La tension est montée d’un cran auprès des femmes commerçantes du marché central de Kinshasa. Réunies ce matin sur le site de Kabinda où un marché provisoire est entrain d’être érigé en attendant la réhabilitation du grand marché par l’hôtel de ville, ces commerçantes ont exprimé leur raz-le-bol dans la saga qui oppose le Gouverneur Gentiny Ngobila au sujet libanais Hassan accusé d’instrumentaliser certains syndicalistes à son profit.

Sur place, ces femmes commerçantes avaient entre leurs mains de petits tableaux estampillés: « Hassan degage, non à la manipulation des commerçants, oui à la modernisation du marché central ».
Ces commerçantes ne sont pas passées par le dos de la cuillère. Elles exigent l’expulsion du patron de la société Safricom du pays. Aussi, ont-elles appelé les differents commerçants à ne pas céder à l’intoxication pour les pousser à des manifestations pouvant troubler l’ordre public. Le grand marché est fermé pour cause de confinement tel que décidé par le Gouvernement.

Et l’état d’urgence décrété par le Chef de l’Etat ne permettant pas des regroupements publics au delà de 20 personnes.
Pour rappel, les incidents survenus aux abords du marché central, mardi 9 juin dernier causant des dégâts matériels et mort d’hommes, avaient conduit certaines de ces commerçantes à rencontrer l’autorité urbaine afin de décliner toute responsabilité leur imputée à cet effet.

La Rédaction