Ils avaient dit que l’Afrique était ahistorique ; ils avaient déjà dit que l’Afrique n’avait connu aucun scientifique, qu’elle n’avait rien inventé et qu’elle était un continent sans avenir. Mais ce qu’ils avaient oublié, c’est que ce continent était le berceau de l’humanité et que grâce aux conditions climatiques favorables au développement de l’être humain, celui-ci y a survécu aux conditions difficiles de la période préhistorique.

Avec l’apparition de la pandémie du Coronavirus, ils ont dit qu’on n’avait pas d’hôpitaux, que ceux qui existent là-bas, sont simplement des mouroirs. Ils ont même ajouté qu’on n’avait pas des respirateurs et pour aller plus loin, ils ont précisé qu’on n’avait pas de masques sur le continent.

Et pour bien le préciser, qu’on était désordonné et qu’on ne savait pas respecter des consignes. En gros, qu’on était des barbares quoi !
Dans ces conditions, ils ont annoncé une catastrophe sanitaire en Afrique ; ils ont dit que le Coronavirus allait décimer la population noire ; ils ont déclaré que cette pandémie allait rayer de la carte du monde ce continent noir. Avez-vous seulement eu la chance de lire les titres de la presse au sujet du Coronavirus en Afrique ?

Lorsqu’on lit ce qu’ils écrivent, on a l’impression que l’Afrique est de très loin l’épicentre de la pandémie : catastrophe annoncée, bombe à retardement et j’en passe. Même l’OMS, la très prestigieuse OMS, la grande Agence de l’ONU avait annoncé quant à elle 190.000 morts en Afrique, dans un continent qui n’en compte que 3.589 à l’heure où nous mettons sous presse ce billet.

Au 13 juin, le continent africain compte 6 070 décès confirmés et 103 323 guérisons pour 226 034 cas enregistrés, selon le Centre pour la prévention et le contrôle des maladies de l’Union africaine

Plutôt que de reconnaître la science africaine et de venir apprendre aux pieds des africains et découvrir ce que cache le mystère de ce nouveau Coronavirus, ils ont préféré véhiculer malheureusement comme toujours des clichés morbides et toute autre sorte de mensonges possibles et des calomnies sur le continent et sa population.

Dans ce billet, nous allons vous parler de cette pandémie du Coronavirus en Afrique, mais aussi de l’interprétation et de la médiatisation autour de cette crise qui nous apprend énormément des choses. Trois points seront développés tout au long de ce billet, à savoir :

 Pourquoi l’Afrique résiste-t-elle mieux que le reste du monde ? Nous prendrons l’exemple entre deux pays : le Maroc et la France, vous serez donc choqué par ce que vous allez apprendre.
 Pourquoi il y a tel traitement médiatique contre l’Afrique alors que tout démontre le contraire ?
 Que faire ? Quels types d’actions mener contre tous ces mensonges pour faire avancer le continent ?

Parcourez ce billet jusqu’à la fin, car vous aurez à faire à un contenu super riche que nous pensons, tous les noirs de la planète devraient lire en minima et pourquoi pas au-delà de nos frontières ?

Un rappel des faits par rapport à cette pandémie : Née de Chine, arrivée en Europe transitée par l’Afrique et l’Amérique, le Coronavirus est en train de tuer malheureusement des centaines de milliers de personnes sur la planète. On a malheureusement le sentiment, quand on écoute certains médias et certaines élites dans certains pays qu’il y a comme une volonté et un souhait de voir l’Afrique devenir un champ de bataille de cette maladie, un lieu où l’on retrouve le plus de morts.

On dirait qu’il y a des prophètes de malheur qui s’amuseraient dans leurs écrits, dans leurs revues, dans leurs journaux, à longueur de journée à prédire un malheur qui n’arrive toujours pas. Et comme celui-ci n’arrive pas, ils insistent et en insistant malheureusement, ils se ridiculisent.

