RDC/Sénat : Didier Mazengu a une semaine pour expliquer aux sénateurs, la gestion de la construction de la nouvelle aérogare de l’aéroport de N’djili

RDC/Sénat : Didier Mazengu a une semaine pour expliquer aux sénateurs, la gestion de la construction de la nouvelle aérogare de l’aéroport de N’djili

26 mai 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Le Ministre des Transports et Voies des Communications a été auditionné ce Mardi 26 Mai par les sénateurs , réunis en pleine crise sanitaire sur l’évolution des travaux de la nouvelle aérogare de l’aéroport internationale de N’djili, les élus des élus ont accordé une semaine à Didier Mazengu pour justifier avec des plus amples éléments la gestion de la construction de l’aérogare dont la pose de la première pierre a été effectuée en 2018.

Sur place, pour sa première audition par les élus des élus depuis sa nomination, Didier Mazengu, Ministre des Transports et Voies de Communication a signifié à cette auguste assemblée plénière que le retard dû à l’achèvement des dits travaux fait suite à la période près et post électorale qu’avait connu la RDC mais aussi la pandémie du Covid-19 qui génère plus des fonds à la riposte.

A cette occasion, il a rappelé aux sénateurs que 20 Millions de dollars américains avaient été décaissés du trésor public pour l’entreprise chinoise habileté dans la construction de cet aérogare, et ce dernier avait promis d’installer des chantiers aux exigences techniques et topographiques.

Pour Didier Mazengu, les travaux de construction avancent à pas des géants mais buter par la Covid-19.

« J’ai mis en place un comité de pilotage composé des experts du Ministère des Infrastructures, des Travaux Publics et Reconstructions; du Ministère des Finances; de l’Autorité de l’Aviation Civile; de la Régie des Voies Aériennes ; et de mon cabinet  » a annoncé le Ministre des Transports et Voies de Communication aux sénateurs s’agissant du suivi de la nouvelle aérogare.

Il a à cet effet, répertorié les préoccupations des élus des élus partant de la construction de l’aérogare, la construction du viaduc, la déviation du boulevard Lumumba, la gestion des ports en RDC, la hausse de prix du passeport, la gestion de frais liée au Go-pass, à l’achat des nouvelles locomotives qu’il devra répondre ce Mardi 2 Juin à 13 heures, a précisé le Président du Sénat.

Il sied de noter que le budget de construction de l’aérogare définitive de l’aéroport international de Ndjili est chiffré à 354 680 000 USD. Un budget financé à 85% (soit 300,9 millions USD) par Exim Bank China et à 15% (soit 53 millions USD) par l’Etat congolais. Le marché de cette construction a été attribué à WIETC pour un délai contractuel de 36 mois. Sur les 53 millions USD de sa part, le gouvernement congolais a déjà avancé 20 millions USD. Le reste, soit 33 millions USD seront décaissés au fur et à mesure de l’avancement des travaux.
Une fois achevé, la nouvelle aérogare sera en mesure d’accueillir un flux annuel de 3 millions des passagers et permettre à l’aéroport de Ndjili d’être un Hub international en Afrique grâce notamment à sa garantie de sécurité et de service de haute qualité répondant aux normes de l’organisation de l’Aviation civile internationale (OACI) conformément à la norme de service de classe C.
L’ouvrage sera construit sur un espace de 4.617 m². La nouvelle aérogare comprendra entre autres :
– Un tarmac de 74.517 m² ;
– Le prolongement du taxiway parallèle et des bretelles de 68.891 m² ;
– Un viaduc de 8.000 m² ;
– Un parking d’une capacité de 1200 véhicules et une fontaine ;
– La déviation du boulevard Lumumba sur 5 km ;
– Le centre de force motrice, la clôture et les installations combinées ;
– L’acquisition des voitures appropriées, de logiciels des équipements ;
– Le renforcement des capacités du personnel.
En mai 2021, l’aéroport international de Ndjili aura ainsi la capacité d’accueil simultanée de 10 avions longs courriers.

Le projet de construction de la nouvelle aérogare s’inscrit ainsi pleinement dans le cadre de cette politique de la « Révolution de la modernité » qu’avait initiée le Chef de l’Etat Honoraire en vue de conduire résolument la RDC à l’émergence, à l’horizon 2030.

Dan de Dieu KAYANDA