Justice : Patient Sayiba en fuite ? Faux assurent les avocats de l’OGEFREM

Justice : Patient Sayiba en fuite ? Faux assurent les avocats de l’OGEFREM

18 avril 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Les avocat-conseils de L’OGEFREM ont apporté un démenti formel sur toutes les allégations qui se propagent sur le Directeur Général de cet Office Public. Patient Sayiba n’a pas pris fuite.

C’est l’essentiel du point de presse tenu par le collectif des avocats de l’OGEFREM ce jour.

« Patient Sayiba n’a jamais refusé de répondre à l’invitation lui adressée par le parquet général près la cour de cassation… » rassure ces avocats conseils

« Il n’a pas ( non plus) reçu deux mandats de comparution » rajoute-t-il.

Sayiba en fuite à l’ambassade de la Tanzanie ? Ça non plus.

« Le directeur général Patient Sayiba Tambwe est en liberté totale( chez lui) et observe les mesures de confinement arrêtées par les hautes autorités du pays » ajoute-t-il. Le collectif ne nie pas l’existence de la première invitation émise par le parquet général près la cour de cassation, le bâtiment de ce dernier « n’était pas accessible pour des raisons de travaux de réhabilitation » précise-t-il.

Selon ce collectif d’avocat de l’OGEFREM, « Patient Sayiba avait adressé deux correspondances aussi bien à l’avocat général, instructeur du dossier, qu’au procureur général près la cour de cassation » renseigne maître Dieudonné Kaluba, porte-parole du collectif d’avocat de l’OGEFREM, preuve à l’appui. En effet , il a brandit deux lettres écrites à l’avocat général du parquet général près la cour de cassation par celui qu’on accuse à tort d’avoir pris fuite.

Ces avocat-conseils rassurent dans leur déclaration que monsieur Tambwe est « prêt à se présenter en homme libre et jouissant de la présomption d’innocence devant le magistrat instructeur du dossier en cause dès lors qu’il recevra une invitation en bonne et due forme » précise-t-il en déplorant le vice de procédure dont est victime le DG de l’OGEFREM en apprenant « par voie des médias sociaux, un mandat d’amener contre leur client. Ce qui est une vice de procédure, ” puisqu’ayant préalablement envoyé « deux correspondances au parquet pour s’excuser et solliciter une autre invitation en bonne et due forme » déplorent ces avocats conseils

Moïse Dix