Les raisons pour lesquelles le continent africain a visiblement mieux résisté au Coronavirus peuvent être nombreuses, mais nous évoquerons ici les principales raisons, à savoir :

1- une population jeune

Vous savez que la population africaine qu’on décrie tant : « Emmanuel Macron disait encore aux africains récemment qu’ils ne devraient pas avoir autant d’enfants, car pour lui, le malheur du continent tirerait ses origines de là ». En réalité, qu’est-ce qu’ils devraient faire ? Peut-être faire comme en Europe en laissant vieillir la population sans la renouveler pour se retrouver dans une position aussi fragile comme c’est le cas actuellement.

Le Coronavirus pour ceux qui l’ont oublié, frappe malheureusement beaucoup plus les personnes âgées, ayant plus de 65 ans. Or, quand on se tourne vers le continent africain et quand on regarde les statistiques, les personnes ayant plus de 65 ans dans certains pays représentent moins de 3 % de la population. Et pourtant en Europe, cette même catégorie des personnes représente jusqu’à 30 % de la population. Et donc, forcément quand le Coronavirus arrive, il frappe beaucoup plus massivement les pays où on a les personnes les plus âgées.

Donc, la jeunesse de la population africaine est un atout énorme et ceux qui avaient encore des doutes à ce sujet peuvent s’en rendre compte maintenant. De ce point de vue-là, le continent qui est en meilleure santé dans le monde entier, c’est le continent africain.

Cette bonne santé de la population africaine est aussi due à l’alimentation. De manière générale, les africains se nourrissent de façon beaucoup moins polluée que ce que l’on trouve dans le reste du monde. On cultive très peu d’OGM sur le continent africain et les gens mangent encore beaucoup d’aliments directement issus de la terre, des aliments bios.


Nous n’avons pas beaucoup de personnes qui sont obèses sur le continent, parce que les gens se déplacent beaucoup à pieds et donc, les circonstances font qu’il y a globalement une bonne santé des populations africaines.


Il est donc important de le rappeler ici, la population africaine est un atout. Et non seulement c’est un atout, c’est aussi quelque chose qu’on lui jalouse, parce que l’Europe, l’Amérique et l’Asie rêveraient d’avoir une population dans laquelle la moyenne d’âge est en dessous de 25 ans. C’est pour ça que ces mêmes pays ont des politiques migratoires acceptant en masse des étrangers pour permettre d’assurer un certain niveau de vie économique dans leurs propres pays dans les années à venir. Voilà pourquoi l’Allemagne, la France et les autres pays d’Europe d’ailleurs ont des politiques d’immigration assez fortes. D’une part, ils donnent le sentiment de repousser les immigrés alors que d’autre part, ils les accueillent parce qu’en réalité, ils savent que ce sont eux qui vont constituer l’avenir de leurs pays respectifs.

2- un respect strict des consignes

Ils aiment présenter l’africain comme quelqu’un de désordonné, de barbare, d’indiscipliné et pourtant, cette crise nous démontre que là aussi, il n’en est rien. Les africains, pour leur plus grande part, ont pris au sérieux les consignes qu’ils ont respectées, qu’ils ont appliquées. Et là où on les a confinés, ils ont accepté de l’être, ce qui n’est pas le cas dans beaucoup des pays dits développés où au nom des principes du droit ou des libertés individuelles, certains citoyens bafouent et foulent aux pieds les règles barrière au Coronavirus.

Le cas en France par exemple, lorsqu’on a demandé aux gens de circuler en respectant les mesures barrières, tout le monde était dans les parcs dans un désordre indescriptible et cela au nom de la démocratie et des libertés individuelles. Les distanciations sociales n’ont pas été respectées. Bien évidemment, ceci a contribué à propager drastiquement le virus dans la population.

