ESU : les étudiants proposent au ministre des alternatives pour sauver l’année en cours

ESU : les étudiants proposent au ministre des alternatives pour sauver l’année en cours

21 avril 2020 1 Par Grandjournalcd.net

L’association sans but lucratif Étudiants Congolais Unis ( l’asbl ECU) a présenté au ministre Thomas Luhaka les conclusions de sa plénière tenue en ligne ce samedi 18 avril. Il en est ressorti des recommandations alternatives laissant ainsi au ministre de l’ESU ( enseignement supérieur et universitaire) la liberté d’opter pour celui qui lui convient le mieux.

Il s’agit du report de l’année académique et changement ou modification du calendrier académique, et/ ou de la déclaration de l’année blanche avec fusion à l’année prochaine et un correctif financier « 

Cette dernière proposition consiste à considérer que les établissements de l’Enseignement Supérieur et Universitaire restent fermés jusqu’à ce que le covid-19 soit éradiqué ou mieux maitrisé ; de sorte que quand les activités reprendront normalement, les cours débuteront où nous avions arrêté ; ce qui justifie l’aménagement du calendrier académique de cette année et un changement pour les années suivantes relativement à la date où le covid-19 sera éradiqué.

Déclaration d’une année blanche avec fusion et correctif financier.

S’il arrive que les conditions pouvant donner lieu à une année blanche sont réunies ; il sera judicieux de la déclarer ; mais avec fusion et correctif financier pour éviter la perte de cette année académique et de frais académiques déjà payés.

DE LA FUSION

La fusion consiste à étudier en une année les matières de deux années académiques, et dans le cas sous examen, il va s’agir d’étudier les enseignements de l’année académique 2019-2020 concomitamment avec ceux de l’année suivante. il s’agit donc à admettre que les matières déjà enseignées et les épreuves organisées au premier semestre pour l’année académique 2019-2020 seront considérées acquises ; seuls les enseignements restants seront inscrits au programme de l’année suivante.

Pour ne pas surcharger les étudiants, il sera enlevé du programme des cours de l’année fusionnée, les enseignements qui ne sont pas vraiment nécessaires ; notamment les cours d’informations, qui seront laissés aux recherches personnelles des étudiants et il ne sera pas tenu compte dans le calendrier académique d’une telle année des jours fériés tel que ceux de la pâque  et de nouvel an, voire même une partie des jours de la grande vacance.

LE CORRECTIF FINANCIER

Cet aspect concerne les frais académiques ; au cas où il y a fusion il sera tenu compte des aspects suivant en ce qui concerne les frais académiques :

Ceux qui avaient déjà payé la totalité des frais académiques pour l’année académique 2019-2020 ne payeront que le frais de l’année suivante.

Ceux qui avaient payé la moitié des frais académiques payeront le frais de l’année suivante et le reste des frais de l’année 2019- 2020.

Ceux qui n’avaient pas encore payé les frais académiques payeront les frais de l’année suivante et la totalité des frais de l’année 2019-2020.

Organiser les cours dans les provinces non touchées par le covid-19

La mesure de fermeture des Etablissements de l’ESU concerne toute la république ; cependant il ya des provinces non touchées par la pandémie ; nous suggérons que les établissements de l’enseignement supérieur et universitaire des provinces non touchées par le covid-19 soient autorisés de fonctionner ; après avis du comité de riposte et sous réserve de l’observation des mesures d’hygiène.

Promouvoir l’organisation des cours en ligne

Cette hypothèse n’est envisageable que si cette pandémie perdure dans le temps de manière à compromettre l’organisation de l’enseignement et cela après la réalisation des plusieurs préalables censés garantir l’efficacité d’un tel enseignement notamment :
La formation des professeurs en pédagogie en ligne ;
La formation des étudiants sur le fonctionnement des cours en ligne ;
Se rassurer que les cours en ligne seront productifs et non seulement fantaisistes ;
Se rassurer que tous les étudiants et les enseignants ont des matériels et moyens nécessaires pour suivre et faire suivre les cours en ligne.

Ils ont couché leurs propositions dans un document de 3 pages dont une copie a été remise à notre rédaction.

Moïse Dix