Tout est parti des révélations du média étranger africaintelligence.fr. Ce média informe que la justice congolaise demande à l’État français ce qu’il en est d’une possible acquisition des biens immobiliers en France par le prévenu Kamerhe. « Il en aurait 3, dont un ici, à Orgevalau au nom d’Hamida Shatur » lit-on dans son article.

Une révélation » fausse » selon l’ex époux de madame Hamida Shatur. L’homme d’affaires congolais assure que cet immeuble a été acheté depuis 2012. « Monsieur le journaliste, faites les investigations avant de publier une résidence privée que la mère de mon fils Diams Kinwani a acheté bien avant son mariage de 2019 » a-t-il ajouté d’un air sévère.

Rappelons que lors de la dernière audience publique en plaidoirie, les avocats de la République avait affirmé que l’épouse du prévenu Kamerhe aurait acquis entre autre un immeuble en France. Un immeuble qui lui aurait coûté des millions de dollars en prenant en compte les frais de réfection.

Plaidoirie terminée, le juge-president avait promis de rendre son jugement ce 20 juin. Ce, après que le ministère public ait requis 20 ans de travaux forcés et 10 ans de privation du droit de vote et d’éligibilité contre le directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi. Qui vivra verra.

Moïse Dix