La pandémie du Coronavirus trois mois après, apprendre à vivre avec grâce à un sommeil réparateur ( regard de l’écrivain et chercheur Joseph Germain Muanza)

La pandémie du Coronavirus trois mois après, apprendre à vivre avec grâce à un sommeil réparateur ( regard de l’écrivain et chercheur Joseph Germain Muanza)

18 mai 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Aujourd’hui je vais partager avec vous sur le CORONAVIRUS : « mon regard », en rapport avec : « l’obstacle est le chemin de l’art éternel de transformer les épreuves en victoires » de Ryan HOLIDAY.
Vous comprendrez ici que notre approche n’est pas alarmiste comme c’est le cas de beaucoup des personnes qui veulent bien parler du Coronavirus. Nous nous inscrivons dans une démarche plutôt positive en essayant de voir ce qu’il faut tirer de meilleur depuis l’apparition de la pandémie.


Est-ce que vous vous êtes déjà demandé pourquoi il y a des gens que rien ne semble arrêter quelles que soient les circonstances ?

Dans cet article, je vais développer pour vous une philosophie vieille de deux mille ans qui a été à la base du succès des personnes comme EDISON, GANDI, MANDELA, STEVE JOBS, OBAMA…Et vous constaterez que cette philosophie peut-être réellement le fondement d’un bonheur inconditionnel pendant les moments de crises, comme c’est le cas avec le Coronavirus aujourd’hui. Si c’est le cas pour moi, je suis sûr que ça le sera pour vous aussi. Je vais développer ici les trois clés qui sont le fondement de cette philosophie.

Penser au stoïcisme, c’est s’imaginer une personne acceptant les misères de la vie comme une vache sous la pluie ou ce boss qui paraît être incapable de prouver une quelconque émotion. Ce qui nous ramène à cette situation de confinement généralisé que connaissent les populations de la planète dans les grandes villes dont la plupart passent des semaines voire des mois sans ressources financières ni de quoi mettre sous la dent. Courage, résistance ou bravoure ? Chacun peut se faire son opinion à ce sujet.

En réalité, le stoïcisme est une philosophie de l’action. Il a été utilisé par les plus grands hommes de l’histoire, des soldats, des poètes, des empereurs et des chefs d’entreprise pour les aider à faire face à leurs plus grandes difficultés, comme c’est le cas pour vous aujourd’hui avec la pandémie du Covid-19.
Le représentant le plus emblématique de cette philosophie fut Marc-Aurèle, Empereur de Rome au IIe siècle de notre ère qui la résume ainsi : « Une entrave à l’action favorise l’action ; ce qui se trouve sur le chemin (l’obstacle) devient le chemin ». Dans ces mots, se trouve le secret de la réussite : « L’art d’utiliser les obstacles à son avantage ».
Et pour vous, quel sens donnez-vous au Coronavirus ? Un obstacle qui vous confine dans votre maison et vous place dans l’oisiveté ou un déclencheur d’énergies qui vous poussent à aller de l’avant ?

Marc-Aurèle sait de quoi il parle. En tant qu’Empereur de Rome, c’était l’homme le plus puissant du monde à son époque. Il avait fait notamment face à des guerres incessantes, à un coup d’État orchestré par l’un de ses plus proches alliés et à un demi-frère vide et incompétent qui partageait le trône avec lui. Mais Marc-Aurèle avait cette capacité de voir dans tous ces obstacles, une opportunité de pratiquer des vertus comme la patience, le courage, l’humilité, la raison, la justice, la créativité… Le pouvoir qu’il avait ne semblait jamais lui monter à la tête, ni le stress et l’émotion qu’il devait vivre au quotidien.

Nous ne sommes pas des Empereurs, mais nous faisons tous face à certaines difficultés à un moment ou à un autre, comme c’est le cas aujourd’hui avec le Coronavirus où nous sommes interpellés à cultiver les vertus de Marc-Aurèle au lieu de nous contenter du confinement, au lieu de nous plaindre et d’attendre que le gouvernement vienne s’occuper de nous. Manque de proactivité !

