Track anti-lubas à Bukavu : le professeur Eddy Tshimanga s’oppose à ce qu’il qualifie de « Prisme déformant »

Track anti-lubas à Bukavu : le professeur Eddy Tshimanga s’oppose à ce qu’il qualifie de « Prisme déformant »

11 avril 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Dans un tract circulaire sur les réseaux sociaux on peut clairement lire un message signé « les vrais patriotes du Sud-Kivu » qui appelle tous les lubas à quitter le Sud-Kivu à endéans 48 heures depuis la date du 10 avril 2020.

On note sur ce circulaire devenu viral sur les réseaux sociaux des menaces de décapitation dépasser ce délai. Plusieurs internautes n’ont pas hésité de manifester leur opposition à une telle démarche. « Ces genres de langage devrait coûter la prison à leurs auteurs » fait savoir Matthieu Kitengie,un internaute kinois.

« Ce n’est pas à des ressortissants d’une province à multiples problèmes de s’en rajouter autant en défiant le président de la République, garant de la nation et commandant suprême des armées et de la police congolaise » rajoute pour son compte Elliott Tshibuyi, un écrivain congolais.


Pour le professeur Eddy Tshimanga « Vital KAMERHE, dont ils sont les soutiens politiques, est le Président national d’un Parti politique dénommé « UNC » (c’est-à-dire, Union pour la Nation).
« N’est-ce pas que les balubas font partie de la Nation congolaise dont ils se réclament en tant que parti politique (UNC) ?  » S’interroge-t-il.

« Incohérence mettant en évidence une instrumentalisation de mauvais goût par les officines politiques en mal de positionnement. Au demeurant, notons que quand les officines politiques cherchent à monter des petits plans diaboliques, elles ne réfléchissent plus au-delà de la déraison. » déplore ce sociologue en espérant que les balubas de l’UNC ouvriront l’oeil et le bon.

Ce professeur pense qu’avec cette stratégie malveillante, « la stature nationale à laquelle prétendait Vital KAMERHE est sérieusement exposée au dégonflement. » prévient ce professeur d’université.

Moïse Dix