RDC/Kasaï central : Conflit coutumier à Bena Mande, que retenir de la généalogie de Bena Kabasele et de BUABUA DIKOBA?

RDC/Kasaï central : Conflit coutumier à Bena Mande, que retenir de la généalogie de Bena Kabasele et de BUABUA DIKOBA?

3 juin 2020 1 Par Grandjournalcd.net

Le groupement de Bena Mande, dans la commune de Katoka, ville de Kananga connait depuis un temps, une crise sans précédent de légitimité du pouvoir coutumier entre Ndombi Mande Mbulungu et Mubiayi Tshitenge Cleophas.

Pour avoir des lumières sur ce dossier dont Martin Kabuya Mulumba, gouverneur du Kasaï central est indexé et accusé d’entretenir un conflit dans cette entité, nous vous proposons ici la généalogie du Groupement Bena Kabasele dans lequel nous retrouvons Bena Mande.

Monsieur Mubiayi Tshitebua est le descendant de la famille des Bena Kabasele à laquelle appartient le premier ancêtre et premier chef coutumier de Bena Mande connu et appelé Chef BUABUA DIKOBA.

En 1920, le chef Nkashama de cette famille des Bena Kabasele fut suspendu de ses fonctions par les autorités belges, suite à un meurtre commis dans le groupement.
A cet effet, l’administration coloniale avait confié provisoirement le pouvoir à Mande Mbulungu (Aspect important à retenir) du clan de Bena Lukusa.

Mande Mbulungu sera à son tour arrêté pour insoumission et pour son soutien à une secte religieuse(Tout est clair).

Le pouvoir fût alors remis à la famille régnante des Bena Kabasele et Monsieur Tshitebua Mubiayi (Le débat serait clos par ici, mais hélas) devient chef du groupement de Bena Mande de 1937 à 1976, soit près de 40 ans.

En 1952, alors District de Lulua, le commissaire de District a.i, A. Dequenne par sa décision n°42/1952 du 7 avril 1952 reconnait dans la composante du tribunal de secteur de Bakua Katawa, Mubiayi alias Tshitebua comme chef coutumier de Bena Mande.

En 1970, l’arrêté n°1367 du 26 Août 1970 portant reconnaissance et nomination des conseillers de la collectivité locale de Tshibashi, Ville de Luluabourg, District de la Lulua, voit Monsieur Mubiayi Tshitebua Pierre être nommé parmi les chefs comme étant celui de Bena Mande par J. N’SINGA membre du bureau politique.

En 1983 un arrêté du ministre National de l’intérieur est signé pour la reconnaissance deTshitebua comme chef coutumier de Bena Mande, l’arrêté n°83-0213 du 17 Juin 1983.

En 1995 par un arrêté ministériel n°95-0871 du 15 Août 1995 du ministère de l’intérieur, Ndombi Mbulungu est reconnu comme chef coutumier de Bena Mande, grâce aux instigations et tricherie de son gendre Edmond Kanonyi alors directeur au ministère de l’intérieur. Tshitebua se verra écarter et remplacer par Ndombi Mbulungu.

En 2000 soit le 25 Juillet 2000, le bourgmestre de la commune de Katoka, feu Augustin Kamwitu Lubadi, a après analyse de cette situation entre deux parties en conflit, et la recherche ordonnée par la commission de justice, vis-à-vis de l’affaire opposant Mubiayi à Ndombi, il a été prouvé que le chef coutumier Mubiayi Tshitebua c’est reconnu en tant que chef du groupement de Bena Mande conformément à l’arbre généalogique approuvé par tous les notables et capitas présents à Bena Mande lors d’une rencontre de confrontation organisée pour cette fin, peut-on dans une correspondance du bourgmestre au maire de la ville.

Le 20 décembre 2000, le maire de la ville de Kananga, Jean Marcel Ndumbi Tshingombe, procède à une confrontation entre Mubiayi et Ndombi en présence des notables et du doyen d’âge de Bena Mande, Monsieur Tshipamba Tshilumba.

A l’issue de laquelle plusieurs éléments de clarification dans ce conflit ont été apportés.

« Après le décès du chef Tshitebua Mubiayi, il avait respecté la parole lui adresser par le feu Katende Nkashama ( que nous avons déjà cité ici, au pouvoir en 1920) de donner le pouvoir à la famille régnante dans les mains de Bena Kabasele au chef Tshitebua Mubiayi » peut-on lire dans la lettre du maire adressée au gouverneur Lubaya.

Le 12 avril 2024, Claudel André Lubaya, gouverneur du Kasaï occidental, a dans une correspondance adressée au ministre National de l’intérieur et des affaires coutumières, révélé que Ndombi a toujours usé des manœuvres pour que le pouvoir lui revienne où il a eu un arrêté de reconnaissance en faveur de trafic d’influence et de la tricherie de la part des uns et des autres de ses membres de la famille au ministère de l’intérieur.

Ainsi a conclu l’autorité provinciale, le pouvoir revient à Mubiayi Tshitebua descendant de son premier ancêtre chef BUABUA DIKOBA de la famille régnante de Bena Mande selon l’arbre généalogique de 1915 jusqu’à 1976.

En conclusion que viendrait faire Martin Kabuya dans une affaire qui appartient à la famille régnante qui désigne quelqu’un qui doit gérer le pouvoir en toute légalité et légitimité ?

Même s’il faut saper l’honneur d’une personnalité, il est important d’avoir la culture de la recherche, en fouinant toute l’histoire du groupement de Bena Mande.

Donc c’est une peine perdue si l’on tient à dire qu’un sujet canadien (Surnommé par haine et jalousie) veut mettre le feu dans le pouvoir coutumier.

Ivan Honoré Mudiangombe