Cette approche de la vie pourrait bien être le fondement du succès. Elle est essentielle pour tous les hommes et toutes les femmes qui veulent endosser des responsabilités importantes et qui veulent réussir en utilisant l’adversité à leur avantage. Pour y arriver, trois étapes sont importantes :

ETAPE N°1 : LA PERCEPTION

La perception est la façon d’interpréter et de comprendre ce qui se passe autour de nous et le sens qu’on décide de donner aux événements.
Pour le Coronavirus, certains pensaient au début que c’était une grippe, un virus chinois avant que celui-ci ne fasse des ravages.
Mais pour d’autres, c’est un virus à prendre au sérieux, d’où l’intensification des recherches afin de trouver un vaccin ou un médicament pour venir à bout. Ce qu’a fait le chercheur français Didier Raoult en proposant l’Hydroxychloroquine. Et d’autres encore, comme nous le constatons dans l’opinion africaine, le Coronavirus serait une invention du laboratoire pour diminuer la population de la planète.

Quand quelque chose nous arrive, nous faisons le choix de l’interpréter comme un problème ou comme une opportunité. Pour le commun de mortel, le Coronavirus constitue un problème, il faut rester chez soi, arrêter de travailler, car tout est bloqué. Mais pour les lobbys, les multinationales et les chercheurs, ce virus représente une opportunité unique de se faire du beurre. En effet, nous ne contrôlons pas ce qui nous arrive, mais nous contrôlons la façon dont nous y répondons. Quelle est notre réponse face au Coronavirus ? S’il constitue un problème pour nous, alors restons à ne rien faire, attendons que Dieu descende du ciel pour nous aider.
Nous rencontrons toutes sortes d’obstacles dans notre vie, justes ou injustes. Notre premier réflexe est souvent de nous énerver, d’essayer de trouver un problème ou de nous apitoyer sur notre sort. Mais le problème avec cette réaction, c’est que ça fait tout, sauf régler le problème en question. Alors que si nous prenons le temps de prendre du recul, nous comprenons rapidement que ce qui a le plus d’influence sur le résultat final, ce n’est ne pas l’épreuve en elle-même, comme c’est le cas en ce moment avec le Coronavirus.
Souvent, nous avons tendance à prendre notre sang-froid et nous réagissons émotionnellement. Mais nous ne comprenons pas que tout ce que ça fait, c’est de transformer de simples difficultés en réels problèmes, alors que nous aurions pu trouver une solution rapidement si nous n’avions pas réagi d’une manière impulsive.

Imaginons simplement un individu qui ne croit pas en l’existence du Coronavirus et qui ne respecte pas les gestes barrières de l’OMS, mais qui se fait prendre par la police. Au lieu de s’excuser, cet individu se met à agresser les forces de l’ordre qui le mettent aux arrêts pour outrage à l’autorité. L’origine des ennuis, c’est l’impulsivité de la réaction de cet individu.
Nous pouvons soit être guidés aveuglément par nos réactions primaires ou nous pouvons les comprendre et les filtrer pour ne finir qu’avec la réalité des faits et prendre des décisions raisonnées sans être aveuglés par la panique ou la peur.
Quand nous faisons face à un obstacle qui paraît insurmontable comme c’est le cas aujourd’hui du Coronavirus, gardons en tête ces quelques règles :

1- Être objectif ;
2- Contrôler ses émotions ;
3- Choisir de voir le bon dans chaque situation ;
4- Calmer ses nerfs ;
5- Prendre du recul ;
6- Se focaliser sur le moment présent et sur ce que l’on peut contrôler. Éviter ici de se préoccuper du Coronavirus, car on ne peut pas le contrôler et penser à faire ce qui peut être sous son contrôle.

C’est de cette manière que l’on trouve des opportunités dans n’importe quel obstacle. Rien n’est bon ou mauvais, c’est notre perception. C’est notre interprétation des événements qui les rend bons ou mauvais. Le Coronavirus est mauvais, c’est aussi notre interprétation. Mais celui-ci est bon pour des personnes qui trouvent dans son apparition une sorte d’opportunité. C’est le cas des inventeurs des vaccins et des médicaments qui considèrent le Coronavirus comme une mine d’Or.

