Crise économique conséquente des mesures restrictives contre le Covid-19 : Serge Kadima propose la création d’une Task force economico-financier

Crise économique conséquente des mesures restrictives contre le Covid-19 : Serge Kadima propose la création d’une Task force economico-financier

6 avril 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Le choc économique créé par le covid 19 pourrait avoir un impact considérable sur les entreprises avec risque d’occasionner le chômage de masse.

Serge Kadima, President de la ligue des jeunes du PPRD propose des pistes de solutions pour soulager l’économie nationale du stress financier dû à l’arrêt des activités à cause des mesures restrictives contre le coronavirus Covid-19.

Dans une interview exclusive accordée au GrandJournalCd.Net , ce communicateur du FCC pense que la « situation de crise sanitaire mondiale à impact sensiblement sur les industries ». C’est ainsi quil prévient le gouvernement « il apparaît extrêmement urgent d’apporter une réponse stratégique adaptée aux circonstances actuelles, sur le plan économico-financier, afin de contenir les effets nuisibles de ce choc majeur »

Pour ça, cet argentier de l’Office Congolais de contrôle appelle le gouvernement a trouvé les moyens « d’assurer les subventions d’équilibre en faveur des activités des entreprises privées et publiques, les PME et l’entrepreneuriat des jeunes. »

Cette initiative, poursuit-il, « aura pour avantage d’amortir les effets négatifs prévisible sur le cadre macroéconomique et les conditions de vie de la population congolaise.  » assure-t-il.

C’est dans ce sens que ce ressortissant de la prestigieuse Université Protestante au Congo propose au « Gouvernement de la République {de} mettre en place de manière diligente une TASK FORCE économico- Financier ». Il précise que cette structure « aura pour mission d’élaborer un cadre d’actions stratégiques à mettre en œuvre afin d’accompagner les
entreprises et les institutions financières, en vue de contourner le stress financier auquel elles sont soumises, dans la mesure où le choc et ses conséquences
pourraient s’inscrire sur une longue période.  » assene-t-il.

Ce membre du bureau politique du PPRD recommande « cette TASK puisse se pencher essentiellement sur la politique fiscale, sur le régime de cotisation sociale,
la politique monétaire et de change, le système financier et de paiement. » Poursuit-il sans manquer de signaler qu’il serait prioritaire en sus des écarts constatés entre le plan de trésorerie et le Budget de l’état pour l’exercice encours ainsi que la done de l’incidence de cette pendemie sur la mobilisation des recettes notamment a l’issue de l’échéance fiscale du mois d’Avril 2020 pour recourire a un collectif budgétaire.

« Ces ajustement necessite les appuis budgetaires des partenaires habituels. » Serge Kadima.

Face à la crainte d’une dépréciation, quelles sont les mesures à prendre par la Banque centrale afin d’éviter le risque d’effondrement en chaîne ?

Serge Kadima répond qu’il y a la Banque Centrale du Congo (qui) doit jouer un rôle déterminant dans la redéfinition de la politique monétaire et de change, l’adaptation du controle du système financier et du système des paiements et à la circulation fiduciaire pour aussi sécuriser tous les opérateurs du secteur.

Pour ce qui est des chances d’une relance rapide de l’économie,après le choc occasionné par le covid 2019 , ce professionnel du domaine economico-financier dit redouter une récession drastique des plusieurs années de labeur pour l’économie nationale. « Si cette crise mondiale perdurait, l’économie nationale pourrait basculer dans une récession drastique des plusieurs années de croissance. » dit-il craindre sans doute, les chances d’une relance, recadre-t-il,  » est d’abord liée aux comportements des autorités du Pays, de la qualité de la politique publique et de leur capacité à pouvoir rassurer la communauté financière internationale pour que les fonds levés pour juguler la crise de COVID-19 soient reelement orientés à la résolution de la crise sanitaire. »

Toutes fois, Serge Kadima plaide auprès de « la Banque mondiale et {du} Fond monétaire international {d’} accompagner la RDC, pour le premier cas dans le cadre des appuis budgétaires et le second cas à l’appuis à la balance de paiement pour un soulagement. » propose t-il en connaissance de l’extraversion qui caractérise notre système économique qui tient essentiellement au « commerce extérieur et a comme
principaux partenaires économiques et financiers les pays et régions qui sont aussi touchés notamment la Chine et l’Union
Européenne avec une absorption de plus de 40% dans le poumon mondial de l’économie qui disposent
Une fraction considérable des investissements directs étrangers et de l’aide au développement » conclut-il.

Moïse Dix