L’occident a démontré par-là que lui qui semble souvent donner des leçons aux autres, n’était pas malheureusement capable de pouvoir se les appliquer lui-même, en termes par exemple de respect des mesures barrières. Lorsqu’il s’est agi de parler des masques, on a vu des gouvernements comme le gouvernement français tergiverser, faire des aller-retour : oui on met le masque, non on ne le met pas ; il est important, il ne l’est pas… alors qu’en Afrique, aujourd’hui, une grande partie de la population met des masques et respecte les consignes et les gestes barrières et ceci contribue évidemment à freiner la propagation du virus. D’où les résultats que l’on a à ce jour. Ceux-ci ne sont donc pas le fruit du hasard.

Mais, il faut aussi souligner ici qu’en termes de réactivité, les pays africains ont été beaucoup meilleurs que les pays occidentaux qui avaient laissé la crise, la pandémie s’installer avant de commencer à prendre certaines mesures. Alors qu’en Afrique, très rapidement, les pays se sont mis en ordre de bataille pour combattre le virus. De manière générale, la réaction a été beaucoup plus consistante en Afrique, même si certaines inégalités ont été constatées.
Prenons par exemple un pays comme le Maroc qui a mis chaos la France s’agissant de la crise du Coronavirus, soit 77 fois moins de morts au Maroc qu’en France au 29 avril 2020.

D’une manière stupéfiante, le royaume qui est une ancienne colonie de la France et qui, pourtant est 23 fois moins riche que son ancienne métropole, affiche des résultats très supérieurs à ceux de la France en termes de la mortalité.

Jusqu’au 29 avril dernier, il y avait 77 fois moins de morts par habitant au Maroc qu’en France à la pandémie du Coronavirus. C’est tout à fait remarquable ! 165 morts du Coronavirus pour 36 millions d’habitants du côté marocain contre 23.660 morts pour 67 millions d’habitants du côté français. Alors, qu’est-ce qui peut expliquer une telle différence de réussite sur le Coronavirus entre les deux pays.
Ce sont d’abord des principes qui sont ceux d’anticipation, de l’efficacité, de la souveraineté et de la liberté par rapport au lobby pharmaceutique. Ce que nous allons voir de manière très concrète et détaillée.

S’agissant du principe d’anticipation et d’efficacité, le premier cas du Coronavirus au Maroc date du 2 mars dernier ; et 14 jours plus tard, soit le 16 mars, le Maroc fermait l’intégralité de ses écoles, collèges et lycées. Et seulement 18 jours plus tard, soit le 20 mars, le Maroc mettait en confinement total sa population.
Tandis qu’en France, le premier cas du Coronavirus était découvert le 24 janvier. Et 43 jours plus tard, soit le 7 mars, le couple Macron paradait fièrement devant toutes les caméras de télévision de son pays en montrant qu’il se rendait au théâtre à Paris et donc, appelait les français à vivre normalement et notamment, à se rendre dans les lieux aussi bondés que le théâtre, alors même que l’épidémie était déjà en train de progresser de manière fulgurante sur le sol français.

Efficacité et anticipation se sont vues aussi sur les masques. Sachez qu’au Maroc, il n’y a jamais eu le mensonge d’Etat aux marocains que les masques ne servaient à rien et que les habitants étaient incapables de les porter, un discours servi de manière incroyablement mensongère aux français pendant des semaines.
Le Maroc s’était donné le moyen de ses ambitions en rendant le port du masque obligatoire à l’extérieur depuis le 7 avril, ce qui n’était toujours pas le cas en France. Et pour y parvenir, il s’est mis en situation de production maximale, de mobilisation générale, de vraie économie de guerre, ce que n’a jamais fait la France.

Ainsi, aujourd’hui, le Maroc produit 7 millions de masques par jour, soit 49 millions de masques par semaine. Et attention, on parle des masques chirurgicaux aux normes. Alors qu’Emmanuel Macron en France annonçait que le pays produisait 8 millions de masques par semaine. Ce qui est stupéfiant pour une puissance industrielle et riche que le Maroc qui a mobilisé tout le monde : son artisanat, son industrie… Aujourd’hui, 17 usines marocaines tournent nuit et jour pour fabriquer des masques et prévoit arriver à une production journalière de 10 millions de masques par jour.