Les problèmes sont rarement aussi terribles qu’on les imagine ou plutôt ils sont exactement aussi terribles qu’on les imagine.
Avant de partir dans l’espace, les astronautes doivent maîtriser une compétence plus que n’importe quelle autre : « c’est l’art de ne pas paniquer ». Quand les gens paniquent, ils font des erreurs, ils ignorent les règles, ils oublient les plans et ils ne sont plus capables de penser objectivement. Et c’est la source de la plupart de nos problèmes ici sur terre. À 200 km au-dessus de la terre, paniquer c’est la mort assurée. Donc les astronautes doivent désapprendre à paniquer.

Depuis l’apparition du Coronavirus, c’est la panique générale ! Des solutions fusent de partout, certains loufoques, d’autres dangereuses. Des gouvernements y vont d’une manière dispersée, d’où des erreurs, l’ignorance des règles et l’oubli des stratégies communes à mettre en place pour sauver les populations. Faisons comme les astronautes, essayons à désapprendre à paniquer.

Le meilleur moyen de franchir les obstacles, c’est de maintenir nos émotions sous contrôle. La véritable clé que nous apporte le stoïcisme, ce n’est pas seulement de contrôler nos émotions quand nous faisons face aux obstacles, mais une fois que nos émotions sont sous contrôle et que nous voyons les choses de manière objective, c’est de considérer que dans ce même obstacle, se trouve en fait une opportunité. La première étape consiste donc à reconnaître que nous avons un pouvoir, celui de choisir le sens que nous donnons aux choses qui nous arrivent.

ÉTAPE N°2 : L’ACTION

Il s’agit ici d’une action orientée vers l’accomplissement de notre but.
Depuis l’apparition du Coronavirus, la majorité des personnes n’ont plus de but, elles ont perdu la cible dans leur vie et elles donnent l’impression d’attendre que ce virus mortel vienne les achever. Elles sont confinées et ne font rien dans l’espoir que le gouvernement vienne entreprendre des projets à leur place sous prétexte du Coronavirus.

Il existe des personnes capables de transformer de pires problèmes, des handicaps physiques, des discriminations sociales ou l’extrême pauvreté en succès incroyable. Même ce Coronavirus qui se trouve être un obstacle insurmontable peut être transformé en opportunité unique !
Et si le Coronavirus était la seule opportunité pour vous de vous hisser au sommet ! Prenons le cas du jeune congolais qui, sorti de nulle part, s’est illustré chez les Malgaches en fabriquant un Cocktail de la potion traditionnelle du produit contre le virus.

Pour certaines personnes, la pandémie de Covid-19 est un fléau, tandis que pour d’autres, elle constitue un obstacle à franchir sur le chemin du succès. En effet, c’est pendant les périodes de récession et des crises que naissent de grandes révolutions. Des illustres personnages comme les WARREN BUFFETT, BILL GÂTES, STEVE JOBS ou ELON MUSK se sont illustrés pendant les périodes de crise.

Le Coronavirus serait en train de révolutionner le monde en mettant fin à l’ère industrielle pour inaugurer définitivement l’ère de l’information qui a vu le jour avec la mondialisation et l’Internet. Le virus est en train d’écrouler les économies basées sur le capital et le travail qui sont les anciens leviers de la richesse de l’ère industrielle. Nous assistons à une nouvelle économie basée sur les codes et les médias, caractéristique de l’ère de l’information : le télétravail, des conseils des ministres par visioconférences, des cours en lignes dans les écoles et les universités sont autant d’outils introduits dans le système à cause du Coronavirus.
Ce n’est plus la seule présence physique qui compte dans les entreprises, mais l’on peut travailler tout en étant chez soi. Les étudiants connectés à l’Internet peuvent suivre des enseignements de leurs professeurs à la maison sans aller dans la salle, le confinement oblige.
À cause du Covid-19, les Entreprises sont obligées de revoir leur système managérial si elles ne veulent pas rester au bord de la route et si elles veulent atteindre leurs objectifs.

