RDC : Emeutes à l’Assemblée Nationale, le parlement indigné, le FCC fustige, l’UDPS gronde !

RDC : Emeutes à l’Assemblée Nationale, le parlement indigné, le FCC fustige, l’UDPS gronde !

14 juin 2020 0 Par Grandjournalcd.net

La confrontation entre les forces de l’ordre et les Députés nationaux le vendredi dernier fait bouger et susciter des réactions au sein des différents camps politiques. Pour le rapporteur de l’Assemblée Nationale, il s’agit là d’une attitude qui porte atteinte au respect et droits des élus nationaux.

« Nous réitérons nos propos condamnant avec dernière énergie le spectacle désolant dont les Députés nationaux et Sénateurs ont été victimes de la part des éléments de la police au Palais du Peuple en violation des régulant la réquisition des forces publiques mais aussi et surtout l’inviolabilité de l’enceinte de ce siège des institutions de la République », disait Célestin Mussao à travers une déclaration faite devant la presse.

Pour le Front Commun pour le Congo, interdire les Députés nationaux l’accès au parlement en recourant aux forces de l’ordre de la police est une vieille méthode qui date de l’Antiquité et qui constitue un recul aux avancées démocratiques que le pays poursuit depuis 2 décennies. Sans citer le nom, le FCC qui dit apporter tout son soutien aux Elus Nationaux, exige la fin immédiate de ces pratiques et appelle en meme temps les animateurs politiques ou judiciaires de respecter les prérogatives de séparation des pouvoirs pour une bonne harmonie dans la gestion de la République.

Kabuya hausse le ton

Indigné par les propos de certains Députés du FCC qui auraient déplacé certains langages non- appropriés à l’endroit du Chef de l’Etat, l’UDPS, par le biais de son Secrétaire Général condamne et rappelle que depuis la prise du pouvoir par Félix Tshisekedi la justice travaille en toute indépendance.

« Ils peuvent se rendre à l’évidence qu’aujourd’hui les juges travaillent en tout indépendance, sans aucune injonction. Ils ne reçoivent pas des coups de fil et ne sont pas internés dans des chambres d’hôtel huppés avant de rendre un verdict ou de prendre une quelconque décision comme cela fut le cas sous leur régime », a tonné Augustin Kabuya Tshilumba, depuis la hauteur de la 11ème de Limete où est campé le siège du parti.

Pour rappel, le vendredi 12 juin, des émeutes ont eu lieu entre les forces de la police et les Députés nationaux aux alentours du Palais du peuple. malgré l’interdiction du Conseil d’Etat les Députés nationaux ont répondu à l’appel de Madame Jeanine Mabunda pour prendre part à une séance plénière dont l’objet était de procéder à l’élection du nouveau 1er Vice-président de cette chambre après la destitution de Jean Marc Kabund mais celui-ci a saisi les instances judiciaires pour sa réhabilitation pour non-respect de la procédure. Chose qui a été faite par le conseil d’Etat en attendant la décision finale qui appartient à la Cour constitutionnelle.

Gaston Kisanga