Ainsi, le Maroc s’est donné comme politique de ne pas se fier uniquement aux importations chinoises, ce qui a été la stratégie française et d’autres pays industrialisés. Ce qui fait qu’en France on attend encore les fameux masques chinois qui n’arrivent pas.
Dans n’importe quelle épicerie au Maroc, on peut trouver des masques vendus à 7 centimes d’Euros l’unité et on y trouve aussi du gel hydro-alcoolique en abondance à vendre. Tandis qu’en France, on trouve des masques en vente libre à 8,50 € l’unité, voire 10 € l’unité. Aussi, des situations de pénurie beaucoup plus avancées se manifestent en France que ce que connaît le Maroc.

Cette crise a permis de démontrer des initiatives qu’il faut saluer sur le continent africain. Le Sénégal par exemple a pu mettre sur pied des kits des tests qui permettent de pouvoir examiner 10 fois plus rapidement ; Madagascar a créé le Covid-Organique qui a créé un tôlée international et pour lequel par contre il est démontré au moins dans ce pays qu’il semble fonctionner, car le pays n’enregistre pas de décès pourtant, tout le monde est là à lui donner des leçons.
Les occidentaux devraient commencer par traiter des malades chez eux avant de venir faire des leçons aux africains qui n’en ont pas besoin pour le moment.

Et comme l’a rappelé le président Malgache sur France 24 récemment, si ce Covid-Organique avait été créé par une entreprise occidentale, il n’y aurait pas autant de suspicions sur lui, on l’aurait en abondance en Europe et on l’aurait même imposé à l’Afrique via l’OMS. Mais comme il vient de l’Afrique et qu’apparemment, certains avaient un autre agenda, préférant peut-être que l’on vaccine les populations africaines et en détruisant ce Covid-Organique qui ne servirait à rien afin de forcer le passage.


Oui ! parce qu’aujourd’hui, en Europe, on n’attend qu’une seule chose : « le vaccin, le sacro-saint vaccin ». Il faut toujours vacciner ! L’Europe a toujours la même solution pour les mêmes maux : « le vaccin ».

En Afrique, nous avons une pharmacopée traditionnelle, nous avons des traitements locaux à base des racines, d’écorces et des feuilles de nos forêts. Ainsi, au Gabon, cette pharmacopée nous a offert la ‘’Fagaricine 532’’ qui traite le paludisme, voire le Coronavirus. Nous n’avons pas pour habitude, contrairement aux occidentaux, d’aller tout le temps dans des pharmacies acheter des produits exorbitants, nous nous servons donc des produits de la nature, ce qui fait que nous avons un système immunitaire beaucoup plus performant que les autres, ce qui expliquerait le faible taux de mortalité sur le continent qu’ailleurs.

Et pourtant, c’est en Afrique que l’OMS demande de s’alarmer en attirant l’attention du monde entier sur les conséquences du Coronavirus sur le continent. Mais pourtant, l’Europe compte déjà près de 180.000 décès causés par la pandémie, et l’OMS ne dit rien, elle ne s’alarme pas. Que dire encore des Etats-Unis d’Amérique qui totalisent à eux seuls près de 100.000 décès ?

Paradoxalement, la grande OMS reste alarmiste quand il s’agit du continent noir qui ne totalise même pas 5.000 décès ! Tu


La question reste celle de savoir pourquoi donc cet afro-pessimisme ? Pourquoi donc, les médias entre autres et les élites occidentales continuent-ils de voir le continent noir sous un spectre négatif à tel point que l’on veuille donner l’impression que tout ce qui va mal est approprié à l’Afrique ? On donne l’impression que l’Afrique est un enfant qui n’est capable de rien et que l’on doit l’assister en permanence et que c’est à elle qu’on doit dire ce qu’elle doit faire et c’est toujours à elle que l’on doit montrer le chemin à suivre.