Malheureusement, dans la vie on ne peut pas se permettre de partir en courant ou de se cacher. Personne ne va venir sauver ces entreprises ou ces personnes. Si l’on prétend vouloir réaliser ses objectifs et accomplir de grandes choses, il y a une seule voie possible : « faire face aux problèmes en passant à l’action. Une action massive et consistante ».

On parle souvent du courage comme si c’était une vertu inaccessible et réservée aux héros, mais on oublie que ça consiste simplement à passer à l’action, que ça soit pour approcher quelqu’un qui nous intimide ou décider de commencer l’écriture d’un livre sur un sujet qui nous intéresse. Ce qui n’est pas souvent évident avec ce confinement causé par le Coronavirus qui a rendu la majorité des personnes maussades et moins créatives préférant regarder les fausses informations sur la pandémie à la télévision que de faire autre chose de bien pour elles-mêmes ou pour leurs proches.

Les feux de la vie ne seront jamais tous ouverts, les circonstances ne seront jamais aussi optimales pour se lancer. Mais ça ne veut pas dire qu’on ne pourrait pas y arriver et la plupart de temps, ne rien faire n’arrangera pas la situation. Rester cloîtré dans sa maison, par peur d’attraper le virus ne vous fera pas parvenir à la lune. Immuniser votre corps et affronter le virus serait le seul moyen d’y parvenir. Notre précédent billet vous indique comment booster votre système immunitaire pour ne pas attraper le Coronavirus.

Dans la plupart de cas, on a déjà des compétences nécessaires pour réussir, mais on peut simplement les développer en se bougeant un tout petit peu. Mais ce n’est pas ça le problème ! Le problème, c’est la persistance ou plutôt le manque de persistance.

Devant le Coronavirus, les gens restent parfois désarmés ou plutôt tétanisés. Pourquoi ne pas profiter de l’accalmie de cette période pour insuffler l’esprit de créativité et avoir la patience de développer une idée jusqu’au bout, trouver de l’énergie de frapper à suffisamment des portes pour trouver des personnes disposées à investir dans ce projet en gestation ? Avoir le courage de défendre ces idées face aux critiques ? Faire quelque chose de nouveau et sortir de sa zone de confort veut forcément dire rencontrer des obstacles et être incertain de la tournure que prendraient les événements. Mais c’est seulement si on est prêt à résister aux obstacles (le Coronavirus dans notre situation) qui sont abandonnés les autres que l’on pourra connaître le succès.

En 2008, alors qu’OBAMA faisait campagne pour devenir président des États-Unis, un énorme scandale impliquant un de ses proches a failli lui faire échapper la victoire en rompant le lieu qu’il avait réussi à recréer entre les Noirs et les Blancs. Contre toutes recommandations de son entourage, OBAMA avait décidé en prononçant un discours resté célèbre : « une union plus parfaite » qui a été décisive dans sa victoire contre John McCain.

Comme le résumait son conseiller : « il ne faut jamais gâcher une bonne crise ».
Récemment, au moment où l’utilisation de l’Hydroxychloroquie pour soigner le Covid-19 fait débat, Didier Raoult, ce chercheur français qui continue à faire des déclarations dans la presse contre l’avis du comité scientifique soutenu par le gouvernement, ce Docteur paraît être sûr de lui au vu des résultats obtenus par des centres hospitaliers qui utilisent l’hydroxychloroquine. Et la visite du président Emmanuel Maccron dans son laboratoire de recherche semble lui avoir encore donné du poil de la bête. Il n’a pas gâché la bonne crise ! Voilà comment le Coronavirus peut rendre aussi célèbres certaines personnes qui étaient jusque-là inconnues du grand public. C’est comme on dit toujours le malheur des uns fait le bonheur des autres.

Durant cette période de confinement, toutes les choses qui ont été repoussées pendant longtemps devraient être traitées, car une crise est une opportunité de faire des choses qu’on ne pouvait pas faire auparavant.
Vous aviez toujours rêvé de faire quelque chose : écrire un livre, lancer un business, faire une formation pour changer de métier… Est-ce que cette rupture, cette crise du Coronavirus, ce licenciement qu’il vient de causer ne serait-il pas une bonne occasion pour vous lancer ?

