.

Outre les sociétés commerciales et agricoles créées au Liban, en
Roumanie et en France, le Groupe Achour possède à ce jour une dizaine
de sociétés en R.D. Congo, dont plusieurs entreprises agro-alimentaire
destinées à l’approvisionnement de la population locale.

Particulièrement attachés à ce pays, plusieurs membres de la
troisième génération de la famille Achour ont récemment rejoint
Kinshasa pour marcher dans les traces des grands-parents et des
parents. De nouveaux projets d’investissement sont actuellement à
l’étude et devraient voir le jour dans les prochains mois…

La Rédaction