La France vient pour aider l’Afrique en mettant de l’argent sur la table alors qu’elle ne parvient pas elle-même à soigner ses propres malades du Coronavirus ! Comment expliquer ce type de politique si ce n’est une volonté de continuer à maintenir dans une certaine dépendance tout un continent ?


Mais cette époque est bien révolue, parce qu’aujourd’hui, nous avons compris ce qui se passe et ne pouvons plus nous taire face à ces genres des politiques. Le problème, c’est qu’il y a comme une volonté de maintenir dans l’imaginaire des gens une certaine Afrique. Il faut que les gens continuent à penser que l’Afrique c’est le continent où il y a la pauvreté, la misère, la mort, les maladies et les crises de toutes sortes. L’Afrique, c’est l’enfer dont parle la Bible.

En gros, pour ces gens qui diabolisent le continent noir, ils veulent montrer par-là que c’est un endroit où il ne faut pas aller. Ils veulent ainsi maintenir l’esprit des gens dans cette conception pessimiste de l’Afrique.
C’est toujours cette image d’un continent en souffrance et dont les populations sont incapables de faire quoi que ce soit par elles-mêmes et à qui il faudrait tendre la main qui est brandie partout.

C’est par exemple lorsqu’Emmanuel Macron fait un discours en France en plein confinement en disant que l’on doit aider l’Afrique en ces termes : « pensons à nos frères africains que nous devons aider ».

Comment le feu brûle chez lui, il n’arrive pas à l’éteindre, mais il propose quand-même de venir éteindre un feu africain qui ne brûle pas encore ? Quelle est cette logique ? Macron devrait d’abord finir par éteindre le feu chez lui en démontrant qu’il sait gérer un feu et peut être que l’on pourrait faire appel à son expertise en cas de besoin. Comment comprendre l’amour de ce monsieur qui n’a pas encore fini d’éteindre l’incendie de sa maison cherche à intervenir chez son voisin qui n’est pas en danger ?

Quand on sait surtout qu’entre les Etats il n’y a pas d’amitié, mais il n’y a que des intérêts, on pourrait donc se poser la question de savoir : « quels sont les intérêts cachés derrières tous ces beaux discours ? » Oui, derrière ces aides des occidentaux pour l’Afrique, se cachent beaucoup de choses. Ce que beaucoup de gens ne savent pas est que, ce qui sort de l’Afrique est plus important que ce qu’elle reçoit en réalité. On voit juste la main tendue que l’on donne au continent, mais on ne voit pas celle qui est sous la table qui retire les richesses de l’Afrique.

Il faut juste avoir à l’idée que les aides au développement que l’on envoie en Afrique ne représentent pas grand-chose en réalité. Même la diaspora africaine envoie plus d’argent sur le continent que les aides au développement que l’on reçoit sur place. Et surtout lorsqu’on sait que ces aides au développement ne profitent même pas à la grande majorité des populations africaines.

Quelle est la valeur de ces aides que l’on reçoit depuis les indépendances qui n’ont jamais aidé les pays africains à se développer ? C’est plutôt l’assistanat dans lequel on veut maintenir éternellement les africains.
En allant un peu plus loin s’agissant de ces multinationales qui pullulent en Afrique et se servent abondamment sur le continent et font de l’argent en l’exfiltrant sans avoir à payer d’impôts ni des taxes. C’est là aussi la réalité du continent africain.

Aujourd’hui, on n’est plus à la période où la guerre se fait ouvertement grâce aux armes, canon sur la tête, mais la guerre est économique où les armes sont des entreprises. Voilà pourquoi nous devons créer des entreprises puissantes afin de faire face à ce pillage systématique orchestré par ces multinationales occidentales qui viennent sur le continent et se servent parce qu’elles y trouvent des boulevards, un vide où les africains eux-mêmes ne font rien de leurs matières premières.