Des gens ordinaires font tout pour éviter des situations négatives comme ils le font avec l’échec. Mais ceux qui réussissent font vraiment l’inverse. C’est dans ces situations qu’ils excellent. Ils transforment des tragédies ou leurs malheurs en opportunités uniques.

Comme l’ont fait le Docteur D. Raoult ou le jeune congolais à Madagascar, vous pouvez transformer l’impact négatif causé par la pandémie Covid-19 en occasions de succès.
Les perceptions peuvent être gérées et les actions orientées, mais le réel pouvoir vient de la 3ème étape.

ÉTAPE N°3 : LA VOLONTÉ

La volonté d’accepter qu’il existe des choses qu’on ne peut pas contrôler, le cas du Coronavirus dont les origines ne sont même pas connues même une certaine opinion croit que le virus serait créé dans un laboratoire.
On peut bien percevoir les choses, agir avec détermination et échouer malgré tout. Mais ne pourra jamais nous empêcher d’essayer et de donner le meilleur de nous-même. Certaines choses sont vraiment impossibles et certaines voies sont réellement bloquées à cause de la pandémie Covid-19. Mais ce n’est pas forcément une mauvaise chose. Peut-être que votre patron est vraiment un enfoiré et qu’il n’y a rien que vous pouvez faire. Quoi qu’il arrive, rien ne pourra jamais vous empêcher de profiter de cette situation difficile pour mettre en pratique certaines vertus même si ça veut simplement dire se résoudre à accepter que des choses malheureuses arrivent en les accueillant avec courage et humilité.

La volonté est un pouvoir interne qui ne peut être affecté par le monde externe. C’est votre dernier atout. Lorsque vous avez la volonté de faire quelque chose, ce n’est pas le Coronavirus qui viendra vous en empêcher.
Si l’action c’est ce que l’on fait lorsqu’on a encore le pouvoir sur une situation, la volonté c’est ce qui reste lorsqu’on n’a plus aucune carte à jouer. Dans ces genres de situations, comme celle que connaît le monde en ce moment, la volonté nous permet de transformer une douloureuse expérience en opportunité d’apprendre. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle pendant le confinement, plusieurs artistes du monde entier sont inspirés par les circonstances créées par le Covid-19 et commencent à animer des concerts en ligne pour distraire leurs fans fatigués par plusieurs semaines d’inactivité.
Souvent, nous pensons que la volonté est cette capacité qui nous pousse à nous battre pour quelque chose, mais en réalité, elle consiste plus à lâcher prise qu’à forcer le destin. On ne peut pas maîtriser un fou furieux en le narguant.

Quand le milliardaire ELON MUSK, le créateur de TESLA et de SPACEX était encore écolier en Afrique du Sud, il a été victime de discrimination et de nombreuses violences et était souvent la risée des autres élèves de son école parce qu’il était différent. Il était extrêmement seul et explique avoir passé une jeunesse misérable. Mais il a toujours eu quelque chose en lui qui lui disait de garder espoir et qu’il était destiné à quelque chose de grand. Cette dure période de sa vie qu’il a dû se résoudre à accepter avec patience et courage a été l’un des fondements de son incroyable réussite et lui a permis de devenir l’incroyable leader qu’il est devenu aujourd’hui.


Ce n’est ni le Coronavirus, ni des situations difficiles qui peuvent tuer votre créativité et vous empêcher d’aller de l’avant. Durant cette période, quelle est vraiment votre perception du Covid-19 ? Est-ce pour vous la fin de toute chose ou encore mieux une occasion de prendre un bon départ ?

Dans ce billet, j’ai essayé d’interpeller votre conscience sur les choses qui peuvent arriver dans votre vie, comme c’est le cas du Coronavirus et qui semblent être des fatalités, mais qui peuvent se transformer en grandes opportunités si vous essayez de les regarder avec un œil d’un observateur averti.

Germain Joseph MUANZA, auteur, coach et conférencier.