RDC/Procès 100 jours : Vital Kamerhe pense que son procès est politique

RDC/Procès 100 jours : Vital Kamerhe pense que son procès est politique

11 juin 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Après audition de toutes les parties défenderesses, il était au tour du très éloquent directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi d’ajouter son mot, tout comme tous les autres prévenus.

Prenant la parole, Vital Kamerhe se dit prêt « à payer le prix fort en homme d’État ». Il signifie tout de même au tribunal que l’hôtel dont a fait allusion le ministère public est une vielle acquisition de sa femme. S’agissant du compte commun entre lui et sa femme, l’époux de madame Hamida Shatur dévoile qu’il s’agit d’un compte commun qui avait ouvert à l’unique but de rembourser une dette contractée à Afriland bank.

En ce qui concerne les motivations de la négociation des contrats, Vital Kamerhe signe et persiste : » le dernier contrat du programme des 100 jours c’est en Avril 2018, je ne suis là ! » rappelle-t-il non sans éviter de pointer du doigt accusateur le ministre du développement rural de l’époque, Justin Bitakwira.

« ce n’est pas Kamerhe qui écrit , c’est le président de la République… » s’écrie-t-il à propos de sa correspondance en rapport avec l’interdiction de décaissement des fonds de l’État sans aval direct de la présidence. Il le dit en brandissant des documents signés par son intérimaire à la présidence ou le conseiller Beya Siku, qui, selon ses dires ont dans leurs correspondances usiter la même expression : » sur instruction du chef de l’État ».

Pour rappel le ministère public dans son exposé avait considéré que cette correspondance était une façon pour le directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi de s’ériger en ordonnanceur des toutes les dépenses publiques.

Le prévenu Kamerhe regrette jusqu’à ce jour aucune pièce n’a su prouver le détournement dont il est chargé par le ministère public : » je m’attendais à ce qu’aujourd’hui on me dise , voici monsieur sur les 57 millions de dollars alloués, voilà ,preuve irréfutable à l’appui , ce que vous avez détourné » regrette-t-il en concluant.

Moïse Dix