En plus, tous ces mensonges orchestrés par les médias ont pour objectif de détourner l’attention des africains de leur continent. Le pire dans tout ça, c’est que les africains finissent par y croire, et c’est cela qui est le plus dommageable. Lorsque l’on finit par ne plus croire en soi-même, ne plus savoir de quoi on est capable et lorsqu’on croit que l’on est l’incarnation de la pauvreté et de tout ce qui représente le mal : que la couleur de sa peau est un problème, ses cheveux est un problème, en cherchant à ressembler à quelqu’un d’autre, c’est là la racine du mal.

Si tout ce que l’on retient du continent n’est que négatif, alors, malheureusement on n’a qu’une version de l’histoire, parce que chaque histoire devrait avoir deux versions, car l’occident ne nous présente qu’une seule version, celle qui l’arrange, celle qu’il a créé lui-même contre le continent africain.

D’où, nous devons réécrire notre propre histoire et rapporter nous-mêmes nos propres contes et parler de ce qui se passe chez nous, comme pour paraphraser Patrice Emery Lumumba lorsqu’il écrivit : « L’histoire dira un jour son mot, mais ce ne sera pas l’histoire que l’on enseignera à Bruxelles, Washington, Paris ou aux Nations-Unies, mais celle qu’on enseignera dans les pays affranchis du colonialisme et de ses fantoches. L’Afrique écrira sa propre histoire et elle sera au Nord et au Sud du Sahara une histoire de gloire et de dignité… ».

Alors, que peux-tu faire à ton propre niveau pour faire avancer le continent noir ?


La première des choses à faire, c’est de revoir réellement ton image du continent africain ; revoir ta perception vis-à-vis de l’Afrique, revoir ta manière d’analyser ce qui se passe sur le continent et réaliser qu’il y a pleins de potentiels en Afrique et plusieurs opportunités qui s’offrent à tous et non plus tomber dans les pièges de ceux qui s’alarment et qui veulent te faire croire que tu n’as rien à faire en Afrique qui est pourtant ta maison et où tu es le bienvenu.

Quant aux africains de la diaspora qui ont quitté le continent pour l’Europe ou les Amériques, et qui ont fini par croire que l’Europe est le paradis et l’Afrique est l’enfer et qui ne veulent plus y retourner, ceux-là sont aussi tombés dans un gros mensonge, car l’Afrique c’est la terre-mère, c’est l’endroit où il y a de plus belles opportunités au monde aujourd’hui.

Voilà pourquoi vous voyez que beaucoup d’investisseurs se ruent sur le continent africain. L’Afrique reste l’eldorado du futur.
Retenons que l’évolution du monde a toujours été cyclique. L’Afrique a eu son heure de gloire autre fois avec l’Egypte antique ; l’Asie a eu son heure de gloire avec les grandes civilisations comme l’Empire Perse, la Mésopotamie antique, la Chine… L’Europe aussi a eu son heure de gloire avec la Grèce antique et la civilisation hellénistique ; les empires Romains… ; Les Amériques aujourd’hui connaissent leur temps de gloire avec les Etats-Unis d’Amérique, la première puissance mondiale, en compétition aujourd’hui avec la Chine d’où est originaire le Coronavirus.

Avec cette pandémie, les cartes sont en train d’être rejouées. L’Afrique à nouveau va avoir sa nouvelle heure de gloire. La crise de Covid-19 est en train de montrer que c’est le déclin du monde occidental et la renaissance du continent africain. Mais la vraie question à se poser est la suivante : « vas-tu participer à cette renaissance du contint africain ? ». Feras-tu partie de l’équation qui va résoudre le problème africain ou plutôt tu seras du côté de ceux qui se plaignent ?

Germain Joseph MUANZA K. : Professeur, auteur, coach et conférencier.