Suspension du journaliste Jeff kaleb : le 38eme bataillon de l’IFASIC lève le ton

Suspension du journaliste Jeff kaleb : le 38eme bataillon de l’IFASIC lève le ton

8 avril 2020 0 Par Grandjournalcd.net

La suspension prononcée contre le très brillant rédacteur en chef du média 7sur7.cd continue de faire couler beaucoup d’encre. Cette fois c’est l’une des promotions de l’université mère du journalisme en RDC qui hausse sa voix pour dénoncer cette résolution moyenageuse.

La 38e promotion (ou bataillon) de l’Ifasic, regroupant les hommes et femmes des médias au sein de la structure dénommée « 38e Bataillon de l’Ifasic » est estomaquée d’apprendre avec stupéfaction la suspension d’un de ses Généraux, le Journaliste Jeef Caleb de 7sur 7.cd. Pour avoir dénoncé un détournement » lit-on sur ce communiqué rendu public 24heures après la publication de la suspension du journaliste.

un professionnel des médias , Joseph Kazadi de son vrai nom « est écarté provisoirement par son supérieur, Journaliste de »surcroît.

« Le 38e Bataillon de l’Ifasic condamne cette résolution moyenâgeuse  »tendant à museler le noble métier pour des intérêts partisans. » poursuit ce regroupement qui  » exige la levée de cette suspension dans les 72h, avant d’envisager une légion de procédés qui ne seront certainement pas bénéfiques à ceux qui « étouffent la vérité. » prévient-il.

Le 38e Bataillon rappelle que l’État de droit implique la liberté d’informer. Il invite par ailleurs toute personne lésée dans cette affaire à user des procédures légales, préconisées par la Constitution.

« A bas les préjugés négatifs des riches sur les pauvres et le complexe des pauvres vis-à-vis des riches. » conclut ce communiqué.

Rappelons que le journaliste Jeff kaleb Hobiang est suspendu du médias 7sur7.cd pour avoir répondu au ministre Jonh Ntumba à travers une vidéo sur les réseaux sociaux pendant que la direction était entrain d’enquêter sur une plainte du ministre déposé contre ce professionnel. Cette suspension a dérangé la corporation par le simple fait que le ministre a selon , le journaliste, mis la pression sur sa hiérarchie afin d’obtenir sa suspension. Ce, au lieu de porter plainte contre lui au cas où il ne se reprocherait de rien dans cette affaire de détournement qui s’élève à 32 millions de dollars américains.

Moïse Dix